chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Pjattaforma Elettronika għat-Tagħlim għall-Adulti fl-Ewropa

 
 

Blog

Étude de cas: le projet WorkMentor - le mentorat sur le lieu de travail pour l’EFP

16/12/2016
minn Rumen HALACHEV
Lingwa: FR
Document available also in: EN DE ES IT PL LT

 

EPALE a interrogé Jóhannes Árnason, du projet WorkMentor, sur son expérience de la formation de mentors sur le lieu de travail.

 

Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre travail?

Je m’appelle Jóhannes Árnason, j’ai suivi des études de biologie et j’ai une maîtrise en sciences de l’éducation. Je travaille au Akureyri Vocational College (VMA) depuis 1990, où j’enseigne principalement la biologie et des matières connexes. Dans ma carrière, je me suis toujours intéressé aux étudiants exposés au risque de décrochage scolaire. Je suis administrateur de mon école depuis deux ans et j’ai fait beaucoup de travail pour développer des projets. J’apprécie énormément de rencontrer des étudiants et de les aider à découvrir leurs intérêts et leurs points forts. À la différence de nombreux enseignants et éducateurs en Islande qui se concentrent sur les domaines dans lesquels les étudiants ont des problèmes (échec à des examens et cours), j’essaie de me pencher sur les expériences positives que les étudiants peuvent avoir.

 

Pouvez-vous nous parler un peu plus du projet WorkMentor? Qui y a participé?

WorkMentor faisait partie d’une série de projets reposant tous sur l’idée selon laquelle il est important d’impliquer trois parties dans le processus éducatif et de formation: l’étudiant, l’école et le lieu de travail. Le projet WorkMentor s'est concentré sur la troisième: les mentors et les superviseurs des apprenants sur le lieu de travail. Nous avons également pensé qu’il était très important d’impliquer les employés dans la formation, car ce sont les personnes qui travaillent aux côtés des étudiants. Le principal objectif du projet WorkMentor était de fournir aux superviseurs sur le lieu de travail une plus grande compréhension de la formation professionnelle et des compétences de mentorat afin de mieux soutenir les jeunes en EFP, ce qui permettrait d’améliorer l’efficacité, la poursuite et la réussite de la formation sur le lieu de travail pour les apprentissages et les stages. Nous estimons que si les étudiants sont soutenus dans leur formation, ils ont plus de chances de finir leurs études et sont plus enclins à travailler dans ce secteur.

 

Groupe de pilotage de VMA

 

Nos partenaires avaient tous beaucoup d’expérience sur la formation et le mentorat sur le lieu de travail. Nous avions des personnes dans les secteurs de l'agriculture, de l’infirmerie, de la métallurgie et de la construction, pour n’en citer que quelques-uns. Chez VMA, nous nous sommes également concentrés sur les étudiants exposés au risque de décrochage scolaire et sur les manières de les soutenir sur le lieu de travail.

 

Pourquoi l’EFP est-il important?

La société a bien évidemment besoin de personnes qui peuvent faire des choses, et pas seulement de personnes qui peuvent réfléchir à des idées et des notions et écrire à leur sujet, calculer ou dessiner. Nous avons également besoin de travailleurs qui peuvent utiliser des outils, qui peuvent fabriquer et réparer, et qui peuvent prendre soin de personnes et s’occuper de l’entretien de machines. Je pense qu’en Islande, nous n’aurons pas assez des personnes compétentes pour exercer les nombreuses professions qui ne demandent pas de diplôme universitaire, à moins que nous nous concentrions sur la manière de former les personnes à ces travaux. J’ai le sentiment que l’EFP est laissé de côté en Irlande. Ce n'est peut-être pas le cas pour les métiers traditionnels, comme la construction, mais les nouveaux emplois dans le transport, les nouvelles technologies et le tourisme sont bel et bien touchés. Je pense que des projets comme WorkMentor accélèrent le développement de l’EFP en Islande.

 

Travailleurs formant des étudiants dans le secteur de la métallurgie

Comment avez-vous identifié les problèmes clés et avez-vous décidé d’un plan d’action? Comment les avez-vous résolus?

La première étape du projet consistait à créer un sondage pour les employeurs sur le soutien fourni sur le lieu de travail. Environ 100 employeurs y ont participé. Les principales conclusions étaient que ces derniers reconnaissaient le besoin de formation des mentors et accueillaient favorablement l’idée d’envoyer leurs employés à un atelier sur le mentorat au travail. Nous avons ensuite identifié les principaux problèmes devant être abordés et avons finalement lancé les ateliers auxquels environ 50 personnes ont participé. Nous avons reçu des commentaires très positifs de toutes les personnes qui y ont pris part.

 

Apprentissage sur le lieu de travail

 

Avez-vous utilisé des outils ou des ressources spécifiques pour mener à bien le projet?

Nous avons utilisé les ateliers et le matériel de mentorat de notre partenaire du Pays de Galles. Celui-ci avait mis au point des méthodes de mentorat adaptées à de nombreux types de systèmes de soutien. Nous avons envisagé les problèmes spécifiques concernant le lieu de travail comme lieu de mentorat, puis nous les avons compilés dans un kit de formation pour les mentors sur le lieu de travail et dans le classeur des qualités et des compétences pour le mentorat sur le lieu de travail.

 

Pouvez-vous nous parler des obstacles et des difficultés que vous avez rencontrés durant le projet?

En raison des différents systèmes d’EFP d’un pays à l’autre, il était parfois difficile de normaliser notre approche. Les obligations sur le lieu de travail peuvent différer entre les pays. Néanmoins, le partenariat a bien fonctionné et nous n'avons eu aucune difficulté avec les partenaires du projet. Dès le début, nous avons reçu une réponse très positive de toutes les personnes travaillant dans les entreprises et les écoles qui ont participé au projet.

 

Atelier à Nantes

 

Comment avez-vous personnellement bénéficié de ce projet?

Le projet m’a permis de bien mieux comprendre les subtilités de l’enseignement et la formation professionnels. J’ai beaucoup appris de personnes ayant de vastes connaissances sur la manière dont le lieu de travail fonctionne comme un lieu de formation de nouveaux membres et membres existants du personnel. Le projet m’a également permis d’améliorer significativement mon anglais et d’apprendre à travailler avec des personnes ayant des points de vue différents.

 

Pour en savoir plus sur le projet WorkMentor et ses conclusions, veuillez consulter le site Web de WorkMentor.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn