chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Pjattaforma Elettronika għat-Tagħlim għall-Adulti fl-Ewropa

 
 

Blog

Commençons par le commencement - Les compétences de base sur le lieu de travail

29/07/2016
minn Camille POIRAUD
Lingwa: FR
Document available also in: EN LV NL

Si vous avez suivi les nombreux articles de blog publiés sur EPALE ces dernières semaines, vous aurez sûrement remarqué qu'il est difficile de définir exactement ce que nous entendons par « lieu de travail ». S'agit-il d'une formation POUR le lieu de travail ou SUR le lieu de travail ? Est-ce que la formation sur le lieu de travail s'attache principalement au développement de compétences professionnelles ou est-ce que les compétences transversales jouent un rôle plus important dans les possibilités d'embauche et la réussite sur le lieu de travail ?

Quelle que soit l'approche que nous choisissons, nous ne devons pas oublier que les compétences de base sont la porte d'entrée à tous les apprentissages, que ce soit sur lieu de travail ou non. Les employés ne disposant pas des compétences de base en lecture, écriture et calcul, ne pourront améliorer leurs compétences que jusqu'à un certain point. (Lire à ce sujet un article du blog sur ce thème de la directrice de Vox, Gina Lund - en anglais).

Il existe trois bonnes raisons de se concentrer sur l'apprentissage des compétences de base dans le cadre de la formation sur le lieu de travail. La première est que de nombreux employés pourront en profiter dans la mesure où les compétences de base amélioreront leurs chances d'augmenter leurs qualifications.  La seconde est liée aux besoins de l'entreprise d'accroître la compétitivité, la productivité et la sécurité. On oublie souvent que la troisième raison est liée à la motivation et à l'obtention de résultats efficaces. Les expériences vécues dans le cadre du programme national norvégien pour l'apprentissage des compétences de base sur le lieu de travail, récemment renommé CompetencePlus, montrent que l'apprentissage sur lieu de travail est capable de toucher des individus qui, autrement, n'auraient participé à aucune action de formation.

La pertinence et l'impact immédiat sont des facteurs importants dans la motivation des apprenants adultes. Toute formation qui peut être mise en pratique, ici et maintenant, dans la vie et le travail quotidien des apprenants, sera plus attrayante, parce que perçue comme utile.

Pour assister les enseignants dans leur approche pragmatique de la formation, Vox, Agence norvégienne pour la formation continue  a mis au point une série de  « profils relatifs aux emplois requerrant des compétences de base ». Les profils décrivent comment et où les compétences de base sont pertinentes dans les tâches professionnelles réelles de l'employé, pour des emplois spécifiques. Seize profils ont été traduits en anglais. Les meilleurs profils ont été adaptés à chaque situation individuelle, en s'appuyant sur un cas concret et en l'adaptant aux besoins d'un individu. Ces exemples peuvent aider les formateurs, afin qu'ils puissent développer leurs propres adaptations et créer des cours réellement en phase avec les besoins des participants.

Les profils peuvent également servir de base à la création de supports d'autoévaluation pour les apprenants. Un exemple basé sur le profil d'auxiliaire de crèche (lien externe), vient d'être mis en ligne sur EPALE. De tels supports peuvent être utilisés comme un puissant facteur de motivation initial, et comme un outil pour poursuivre l'autoévaluation de la formation.

Nous nous efforçons encore et toujours de toucher les personnes les moins motivées de notre groupe cible. Vox coopère avec d'autres membres du EBSN (European Basic Skills Network) pour collecter davantage d'informations sur les schémas efficaces d'apprentissage des compétences de base sur le lieu de travail. Si ce thème vous intéresse, vous pouvez partager vos expériences en commentant ce blog ci-dessous, et nous rejoindre sur EPALE Communauté de pratique sur l'apprentissage sur le lieu de travail à l'initiative de EBSN.

Graciela Sbertoli

Coordinatrice Internationale pour Vox/membre de l'EBSN / Epale NSS Norvège

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Qed jintwerew 1 - 1 minn 1
  • Ramon Mangion's picture

    You asked a number of key questions in your post. I would like to attempt to adress them with my own thoughts on the subject.

     

    1. Does it mean primarily learning FOR the workplace, or learning IN the workplace?

    This is an interesting question in fact. However in literature that I read and also as a personal opinion, I believe that the term refers to the learning IN the workplace ( as you put it ). It is not my intention to write at length in this comment, however there is ample material on the subject.

     

    2. Should workplace learning focus mainly on developing vocational skills, or do transversal skills play a more important role in increasing the employability of an individual and their success in the workplace?

     

    Basic skills are the key to any career. I would link with the aspect of employability skills as well. In this day and age  of technology, digital literacy is paramount, as even some basic tasks are now adays being done through the use of ICT. However apart from numeracy, literacy and digital literacy I would also add 'Soft skills'. This is where many are failing and the  boom in social media and the lack of social interaction is also not helping. Hence to also directly answer your question, I believe that workplace learning should aim at providing a holistic perspective and thus cover both vocational skills and also transversal skills.