Passar para o conteúdo principal
Blog
Blog

Quand on ne s'ennuie pas, des miracles se produisent

Les adultes pour qui la culture est trop éloignée - souvent parce qu'on les en a dégoûtés efficacement - sont coincés dans un sentiment de honte. Ils se disent qu'ils n'auront rien à se mettre pour aller au theâtre ou au musée, qu'ils ne comprendront pas, qu'ils ne pourront pas en parler. 

Auteur de l'original: Monika Hausman-Pniewska Traduction du polonais: NSS Pologne

Exposition philharmonique, théâtre, peinture, quel ennui ! Du moins, ce sont des souvenirs d'école qui s’incrustent efficacement dans les esprits. Il s’agit ici d’adultes ne participant pas à la culture, qu'ils viennent de petites villes, de grandes agglomérations ou de la campagne. Et ces derniers ont une barrière supplémentaire : le manque de moyens de communication pour rejoindre la ville. Les adultes pour qui la culture est trop éloignée - souvent parce qu'on les en a dégoûtés efficacement - sont coincés dans un sentiment de honte. Ils se disent qu'ils n'auront rien à se mettre pour aller au theâtre ou au musée, qu'ils ne comprendront pas, qu'ils ne pourront pas en parler. 

Dans le livre "Et je ne suis jamais allé à l'école", André Stern soutient que la prise en compte de l'enfant, de sa capacité illimitée à entreprendre diverses activités et le manque de temps et des contraintes de pression, sont au cœur de l'apprentissage du monde. À quel point ce monde est-il différent de celui que nous découvrons sur les bancs d'école, où la participation à la culture est généralement ennuyeuse, avec des événements schématiques, servis sans contexte. J'y ai participé moi-même, donc je sais ce que je dis. De toute façon, cela n’existe pas seulement dans la culture. Les enfants doivent connaître des règles compliquées par cœur, alors qu'ils ne savent pas acheter un billet de train eux-mêmes, qu’ils n'ont jamais pris seuls le tramway, ils ne connaissent pas les spécificités du fonctionnement des différents organismes. Il s'agit bien sûr d'une généralisation, mais en tant qu'organisation travaillant avec des adultes dans des situations de vie délicates, y compris la situation difficile du marché du travail, nous ne voyons que trop bien les effets d'un tel enseignement. L'une des méthodes pour soutenir les participants à des projets de changement positif est le Centre de développement et de soutien à la formation,

L'éducation à la vie sociale est un élément extrêmement important du processus d'inclusion. La participation à des événements culturels, des visites de lieux publics, tels que les restaurants, le cinéma, le théâtre, etc. a un impact global sur le développement personnel dans de nombreux domaines : enrichir le vocabulaire, développer un sens de l'esthétique, apprendre à apprendre dans différentes situations et lieux, apprendre l'histoire et les traditions de votre communauté et l'élargissement de vos horizons en général, disent les initiateurs du Centre de la Fédération FOS.

L'objectif principal du Centre est d'apprendre les gens à fonctionner dans un groupe et à participer à la vie sociale, ce qui se traduit par la volonté des participants d'entrer dans un contexte de travail et d'augmenter leur employabilité. Cependant, avant cela, le processus de constitution d'un groupe, d'intégration et d'encouragement des participants a lieu. La clé, dans le groupe, est un sentiment aussi de sécurité et de confiance en soi, pour le leader et le reste des participants. Il est utile de savoir que d'autres non plus, n'ont jamais été au théâtre ou à l'ouverture d’une manifestation culturelle et ces autres en ont également peur. Ce n'est qu'après cette prise de conscience que vous pourrez « partir pour la ville ». Néanmoins, la peur d'être jugé et ridiculisé est si forte que le groupe déprécie initialement la valeur des événements culturels et leurs émotions liées à l'accueil de l'art. Progressivement, par petites étapes, les formateurs ont réussi à surmonter les peurs et les stéréotypes scolaires et à donner aux participants des opportunités de ressentir toute la gamme des émotions, de l'initiation au plaisir artistique.

   

"Bonjour madame Le concert était super, je suis ravi. C'est génial qu'il y ait de telles opportinutés de découvrir l'art. J'espère qu'il y en aura d’autres et que le groupe ne diminuera pas mais au contraire se développera simplement parce que nous sommes un groupe magnifique et avons une super formatrice. Merci beaucoup, j'ai enfin commencé à vivre pour moi et pas seulement pour les autres. Parce que, aussi, je suis humain et que je veux vivre.  Cordialement A ”- c'est le contenu d'un des messages texte à la formatrice après le concert.

"J'y retournerai et je ferais durer le plaisir artisitque plus longtemps. Il a chanté magnifiquement au point que je me suis surpris à fredonner sa chanson le matin, je prie pour que ce temps revienne. Je me souviendrai de cette soirée et du bon moment que j’ai passé. Ps. M. Stanisław m'a demandé de vous faire savoir à quel point il avait beaucoup aimé . Citation : la meilleure sortie jusqu'à présent. Cordialement. "- informe l'une des participantes aux représentations.

