chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Espace actualités

Une nouvelle chaire UNESCO veut démontrer l'impact de l'éducation des adultes

24/09/2018
Langue: FR
Document available also in: NL DE EN PL


/fr/file/mauricejpg-0maurice.jpg


Le Professeur Dr. Maurice de Greef va mettre en œuvre la nouvelle chaire UNESCO pour l'éducation des adultes au nom de la Vrije Universiteit Brussel et en collaboration avec l'UNESCO et la Commission flamande de l'UNESCO en Belgique. Cette chaire a été créée dans le cadre du  Programme
UNITWIN/UNESCO Chaires. Le discours inaugural aura lieu le 28 septembre après-midi à Bruxelles. EPALE s'est entretenue avec le professeur de Greef au sujet de la définition de cette prestigieuse chaire.

 

 

 

Le Programme UNITWIN/Chaires UNESCO vise à promouvoir la coopération scientifique internationale sur des thèmes importants de l’UNESCO tels que l’éducation, la culture et le développement durable. Le programme a été créé en 1992 et il existe 667 chaires UNESCO et 45 réseaux UNITWIN dans 115 pays différents (situation 2017). Les Pays-Bas ont 6 chaires UNESCO, en Flandre il y en a 8, parmi lesquelles cette chaire pour l’éducation des adultes est la plus récente.

 

 

 

EPALE: Comment avez-vous réalisé cette nouvelle chaire UNESCO pour l’éducation des adultes depuis la VUB? Comment cela a-t-il fonctionné dans la pratique?

Maurice de Greef: Dans notre société, il existe encore des groupes de personnes vulnérables qui risquent la pauvreté et l’exclusion sociale. Il existe encore des adultes vulnérables dans de nombreux pays du monde qui ne participent pas ou ne peuvent pas participer à l'éducation des adultes. Par conséquent, des stratégies doivent être développées et renforcées pour promouvoir l'inclusion sociale et l'emploi pour ces adultes vulnérables. En 2016, j'ai eu des contacts avec le comité néerlandais de l'UNESCO à ce sujet et ils m'ont demandé de rédiger un programme pour la chaire car ils  reconnaissaient l'importance de l'éducation des adultes. La raison pour laquelle le comité néerlandais de l’UNESCO s’est adressé à moi est que, au fil des ans, j’ai effectué avec des collègues, une septantaine de recherches dans ce domaine. J'ai rédigé le programme à l'époque, mais comme je suis employé par la Vrije Universiteit Brussel (VUB), il a été soumis par le Comité flamand de l'UNESCO. Nous allons donc travailler avec une équipe de l'Université de Maastricht et de la VUB. De plus, nous collaborerons  avec un groupe d’experts qui examineront ce que nous pouvons faire, car il est important de faire appel à l'expertise existante dans le domaine.

Pouvez-vous décrire brièvement ce qui se trouve dans le programme?

Le programme comprend 5 piliers. Nous voulons faire (encore) plus de recherches quantitatives pour démontrer l'impact de l'éducation des adultes. Nous voulons montrer ce qu'un parcours d'apprentissage pour adultes apportera, tant pour les participants que pour leur environnement. Nous encouragerons également la coopération dans la recherche dans différents domaines de la vie. Nous avons déjà effectué une étude de la littérature dans laquelle nous avons examiné les domaines dans lesquels l'alphabétisation joue un rôle. Il en est résulté six domaines de la vie: le travail, les soins, la famille, la culture numérique, la littératie financière et enfin la vie quotidienne. Par exemple: supposons qu'un «dîner de quartier» soit organisé dans la rue où tous les voisins cuisinent pour tous. À la fin de cet événement, il est proposé de créer un livret de recettes. Pour les personnes qui ne savent ni lire ni écrire, ceci est une raison de ne pas participer. Comme troisième pilier, nous voulons voir si nous pouvons mieux impliquer des groupes cibles spécifiques dans l’éducation des adultes, par exemple les personnes qui ont le néerlandais comme langue maternelle, car il s’agit d’un « groupe cible difficile à atteindre ».Nous voulons également voir comment nous pouvons aider les décideurs politiques à traduire les résultats de la recherche en politiques. Parce qu'il y a souvent des lacunes. Beaucoup de recherches sont en cours, mais la conversion en politiques n’est pas encore concluante. Nous voulons donc faire quelque chose à ce propos. Enfin, nous voulons voir si nous pouvons développer des parcours innovants dans l’éducation des adultes pour qu’ils deviennent plus attrayants pour des groupes d’adultes spécifiques.

Travaillerez-vous également avec des centres de formation de base et l’enseignement pour adultes?

Nous le faisons depuis longtemps aux Pays-Bas, avec des centres de formation régionaux ( ROC’s) et des prestataires de formation privés. Nous travaillons avec environ 75 à 80% des ROC et des prestataires privés. Nous devons encore renforcer cela en Flandre. Nous avons pour mission de travailler plus intensément avec les CBE et les CVO. Je pense que c'est très important car c'est en grande partie là que tout se fait. Nous allons donc voir comment nous pouvons renforcer le domaine avec eux. Nous ne pouvons pas le faire seuls.

Y a-t-il un budget joint à la Chaire?

