chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Elektronisch platform voor volwasseneneducatie in Europa

Blogs

Bibliothécaires itinérants - programme d'échange à l'échelle nationale « Pratique pour les praticiens »

15/03/2018
door Justyna Bednarz
Taal: FR
Document available also in: PL DE

La traduction de la version polonaise, NSS Pologne

Bibliothécaire - départ du stéréotype

Travailler dans une bibliothèque est stéréotypiquement considéré comme calme, ne nécessitant pas de compétences particulières, occupation souvent ennuyeuse et improductive. Peut-être dans tout le pays, vous pouvez trouver des professionnels, pour qui le plus grand dilemme de la journée est la sélection d'un magazine pour prendre le café fraîchement moulu. Cependant, la plupart d'entre eux sont des personnes pour qui la bibliothèque ouvre un espace de nouvelles possibilités. Elle devient un endroit où vous pouvez exprimer votre propre créativité, où une personne apprend constamment quelque chose de nouveau et partage cette connaissance avec les autres.

Bibliothécaires de nouvelle génération

Depuis la libération de la profession, le monde bibliothécaire est devenu extrêmement diversifié. Ses employés sont actuellement des spécialistes dans divers domaines - historiens, philologues polonais, experts culturels, animateurs culturels, pédagogues, possédant un large éventail de compétences. Le résultat de cet état de fait est l'offre riche offerte aux utilisateurs de tous les groupes d'âge. Les nouvelles technologies sont apparues dans les bibliothèques pour de bon. Des cours d'informatique, des cours de robotique sont organisés, la ludification et l'apprentissage en ligne deviennent populaires, et ce n'est qu'une petite partie de l'activité développée ces dernières années. Ces lieux commencent à être perçus comme des centres de culture ayant un potentiel éducatif et culturel important. Ils sont un espace d'activation particulièrement forte des communautés locales pour un comportement créatif dans divers domaines de la vie. Ils ont également un impact sur l'intégration de ces communautés. Le contact quotidien avec les résidents permet aux bibliothécaires de modifier et d'adapter leurs initiatives à leurs besoins. On peut risquer d'affirmer qu'il n'existe pas d'autre institution connaissant les domaines d'intérêt de ses bénéficiaires dans une aussi large mesure. En même temps, il n'est pas difficile de remarquer que les défis auxquels font face les bibliothèques modernes deviennent de plus en plus difficiles. Par conséquent, il y a un fort besoin dans l'environnement pour le développement continu et l'amélioration des compétences des employés. Ceci est démontré par l'énorme intérêt pour les événements adressés au personnel de la bibliothèque. Un bon exemple est le Un bon exemple est le Congrès national des bibliothèques (pour lequel l'année dernière toutes les places ont été réservées une heure après l'inscription), ou des événements plus restreints, comme le BiblioLab organisé à Lublin (les réservations ont déjà été épuisées après 3 heures d'enregistrement). Fait intéressant, les programmes des deux événements étaient basés sur des conférences et des ateliers dirigés en grande partie par des bibliothécaires.

"Partagez vos connaissances, multipliez les idées"

Les intérêts diversifiés et les domaines d'activité des employés de la bibliothèque apportent avec eux l'opportunité d'inspirer et d'améliorer les compétences de chacun. C'est dans l'expérience des praticiens qu'il existe un énorme potentiel qui ne peut être laissé inutilisé. Dans cette situation, le développement professionnel devient plus facilement disponible, à la fois financièrement et logistiquement, car il n'est pas toujours nécessaire d'employer des formateurs externes.

