chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

En digital mötesplats för vuxenutbildare i Europa

 
 

Blogg

Transformer les centres communautaires d’apprentissage permanent en "guichets uniques" pluridisciplinaires

13/09/2019
av Andrew McCoshan
Språk: FR
Document available also in: EN CS HU EL

/en/file/community-lifelong-learning-centreCommunity Lifelong Learning Centre

Community Lifelong Learning Centre

 

Le dr Paul Downes, directeur de l’Educational Disadvantage Centre de l’Institute of Education de l’université de Dublin, en Irlande, nous explique pourquoi nous avons besoin de plus de guichets uniques de l’apprentissage pour servir de portes d’entrée aux communautés confrontées à l’exclusion socio-économique ou à la marginalisation.

 

Il est nécessaire d’adopter des approches plus imaginatives et plus souples pour impliquer les individus et les groupes marginalisés et exclus de toute l’Europe. L’urgence de cette tâche est évidente. En 2015, 64 millions de personnes, soit plus d’un quart de la population de l’UE âgée de 25 à 64 ans, ont quitté le cycle d’enseignement initial avec tout au plus un diplôme de premier cycle de l’enseignement secondaire. Chaque individu doit pouvoir trouver un véritable intérêt à participer à la société.

Pour impliquer les groupes marginalisés, l’Europe doit mettre davantage l’accent sur une approche de proximité communautaire. À cet égard, la priorité politique doit être placée au niveau de l’inclusion sociale et viser une citoyenneté active, tout en fixant des exigences essentielles à la paix et à la stabilité.

Pour faire simple, les sociétés inclusives envers lesquelles les gens développent un sentiment d’appartenance sont plus stables, et il est nécessaire de combattre l’injustice de la pauvreté.

 

Apprentissage communautaire permanent et équipes pluridisciplinaires

L’un des principaux moyens de favoriser l’émergence de sociétés inclusives consiste à associer deux approches bien connues : les centres communautaires d’apprentissage permanent et les équipes pluridisciplinaires. Les regrouper en un guichet unique, dans un lieu commun à l’échelle de la communauté, peut permettre d’exploiter leurs différentes forces afin de créer une synergie et de générer des bénéfices supplémentaires pour les personnes et les groupes marginalisés. Cette approche a constitué le thème central d’un récent forum de la présidence roumaine de l’UE dirigé la Lifelong Learning Platform et le Cedefop et a été abordée dans notre document d’information pour cet événement.

 

Les guichets uniques doivent être des portes d’accès

Nous proposons que ces guichets uniques dans lesquels les centres communautaires d’éducation et de formation tout au long de la vie peuvent interagir avec un large éventail de jeunes et d’adultes dans des régions particulièrement touchées par l’exclusion socio-économique fonctionnent comme des portes d’accès. Dans une telle structure, les personnes ayant des besoins plus complexes et nécessitant des services pluridisciplinaires peuvent recevoir encore davantage de soutien. En effet, parmi les participants aux cours communautaires d’apprentissage permanent, un petit nombre de jeunes et d’adultes marginalisés peuvent avoir des besoins plus complexes, relevant de la santé mentale, de traumatismes, d’expériences négatives pendant l’enfance, du deuil, de la toxicomanie, des violences familiales, du harcèlement, de la maltraitance, etc.

Les centres communautaires d’apprentissage tout au long de la vie se concentrent généralement sur les approches informelles, bien qu’ils puissent les associer à un enseignement plus formel. Les projets artistiques à destination des jeunes sont fréquents. Ces centres sont bien implantés dans plusieurs pays européens et offrent un environnement éducatif accueillant et rassurant, centré sur les besoins et les voix de l’apprenant.

Ces séances d’apprentissage tout au long de la vie s’ancrent dans le lieu de vie de l’apprenant et tendent à s’engager dans ses expériences de vie.

 

Donner accès à des services holistiques

Se basant sur une approche de proximité, ces centres se situent dans des lieux facilement accessibles pour la communauté locale, à la fois en termes de proximité physique et de sentiment d’appartenance des apprenants. Cela se révèle particulièrement important pour les personnes issues de groupes marginalisés et minoritaires.

Les centres communautaires d’éducation et de formation tout au long de la vie servent donc de portes d’accès pour soutenir logistiquement les différentes disciplines ainsi regroupées en équipes holistiques dans un même lieu (co-implantation). Cette approche implique que les personnes qui assistent à des sessions d’apprentissage permanent peuvent recevoir un appui supplémentaire en fonction de leurs besoins, comme des conseils en matière de santé émotionnelle, un soutien familial, etc.

Leurs besoins sont considérés de façon holistique, en associant des mesures de soutien en éducation, santé mentale, bien-être et santé physique.

Les spécialistes de ces équipes pluridisciplinaires peuvent comprendre, par exemple, des conseillers/thérapeutes en santé émotionnelle, des psychologues, des infirmières, des orthophonistes, des professionnels des services sociaux, des services à la jeunesse, de la santé, etc.