Oui, il y a un budget, mais nous l’avons réuni nous-mêmes. La chaire vous donne l'espace et le nom, mais vous devez montrer que vous pouvez également y associer un budget. Et je veux également travailler dur car je pense que l’éducation des adultes est un thème vraiment important. Le budget nous donne la possibilité de réaliser un certain nombre de projets, mais élargit également la capacité de recherche pour permettre des voies plus innovantes pour l'apprentissage des adultes. Au départ, la chaire dure quatre ans, mais si elle réussit, elle peut être prolongée.

Quand serez-vous satisfait des résultats de la chaire?

Avec cette chaire, je veux faire connaître  l’importance de l’éducation des adultes aussi largement que possible. En moyenne, je fais déjà environ 30 conférences par an sur ce thème. Ce sera probablement encore plus maintenant, car je veux être ambassadeur dans ce domaine. Je veux montrer qu'il est important d’investir dans l'éducation des adultes, qu’il faut lui donner de l’importance  parce que grâce à cela,  les gens peuvent progresser dans la vie. Nous sommes un institut de recherche, bien sûr, donc la recherche reste notre tâche principale, mais je veux aussi montrer qu’il est important que nous fassions quelque chose avec l’éducation des adultes, surtout parce que nous vivons dans une économie du savoir. Et cela est encore plus frappant aux Pays-Bas qu'en Flandre, par exemple, car l'infrastructure pour l'éducation des adultes est plus solide en Flandre. Il y a eu beaucoup de compressions budgétaires aux Pays-Bas. C'est pourquoi je pense que nous devons travailler dur pour faire comprendre à tous l'importance et l'impact de l'éducation des adultes et pour en augmenter la visibilité. Tout le monde devrait avoir la possibilité de changer d'emploi à un âge plus avancé grâce à un parcours d'apprentissage. C'est pour cela que  je veux  tant créer cette chaire. Je serai très satisfait si, grâce à cette chaire, plus de personnes en Belgique et aux Pays-Bas réalisent que l’éducation des adultes est très importante et représente l’un des moyens pour notre société de rendre les gens plus forts et de leur donner une meilleure place dans la société. Si les décideurs politiques se rendent compte de cela grâce à nos efforts, alors je danserai sur la table (rires).

Le Programme UNITWIN/Chaires UNESCO vise à promouvoir la coopération scientifique internationale afin, entre autres, de combler le «fossé des connaissances» entre le Nord et le Sud. "Avez-vous également cet objectif avec cette chaire et comment voyez-vous cela dans ce cas?

Avec l'Université de Maastricht et la VUB, nous disposons désormais d'une base de données dans laquelle nous avons effectué une évaluation préliminaire et finale de l'inclusion sociale d'environ 6100 personnes. Nous sommes donc à l'avant-garde sur le plan international. Je veux rendre ces connaissances accessibles aux pays du sud. La Nouvelle-Zélande, l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni, par exemple, indiquent clairement qu'ils ont fait quelque chose dans le domaine de l'éducation des adultes et l'ont bien décrit. Nous devons faire quelque chose de plus à ce sujet, en particulier nous devons décrire encore mieux - en anglais - ce que notre recherche implique et quels en sont les résultats.

EPALE pourrait-elle jouer un rôle dans la réalisation de cette chaire et comment?

Je suis convaincu que nous devons travailler ensemble. L’avantage  d'EPALE est que vous pouvez faire connaitre des connaissances à de nombreux partenaires en très peu de temps. Donc, si quelque chose de nouveau peut sortir de cette chaire, nous pouvons le mettre immédiatement sur EPALE. Nous pouvons également examiner comment nous pouvons mettre en place des sessions d’informations communes auxquelles nous apportons ensuite notre contribution, à la fois lors de réunions et sur la plate-forme.

 

Prof.  Dr. Maurice de Greef est professeur invité à la Vrije Universiteit Brussel et a été promu dans le domaine de la recherche sur l'impact de l'éducation des adultes. En collaboration avec l'Université de Maastricht, il a réalisé 70 études sur l'impact et les facteurs de réussite de l'éducation des adultes dans plus de 100 municipalités et 8 pays. En outre, il guide les institutions et les municipalités aux niveaux local, régional et européen pour améliorer les services éducatifs, sociaux et éducatifs destinés aux personnes vulnérables de la société. Il était membre du conseil d'administration de l'association nationale néerlandaise de l'éducation non formelle et responsable des conférences nationales néerlandaises sur l'éducation des adultes. Il était également membre du conseil d'administration du LVO (Association nationale des conseillers pédagogiques).

 

 

 

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 1 sur 1
  • Portrait de Monika Gromadzka
    Niebywale ciekawa informacja! Mam nadzieję, że  Katedra będzie też wchodziła  w kooperację (ścisłą-badawczą) z innymi krajami Europy. Myślę, że takie działania: badania, analizy i ekspertyzy  są w tym momencie bardzo potrzebne. Także w Polsce kwestia analfabetyzmu funkcjonalnego jest jednym z ważnych aczkolwiek niedocenianych tematów w dyskursie edukacji dorosłych. Dziękuję za dodanie tego materiału, bo jest to bardzo ważna informacja dla naszego środowiska andragogicznego.
    Pozdrawiam!