Jusqu'à présent, 5groupes de 8 personnes ont été créés au sein du Centre, qui ont participé à une série de sorties de formation (10 événements / initiatives par groupe), par exemple pour un concert, philharmonie, séance de cinéma, représentation théâtrale, rencontres avec des personnes du milieu culturel (par ex. acteurs connus, musiciens et autres créateurs), aller dans un restaurant - des endroits que la plupart d’entre eux n’ont jamais fréquentés auparavant. Chaque sortie a été précédée d'un processus préparant les participants à participer à un événement spécifique, par exemple la sortie à la philharmonie a été précédée d'une discussion sur l'étiquette, le savoir-vivre, l'image donnée et d’une discussion sur les préoccupations des participants à ce sujet. Après chaque sortie de formation, une réunion de bilan a été organisée, consacrée aux réflexions des participants, à leurs sentiments et émotions - racontant les impressions des groupes principaux auxquelles on ajoute - renforcement de l'effet des actions entreprises et développement de l'habitude des participants à utiliser les lieux et institutions publics et de participer à des événements sociaux et culturels et les convaincre de la disponibilité de ce type d'événements - cinq sorties ont été imposées et organisées par des formateurs. Les autres sorties étaient à l'initiative des participants qui, sous la responsabilité des formateurs, ont choisi l'événement et les lieux qu'ils aimeraient visiter.

Les participants grâce aux sessions ont acquis de nouvelles aptitudes et compétences nécessaires au travail professionnel, organisation, planification, mise en œuvre des activités prévues, etc…  Mais aussi des compétences liées au travail en groupe : coopération, négociation, recherche conjointe de solutions et réalisation des objectifs du groupe. Qu'ont appris les conférenciers eux-mêmes des participants ? Probablement la spontanéité dans la recherche et l'accueil, avoue l'une d'elles. Les initiateurs et les formatrices du Centre qui dirigent le groupe estiment que le Centre de formation, en tant qu'un des outils de soutien, a considérablement contribué à accroître l'employabilité des participants. Cependant, la prochaine édition butera sur l’obstacle d’une pandémie et les effets attendus seront reportés  «sine die ».

Le Centre de formation pour le développement et le soutien est géré par la Fédération des organisations sociales de la Voïvodie de Varmie-Mazurie FOS dans le cadre du projet "En route vers l'activité" et financé par l'Union européenne dans le cadre du Fonds social européen. Merci aux formateurs : Katarzyna Janków-Mazurkiewicz, Monika Lange et Aneta Fabisiak-Hill pour avoir partagé leurs réflexions sur le travail des groupes.

  

Monika Hausman-Pniewskaformatrice et animatrice, depuis de nombreuses années,  associée au secteur non gouvernemental et à l'éducation des adultes, en particulier le non formel et informel, en action. Elle travaille à la Fédération des organisations sociales de la Voïvodie de Varmie-Mazurie FOS à Olsztyn. Ambassadrice EPALE

Login (7)

Pretende outro idioma?

Este documento também está disponível noutro(s) idioma(s). Selecione um, abaixo.

Want to write a blog post ?

Don't hesitate to do so! Click the link below and start posting a new article!

Discussões mais recentes

Focos temáticos 2021 da EPALE. Vamos começar!

Convidamo-lo(a) a enriquecer o que definimos para que este seja um ano intenso, contando com os seus contributos e experiência! Vamos começar por participar nesta discussão online. A discussão terá lugar a 9 de março de 2021, terça-feira, entre as 10:00 e as 16:00 CET (9:00 / 15:00 Lisboa). A discussão escrita será precedida por uma transmissão ao vivo com uma introdução aos focos temáticos de 2021 e será apresentada por Gina Ebner e Aleksandra Kozyra, da Associação Europeia para a Educação de Adultos (EAEA), em representação do Conselho Editorial da EPALE.

Mais

Debate da EPALE: o futuro da educação de adultos

A 8 de julho de 2020 (quarta-feira), com início às 10 horas e encerramento às 16 horas (CEST), a EPALE irá promover um debate online sobre o futuro da educação de adultos. Vamos discutir sobre o futuro do setor da educação de adultos, os novos desafios e oportunidades. O debate será moderado pela especialista da EPALE Gina Ebner, secretária-geral da EAEA.

 

Mais

Comunidade EPALE: partilhe os seus exemplos de boas práticas e de projetos bem-sucedidos no âmbito da educação para a cidadania

No âmbito do foco temático na Educação para a Cidadania, queremos ouvi-lo(a) a si – membro da comunidade EPALE – sobre exemplos de boas práticas e de projetos bem-sucedidos no âmbito da Educação para a Cidadania para adultos.

Mais