Parmi les autres caractéristiques clés d’un modèle de guichet unique, on peut citer :

  • la continuité du soutien dans le temps, des niveaux d’aide flexibles, des programmes personnalisés selon les besoins ;
  • la portée : il atteint des groupes auxquels les programmes existants ne s’adressent pas, y compris par le biais de visites à domicile et d’activités de sensibilisation au soutien familial ;
  • un accueil ouvert ;
  • un soutien par les pairs au fil du temps ;
  • le dépassement la fragmentation des services d’aide existants pour que l’aiguillage des familles et des enfants puisse se faire dans le cadre d’une approche d’équipe et dans un lieu commun ;
  • l’accent porté sur la création d’espaces relationnels.

 

Construire des espaces favorisant les relations de confiance

Cette approche visant à promouvoir les environnements en tant qu’espaces relationnels de confiance peut contribuer à réduire les inégalités d’accès, par exemple, aux services de conseil en santé mentale et émotionnelle. Elle peut aussi permettre de rapprocher ces services des personnes qui y ont peut-être difficilement accès. Dans un climat où la méfiance à l’égard du «système» peut être un obstacle, le bouche-à-oreille dans le groupe de pairs peut aider à attirer les communautés exclues vers ces structures. Ces centres communautaires offrent une occasion unique de créer un espace de rencontre entre les adultes les plus vulnérables et les services d’aide qui pourraient répondre à leurs besoins, dans un environnement où ils se sentent déjà à l’aise et auquel ils se sentent appartenir.                                

Dans les communautés confrontées à des niveaux élevés d’exclusion sociale et économique, il doit exister des lieux neutres où les différents groupes peuvent se sentir à l’aise. Souvent, les professionnels ne sont pas conscients de l’impact du facteur géographique sur les mentalités, les territoires et les divisions locales. Les principaux avantages de cette approche pensée comme une porte d’accès et une co-implantation sont présentés ci-dessous.

 

 

/en/file/benefits-gateway-co-location-approachbenefits gateway co-location approach

benefits gateway co-location approach
Avantages d’une approche pensée comme une porte d’accès et une co-implantation

 

 

Évite que les individus ne « passent entre les mailles du filet »

Aide les personnes dans le besoin à établir une relation de confiance avec les professionnels

Remédie à la fragmentation des services

Offre de la souplesse (pour choisir les services de soutien nécessaires)

Renforce le rôle des familles et des communautés ainsi que leur contribution à l’éducation

Garantit l’accessibilité (p. ex. pour les groupes minoritaires)

 

 

 

 

 

 

Les guichets uniques ont besoin de financement et de soutien politique

Le financement de ces guichets uniques nécessitera davantage de planification conjointe entre les ministères de l’Éducation, de la Santé et des Affaires sociales de toute l’Europe, où il est évident que les stratégies coordonnées sont souvent insuffisantes dans ce domaine. Ce mode d’organisation permet également d’exploiter au mieux le potentiel des infrastructures publiques partagées. En effet, avec l’augmentation des loyers observée dans de nombreuses villes d’Europe, les services locaux peuvent être en mesure d’économiser sur les coûts de location s’ils se trouvent dans un même lieu.

Des programmes de financement tels qu’Erasmus+ et le Fonds social européen (FSE) doivent jouer un rôle clé dans le développement de ces guichets uniques. Pour ce faire, ils peuvent s’appuyer sur les services communautaires locaux ainsi que sur un engagement accru des ministères nationaux et des municipalités locales pour soutenir ce secteur stratégique vital pour l’inclusion.


Le dr Paul Downes est chargé de recherches en éducation (psychologie) et directeur de l’Educational Disadvantage Centre de l’Institute of Education de l’université de Dublin, en Irlande. Il a fait partie du groupe d’experts de la Commission européenne sur l’éducation et la formation (2018-19) afin de soutenir le Cadre stratégique pour la coopération européenne dans le domaine de l’éducation et de la formation d’après 2020. Les autres publications de blog de Paul sur EPALE traitent de la nécessité de se doter d’une stratégie active, des manières d’améliorer l’accès des détenus à l’éducation, des raisons pour lesquelles nous devons utiliser les résultats SMART avec prudence dans le domaine de l’éducation des adultes, de la façon de développer une approche européenne de l’apprentissage familial de grande qualité ainsi que du besoin de développer des indicateurs structurels pour faire le lien entre les approches ascendantes et descendantes de l’apprentissage tout au long de la vie.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
  • Bild för Erdem Vardar
    How relevant! We at YUVA (www.yuva.ngo) have established in 2013 the first Community Centre for Syrian refugees and the host community in Turkey with the same principle and question: Can we combine adult education and protection services under the same roof. The answer is 'Yes' and it works. Soon our education services had to be extended to children as well. We will hopefully be able to prepare a handbook of this good example by the end of 2019. 
  • Bild för Rumen HALACHEV
    Hi Erdem,

    This sounds great, thank you for sharing your good practice example with the community. When you get some more concrete results from your activities, we would love you to share these on EPALE. Keep in touch. :)

    Kind regards,
    Rumen