Depuis 5 ans, la communauté qui promeut l'idée du partage des connaissances est le réseau LABiB fondé sur l'initiative de la Fondation pour le développement de la société de l'information comme l'un des éléments du programme de développement des bibliothèques. Les membres du réseau se rencontrent plusieurs fois par an pour participer à une formation conjointe, partager des projets et travailler sur des programmes qui soutiennent la communauté des bibliothécaires. Ce sont les membres du réseau Natalia Gromov (Directeur de l'OIT à Gdynia), Carol Baranowski (employé pédagogique à la Bibliothèque provinciale de Cracovie), et en coopérant avec  Pękala Agnieszka (employée de la  Bibliothèque Municipale Publique à Gdynia) ont lancé un programme d'échange à l'échelle nationale sous le slogan « la pratique pour les praticiens ». Jusqu'à présent, deux éditions du projet (dont un pilote) ont été organisées, auxquelles ont participé une douzaine de bibliothécaires.

"Pratique pour les praticiens" - une chance pour le développement

Qu'est-ce que "Pratique pour les praticiens" ? Une chance d'acquérir une expérience de travail inestimable. Il s'agit d'un échange d'une semaine consistant à envoyer un employé à la bibliothèque partenaire et à accepter à sa place des personnes ayant des qualifications similaires en « substitution ». Les participants au projet travaillent dans l'institution de leur choix pendant toute la durée du projet. Par conséquent, ils ne sont pas des observateurs qui visitent le partenaire sur la base d'une visite d'étude. Ils font partie d'une nouvelle équipe pendant 5 jours. Ils soutiennent les lecteurs, organisent des ateliers, mais aussi se font des amis et sont inspirés par les actions des autres. Cela vous permet de percevoir votre travail sous un nouveau jour, ainsi que de comparer les normes et les solutions utilisées dans les institutions partenaires. Chaque participant coopère avec un tuteur de fond, qui  vous contacte avant le début de l'échange. Le tuteur reçoit des informations sur le poste qu'il occupe dans sa bibliothèque et sur ses fonctions. Sur la base de ces informations, le poste et le plan de travail sont préparés.

 

/nl/file/rybnik-4-4jpgrybnik-4-of-4.jpg

 

Les bibliothécaires qui ont participé au programme jusqu'à présent l'évaluent comme une expérience très évolutive et nécessaire. Leurs comptes rendus sont publiés sur le blog praktykadlapraktyka.pl:

 

L'échange dans le cadre du programme «Pratique pour les  Praticiens» vous donne l'opportunité de voir une autre bibliothèque «coté cuisine». C'est l'occasion de rencontrer des personnes intéressantes, voire extraordinaires, qui partagent nos passions et veulent les partager. Cela peut aussi être une mine d'idées. Personnellement, j'ai passé une semaine à Rybnik à regarder un peu différemment mon travail quotidien à la bibliothèque de Manhattan, prendre mes distances, trier les priorités. (Magdalena Litwin) 1

Avec cette visite à Manhattan je ne suis pas convaincue que les gens ne lisent pas les livres et ne vont pas à bibliothèque- il y a toujours beaucoup de lecteurs qui occupent les places dans l'espace de lecture , et dans  les étagères des lecteurs s’affairent - droit, littérature, offre pour les enfants, les jeunes et les adultes, atmosphère amicale et la bibliothèque existe pour les gens! (Bogumiła Ziołko-Napieralska) 2

"Pratique pour les praticiens" a également été créé pour l'équipe de direction. Les directeurs de bibliothèque et les directeurs de succursale ont l'opportunité de participer à un Job Shadowing de trois jours. Le séjour est basé sur l'observation active d'une personne choisie occupant la même position dans la bibliothèque partenaire. C’est l’occasion de regarder le travail du partenaire, mais aussi l'opportunité de discuter, d'établir une coopération et de comparer le mode de gestion. Voici comment un participant se souvient de son séjour :

Pensez-vous que si vous connaissez de bonnes années, derrière vous, des formations communes, des ateliers, des congrès et de nombreuses heures à parler sur les bibliothèques, que vous savez déjà presque tout de ce travail. Et puis, vous  voyez dans ce travail en direct et vous sentez qu'il serait utile pendant des heures d'apprendre ce "tout" proverbial. Je pense que l'observation au travail est une excellente occasion d'apprendre la spécificité du travail d'une autre personne qui accomplit une fonction similaire, c'est aussi une occasion de voir son travail dans une réflexion miroir, puis de l'enrichir de nouvelles perspectives, réflexions et expériences. Je pense que c'est une valeur ajoutée pour les deux parties de cet "accompagnement" professionnel de nous-mêmes, et la pratique est plus précieuse pour les pratiquants. (Dorota Woźnica) 3

Pour résumer, la « pratique pour les praticiens » est un programme qui soutient le développement des bibliothécaires basé sur l'échange de connaissances et d'expériences. Il aide les employés à sortir de l'espace sécurisé de leur propre institution et à s'ouvrir à de nouvelles solutions, ainsi qu'à contribuer à l'établissement de partenariats entre les bibliothèques. C'est aussi une excellente introduction pour relever de nouveaux défis et aller plus loin, ce qui est ouvert par de grands programmes tels que l’action 1 Erasmus +

En 2018, une autre édition est prévue pour la participation, à laquelle les organisateurs vous invitent cordialement. Les informations actuelles et toutes les relations peuvent être trouvées sur le blog praktykadlapraktyka.pl.


Notes :

1praktykadlapraktyka.pl/relacje-z-praktyk/relacja-praktyki-miejskiej-bibliotece-publicznej-rybniku-magdalena-litwin/

2praktykadlapraktyka.pl/relacje-z-praktyk/bogumila-ziolko-napieralska-nikt-mi-wmowi-ze-ludzie-czytaja-ksiazek/

3praktykadlapraktyka.pl/relacje-z-praktyk/praktykiem-o-praktyce-czyli-o-job-shadowingu-bibliotece-suskiej-relacja-doroty-woznicy/

 

Monika Schmeichel-Zarzeczna – historienne d'art, animatrice culturelle, bibliothécaire, graphiste et commissaire d'exposition. Elle travaille actuellement à la bibliothèque publique municipale H. Łopaciński à Lublin où elle dirige des ateliers et des réunions pour différents groupes d'âge. Est membre du réseau national de bibliothécaires LABiB. Ambassadeur d'EPALE.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

1 - 2 van 2 weergegeven
  • afbeelding van Beata Jurkowicz
    W mojej podstawówce bibliotekę szkolną prowadziły polonistki. To nie były "zwykłe" bibliotekarki, to były instytucje. Zawsze polecały mi ciekawe książki do przeczytania (poza lekturami oczywiście), a zwrot książek wiązał się z merytoryczną dyskusją (niewymuszaną) o przeczytanych książkach. Dzięki moim paniom bibliotekarkom rozwinęłam - niezwykle cenne na rynku pracy - myślenie krytyczne (jak pokazują badania, m.in. te prezentowane na EPALE).
  • afbeelding van Monika Schmeichel-Zarzeczna
    Również mam podobne wspomnienia z lat szkolnych. Bibliotekarka to była Pani, która potrafiła znaleźć książkę na każdy temat i tak o niej opowiedzieć, że chciało się czytać.:) Teraz niestety w wielu szkołach biblioteki są otwarte przez kilkadziesiąt minut dziennie, więc ciężko jest pracującym tam osobom kształtować postawy czytelnicze wśród uczniów.
    Inaczej ma się sytuacji w Bibliotekach Publicznych. Tutaj zarówno dorośli jak i dzieci bardzo często korzystają z porad pracowników. Co więcej po kilku wizytach bibliotekarz wie już, co się danej osobie spodoba i może polecić szereg ciekawych pozycji.
    Trzeba jednak pamiętać, że obecnie to jedna z wielu funkcji jakie pełnią pracownicy bibliotek. Staramy się promować czytelnictwo i aktywizować lokalne społeczności do różnych działań, prowadzimy kluby dyskusyjne, zapraszamy ekspertów z wielu dziedzin, aby wspierać wszechstronny rozwój użytkowników.