chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Pjattaforma Elettronika għat-Tagħlim għall-Adulti fl-Ewropa

tal-kamra tal-aħbarijiet

Etude sur les résultats et l’impact de la validation des compétences des volontaires

06/05/2020
minn Brikena XHOMAQI
Lingwa: FR

Les partenaires du projet ImproVal ont publié une nouvelle étude qui vise à découvrir si et comment les volontaires et les organisations accueillant les volontaires ont pu utiliser les résultats de la validation.

Résumé

Bien qu’il soit largement reconnu que les volontaires acquièrent des compétences durant leurs expériences de volontariat et que de nombreux outils pour la validation existent, l’apprentissage non-formel et informel est n’est toujours que très peu reconnu par l’éducation formelle ou le marché du travail. De ce fait, une étude a été menée pour découvrir si et comment les volontaires et les organisations accueillant des volontaires ont pu utiliser les résultats de la validation. Pour ce faire, le projet ImproVal visant à améliorer la validation dans le secteur du volontariat a été établi. ImproVal est un projet européen impliquant des partenaires basés dans cinq pays européens (Finlande, Hollande, Belgique, Allemagne, et Slovaquie).

Le projet vise à faire une synthèse du travail entrepris dans l’Union européenne sur la validation des acquis de l’expérience dans le cadre du volontariat. Sur la base de questionnaires adressés aux volontaires et organisations accueillant des volontaires et des entretiens avec des experts, plusieurs avantages et défauts concernant l’usage d’outils de validation ont été identifiés. Il a été trouvé par exemple que les volontaires et organisations accueillant des volontaires éprouvent des difficultés à identifier et à mener une autoréflexion sur les compétences. D’autres facteurs, tels que le manque de temps, peuvent poser obstacle aux pratiques de validation, tant du point du vue des organisations que des volontaires.

L’étude a aussi contribué à montrer que les raisons d’utiliser ces outils diffèrent et peuvent être même contradictoires. Bien que les volontaires décident d’utiliser en premier lieu ces outils pour augmenter leur propre employabilité, peu d’organisations consultées mentionnent la lutte contre le chômage parmi les raisons d’utiliser ces outils avec les volontaires. La validation est entreprise par les volontaires pour leur développement personnel et professionnel (épanouissement, motivation et employabilité), ce qui en retour bénéficie aux organisations (recrutement et rétention des volontaires ainsi qu’en termes de réputation de l’organisation). Par ailleurs, les procédés de mise en œuvre de la validation diffèrent fortement d’un outil à l’autre. Ceci résulte dans un manque de comparabilité des résultats et constitue un obstacle majeur à la reconnaissance des aptitudes et compétences, et ce, à tous les niveaux (local, national et européen).

Afin de pleinement intégrer la validation de l’apprentissage non-formel et informel dans la société et l’économie, un effort et un volontarisme accrus pour reconnaitre ces compétences sont nécessaires. Parmi les recommandations formulées à partir des résultats de l’étude, on peut souligner l’importance de standardiser les résultats des outils de validation, la sensibilisation sur leur disponibilité, leur usage et leurs bénéfices, l’investissement dans la formation des tuteurs, mentors, conseillers, évaluateurs et facilitateurs de volontaires et la promotion de méthodes de validation numériques.

LIRE L’ARTICLE DE L’ETUDE COMPLET (en anglais).

ImproVal est un projet européen financé par Erasmus+ qui vise à faire une synthèse de tous les projets et initiatives visant à améliorer la validation des compétences des volontaires. Un des trois bénéfices de la validation des compétences est de contribuer au développement personnel des volontaires et bénévoles, et donc à leur inclusion sociétale car la validation met en lumière l'apprentissage que l'on acquiert lors d'une expérience de volontariat. Les deux autres bénéfices sont les suivants : d’une part, cela peut permettre aux volontaires de gagner en employabilité sur le marché de l'emploi et d’autre part, à les inciter à poursuivre leur éducation formelle, non-formelle et informelle. A ce jour, les partenaires du projet ImproVal ont trouvé près de 50 outils pour la validation des compétences en Europe. Tous sont répertoriés sur le site Internet du projet : https://www.improval.eu. Visitez notre site et regardez cette courte vidéo de présentation pour en savoir plus !

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn