chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Pjattaforma Elettronika għat-Tagħlim għall-Adulti fl-Ewropa

 
 

Blog

Inscrire le folkbildning nordique au patrimoine culturel de l’UNESCO !

01/09/2019
minn Markus Palmén
Lingwa: FR
Document available also in: EN EL HU SK

/mt/file/folkbildningFolkbildning

Folkbildning

 

Haut du formulaire

 

L’éducation non formelle nordique des adultes pourrait-elle entrer au patrimoine culturel de l’UNESCO comme le rêve la légende de l’éducation des adultes Gösta Vestlund?

 

Il faisait chaud en septembre cette année-là, il y a sept ans. Je ne me sentais pas bien.

Mon déplacement professionnel en Suède était presque terminé et j’avais hâte de prendre le ferry pour rentrer chez moi, de l’autre côté du golfe, à Helsinki. Mon premier-né avait cinq semaines et il avait été hospitalisé à cause d’une infection. Ce n’était pas le meilleur moment pour m’absenter.

J’avais néanmoins une mission à accomplir avant de prendre le bateau.

J’allais avoir l’opportunité de rencontrer une personne très spéciale pour un entretien vidéo. Gösta Vestlund est considéré comme le «grand sage» du folkbildning suédois, le système nordique d’éducation non formelle gratuite des adultes (voir l’encadré ci-dessous).

M. Vestlund était alors âgé de 99 ans. Au moment où je rédige cet article, il a en 106. Sa carrière dans le domaine de l’éducation non formelle des adultes, en tant qu’éducateur, administrateur, auteur et figure marquante des débats publics s’est étendue sur neuf décennies et se poursuit encore à ce jour.

J’ai traversé Stockholm pour me rendre à mon entretien avec un trépied et un appareil photo. J’ai hélé un taxi, qui m’a tranquillement conduit vers une banlieue verdoyante. Après avoir passé la porte de M. Vestlund, je me suis vite retrouvé plongé dans un canapé, légèrement étonné que mon hôte centenaire me serve du café et des petits pains en souriant, refusant toute aide de ma part.     

Notre entretien s’est avéré être l’une des rencontres les plus agréables et mémorables de ma vie professionnelle. Les réflexions de M. Vestlund étaient captivantes, sa prestation éloquente. Grâce à son accueil amical et chaleureux, mon agitation s’est dissipée dès que j’ai franchi la porte; aucun titre et rond de jambe n’était autorisé ici!

Nous avons parlé pendant plus d’une heure. Il m’a été très difficile par la suite de condenser cette fascinante conversation dans une vidéo de 14 minutes.

Avec l’aimable autorisation d’Elm Magazine, détenteur des droits d’auteur. www.elmmagazine.eu

 

Le message de M. Vestlund portait essentiellement sur le lien étroit qui unit le folkbildning et la démocratie. L’idée centrale de ce type d’éducation non formelle est de motiver les gens à s’épanouir et à améliorer la société, tout en renforçant l’estime de soi des apprenants. Ce respect de l’individu, selon les termes mêmes de Gösta Vestlund, est aussi la base de la démocratie.

La dernière chose qu’il a dite m’a particulièrement marqué. Il avait eu une vision qu’il souhaitait transmettre aux éducateurs d’adultes du monde entier :

«Et si le folkbildning entrait au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO?»

M. Vestlund a poursuivi en décrivant comment l’inscription sur la liste du patrimoine culturel serait un clin d’œil au rôle du folkbildning dans le renforcement de la démocratie, mais aussi une stratégie de défense très astucieuse à une époque où les subventions publiques pour l’éducation des adultes sont en baisse dans de nombreux pays.

Sept ans plus tard, je n’arrête pas de me dire : quelle bonne idée! Appel à la communauté EPALE : pouvons-nous faire de cette vision une réalité? Faites part de vos commentaires ci-dessous!

Le « Folkbildning » nordique en bref

L’éducation non formelle des adultes à la mode nordique, le « folkbildning » ou « éducation libérale des adultes », se caractérise par les éléments suivants :

  • une tradition nordique bien plus que centenaire, enracinée dans divers mouvements ouvriers et religieux ;
  • une tradition que l’on trouve sous sa forme la plus pure dans les pays nordiques, mais qui a influencé d’autres formes d’éducation des adultes, comme le Volkshochule allemand ;
  • une éducation basée sur la volonté des participants d’apprendre tout au long de leur vie et de progresser en tant qu’individus et citoyens, souvent liée aux idéaux de démocratie, de cohésion sociale et de citoyenneté active ;
  • l’absence, en règle générale, d’examens et de diplômes. Les prestataires ont généralement la liberté de concevoir des offres d’apprentissage sans s’appuyer sur des programmes d’études standardisés ;
  • plusieurs types de prestataires neutres ou défendant des idéologies diverses : cercles d’études, universités populaires (généralement des campus proposant des programmes d’études plus longs), centres d’éducation des adultes (proposant généralement des cours du soir), institutions sportives, etc. ;
  • des frais de scolarité peu élevés et des programmes accessibles à tous grâce à des subventions publiques ; 
  • dans de nombreux pays nordiques, le folkbildning est responsable d’une grande partie des formations visant à une meilleure intégration des migrants.

 


Markus Palmen est journaliste, écrivain, producteur audiovisuel et travailleur indépendant. Depuis août 2017, il est coordinateur thématique d’EPALE pour les politiques. Pendant huit ans, Markus a été directeur de la publication et rédacteur en chef de la Revue européenne sur l’éducation et la formation tout au long de la vie.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn