chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

Blag

Les Réseaux Régionaux Multi-Acteurs, de nouveaux prolongements pour l'éducation populaire

24/05/2019
ag David LOPEZ
Teanga: FR

Les RRMA (Réseaux Régionaux Multi-Acteurs) sont nés pour les premiers dans les années 1980. Certains sont plus récents. Et aujourd’hui une association nationale vient de se créer nommée La conférence interrégionale des RRMA. Tout cela est bien mystérieux ! Et en outre ces RRMA forment des adultes à une série de compétences transversales, propres à l’éducation populaire.

/ga/file/rrmajpg-0rrma.jpg

 

 

 

En fait, non, c’est plutôt simple. Les acteurs s’intéressant aux questions internationales, aux relations interculturelles, à ce qui s’appelle aujourd’hui l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale ont décidé de se regrouper au sein de structures associatives de niveau régional. J’ai interviewé Agathe PROCAR, chargée de mission à BFCI (Bourgogne Franche-Comté International). L’originalité des RRMA vient de leur gouvernance particulière. Par exemple en Franche Comté, plusieurs collègues composent BFCI. Des associations bien sûr, mais aussi des collectivités territoriales, des institutions (les services déconcentrés de l’Etat dans le champ de l’éducation, la jeunesse, l’agriculture) et des acteurs économiques. Il est intéressant de noter que ces derniers sont obligatoirement engagés dans la solidarité internationale ou sont des acteurs de l’économie sociale et solidaire.

Prenant appui sur BFCI, les missions du réseau consiste en diverses missions :

  • Accompagnement des porteurs de projets internationaux,
  • Valorisation, capitalisation des projets existant,
  • Développement des mobilités et des engagements solidaires,
  • Animation territoriale,
  • Education à la citoyenneté et à la solidarité internationale.

Aujourd’hui, BFCI ce sont 6 permanents sur 2 sites à Dijon et Besançon. Le budget annuel est de 300 000 Euros, avec comme entrées les cotisations des membres (150 environ) et un soutien du Ministère des Affaires Européennes et Internationales.

LES ACTIONS ET OUTILS AU SERVICE DU PUBLIC

Un site internet régional informe et est le relais des membres sur ce qui se vit au quotidien sur le territoire. Un bulletin semestriel « papier » choisit une thématique spécifique. Le dernier était sur « L’EAU ». Un prochain sera sur « ACCES A LA MOBILITE INTERNATIONALE ET EUROPEENNE ».

BFCI organise des rencontres thématiques régionales. Par exemple, l’Education à la citoyenneté mondiale. Enfin un accompagnement des acteurs régionaux se fait, préparant ensuite à des formations périodiques et régulières. L’accompagnement se fait de manière « individuelle ». Une association, une entreprise, 1 collectivité souhaite monter un projet, ou au contraire améliorer le fonctionnement de sa gouvernance. La structure s’adresse alors à BFCI pour un accompagnement individualisé.

ET LA FORMATION DANS CE PANEL D’ACTIVITES ?

Un catalogue annuel est publié. Le socle commun est la méthodologie de projet :

  • Comprendre et maîtriser les diagnostics territoriaux et les besoins.
  • Agir sur les financements et gérer un budget.
  • Comment bâtir des partenariats et les faire vivre ?
  • Les liens entre citoyenneté et mobilité internationale.

Il est à noter que de plus en plus de structures de BFCI demandent des apports sur l’Europe. Il y a comme un décalage de l’International vers l’Europe. En 2019, une dynamique locale sur l’Europe fait partie du cahier des charges de BFCI.

QUELLES COMPETENCES ET QUELLES RECONNAISSANCES ?

Agathe PROCAR m’indique que l’association n’utilise pas de référentiel de compétences. Pourtant ce sont bien les compétences transversales de la méthodologie de projet qui sont mises en avant : maîtriser et déterminer des objectifs, des moyens, mettre en place des processus d’évaluation et de suivi, savoir organiser des réunions, prendre la parole et agir sur des groupes.

En termes de reconnaissance, pas de formalisation. Pour autant de nombreux formés souhaitent au moins avoir un certificat de participation. L’association BFCI vient aussi de déposer un dossier sur la formation civique et citoyenne.

J’ai suggéré de réfléchir à la constitution au moins d’un port-folio des acquis de formation, ou bien de s’engager dans des processus d’open badges. Mon interlocutrice s’est dite très intéressée par de nouvelles démarches dont elle sent l’intérêt pour l’apprentissage des adultes et jeunes adultes.

EN CONCLUSION … DE MANIERE PROVISOIRE.

Depuis longtemps l’éducation populaire a souhaité s’organiser de manière thématique. Les RRMA sont sur le territoire français le lieu de regroupement, de capitalisation, de formation et de développement des structures s’intéressant d’abord à l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale. Sur le terrain local, ce sont des structures qui font vivre une coordination d’employeurs, d’associations et d’institutions ou de collectivités territoriales. Les réseaux sont dans des formes de développement de l’éducation populaire, avec les spécificités des relations internationales. Demain, l’Europe fera irruption dans ces réseaux régionaux, tant il est vrai que les acteurs engagés le sont dans toutes les directions territoriales.

Le catalogue des formations

la revue semestrielle. Dossier sur l'eau

Le site de BFCI

/ga/file/davidloperjpg-0david_loper.jpg

 

 David LOPEZ, responsable du secteur Europe & International de la Ligue de l'enseignement et coordinateur thématique "Education Populaire" EPALE France.  

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email