chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Eiropas Pieaugušo izglītības e-platforma

Emuārs

Enseignement - Formation: Les stratégies et recommandations de l'UE

09/02/2017
Michèle MOMBEEK
Valoda: FR

La stratégie 2020 - Le développement en Belgique francophone

Afin de mieux pouvoir situer le avancées de l'éducation et de la formation en Belgique francophone dans le cadre de la stratégie européenne 2020 et par rapport aux dernières recommandations liées à la  Nouvelle stratégie pour les compétences en Europe, voici les textes de référence:

Le Cadre stratégique de l’UE pour la coopération dans le domaine de l’éducation et de la formation

Nouvelle stratégie pour les compétences en Europe

La "Stratégie 2020" (stratégie globale de la Commission pour la croissance et l’emploi)

La Nouvelle stratégie pour l’amélioration des compétences en Europe : « Upskilling pathways ».

Cette stratégie, qui a été adoptée en décembre 2016, vise à aider les adultes peu qualifiés à acquérir un niveau minimum d’alphabétisation, en calcul et en compétences numériques et/ou progresser vers un diplôme de second cycle ou équivalent (niveau 3 ou 4 de l’EQF selon les pays), et cela en trois étapes :

Étape 1 – Évaluation des compétences
 Les adultes peu qualifiés possèdent déjà souvent des compétences, y compris des compétences professionnelles, mais peuvent présenter des lacunes spécifiques en ce qui concerne les compétences de base ou un ensemble plus vaste de compétences.

Pour ces personnes, proposer un cours standard qui ne tient pas compte des compétences existantes serait inefficace et contre-productif.

Ainsi, une caractéristique essentielle pour un cours efficace, est d'adapter la formation aux besoins individuels.

L'évaluation des compétences vise à déterminer les compétences dont dispose une personne et les lacunes à combler.

Cela peut prendre la forme d'un «audit des compétences», tel que proposé dans la recommandation du Conseil de 2012 sur la validation de l'apprentissage non formel et informel.

Cet « audit »  sert de base pour la mise en place d’un programme de  formation et de soutien. Des audits de compétences de ce type sont déjà disponibles dans différents pays européens et peuvent être une source d'inspiration pour les pays souhaitant les développer.

La proposition est que les États membres donnent la possibilité aux adultes peu qualifiés de présenter  une évaluation, une vérification des compétences, afin d'identifier les compétences existantes et les besoins de perfectionnement.

 
Étape 2 - Offre d'apprentissage
 Les résultats de l'évaluation des compétences constituent la base pour une offre adaptée de formation.

L'offre d'apprentissage serait conçue pour combler les lacunes spécifiques des compétences identifiées par l'évaluation des compétences.

L'offre pourrait donc porter sur les compétences de base ( littératie,, numératie, compétences numériques), sur  une combinaison de celles-ci ou sur  une formation qui donnerait lieu à une qualification.

Le parcours peut se faire en plusieurs étapes mais devrait mener à un diplôme de second cycle ou équivalent (niveau 3 ou 4 de l’EQF selon les pays).

Pour surmonter les obstacles à la participation, l'offre de formation doit être souple et adaptée aux habitudes d'apprentissage des adultes.

 La recommandation souligne par conséquent la nécessité de disposer de cadres d'apprentissage appropriés, d'enseignants et de formateurs dûment qualifiés, de méthodes d'enseignement adaptées à l'âge et l'utilisation de l'apprentissage numérique.

Les adultes sont motivés en voyant qu'ils font des progrès; cela peut être réalisé en structurant la formation en unités d'apprentissage qui peuvent être évaluées et validées individuellement. La formation proposée doit correspondre aux besoins du marché du travail, au niveau local ou régional.

Étape 3 - Validation et reconnaissance des compétences acquises.

La recommandation propose aux États membres de s'appuyer sur les dispositifs de validation existants pour évaluer et certifier les compétences acquises grâce à la mise en place de la stratégie « Upskilling pathways » et d’assurer leur reconnaissance en vue d'une qualification, conformément au cadre et aux systèmes nationaux de qualifications.

La validation permettra d'enregistrer les progrès des apprenants à différents stades du parcours.

Plus la collaboration entre les différents acteurs de l’éducation et de la formation pour adultes sera grande, plus il sera facile pour l’apprenant de réaliser un parcours de formation cohérent  de différentes manières.

 

Principes clés pour la mise en place de cette stratégie :

Sensibilisation, orientation et mesures de soutien

 De nombreux adultes ne sont pas conscients des avantages de l'augmentation de leur niveau de compétences ou des possibilités de perfectionnement qui ne nécessitent pas de retourner dans un cadre scolaire formel.
Des stratégies de sensibilisation soigneusement ciblées sont nécessaires pour encourager les gens à prendre contact avec les services concernés.
La conception de telles mesures de sensibilisation doit se fonder sur un aperçu adéquat des nombreux sous-groupes qui constituent la population peu qualifiée.
Les chômeurs inscrits, par exemple, peuvent être plus facilement atteints par des organismes qui les aident à retourner sur le marché du travail.
 
D'autre part, les personnes qui travaillent peuvent être atteintes avec la participation active de l'employeur ou des syndicats.
Des mesures spécifiques peuvent être nécessaires pour atteindre les migrants s'ils ne connaissent pas la langue du pays d'accueil, etc.
 
Les activités de sensibilisation devraient sensibiliser les adultes aux avantages de l'amélioration des compétences, les informer des mesures d'orientation et de soutien et des possibilités d'apprentissage disponibles.
L'orientation est une autre étape importante pour conseiller et informer tout au long du parcours.
La recommandation appelle à soutenir le perfectionnement professionnel du personnel dans le domaine de l'éducation des adultes, à la fois dans la formation initiale et par la formation continue, en reconnaissant leur rôle clé dans l’apprentissage des adultes peu qualifiés et dans l'orientation et le soutien.
 
Outre les activités de sensibilisation et d'orientation, les États Membres peuvent également envisager de fournir un soutien spécifique pour éliminer les obstacles à la participation. La recommandation fournit des exemples de mesures de soutien directes ou indirectes, y compris le droit au congé- éducation payé  ou des incitations financières pour les apprenants, ou un soutien aux employeurs pour les encourager à soutenir l'amélioration des compétences de leurs employés.
 
La Commission demande que chaque pays établisse ses priorités d’ici 2018.
 

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn