chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Eiropas Pieaugušo izglītības e-platforma

 
 

Ziņu sadaļa

Lieux fictifs - L’art à la frontière des territoires et des personnes

05/10/2015
Valoda: FR
Document available also in: EN

Lieux Fictifs

Espace de recherche,  d’éducation et de création collaborative

Cinéma et nouveaux médias

 

L’art à la frontière des territoires et des personnes

 

Lieux Fictifs est un espace collaboratif de création et d’éducation sur l’image, qui développe des pratiques artistiques dont le champ d’intervention est la « frontière ». Nous invitons les artistes à se confronter à la question de la transformation des frontières qui s’établissent entre les territoires et les personnes, frontières physique (la prison), sociale, culturelle ou générationnelle, mais aussi entre les formes artistiques, les matériaux de l’ image et du son.

Nous accueillons dans cet espace, qui lie des dimensions de recherche et de création, des réalisateurs et des artistes (metteurs en scène, chorégraphe, compositeurs sonores, écrivains…), ainsi que des universitaires.  Cette question de la frontière est abordée entre les champs professionnels du social et de la culture, mais aussi entre des champs disciplinaires scientifiques et artistiques.

Nous produisons des films indépendants, des créations collaboratives, des ateliers d’éducation à l’image, des programmes de recherche, de formation et de coopération européenne.

Parallèlement, une politique de diffusion et d’édition est développée auprès du grand public, qui s’inscrit dans un dialogue entre l’Art et Société.

Les processus d’éducation et de création se réalisent en grande partie avec des personnes placées sous mains de justice, en prison et en milieu ouvert, et avec d’autres publics; universités, grandes écoles, lycées, foyers, MJC, centres sociaux, centre d’éducation et d’insertion… Ces territoires sont souvent reliés les uns aux autres, autour de projets communs.

Dans cet espace, la création s’expérimente, se risque dans l’espace social, cherchant à reconstruire des récits individuels et collectifs, à imaginer de nouvelles représentations, dans des lieux et des temps qui les fragmentent, les séparent, les effacent. L’expérience artistique est considérée comme un processus de transmission et d’éducation, qui permet à chaque participant de déplacer son regard, de se ré-envisager.

La place de l’artiste dans l’écriture et la fabrication des œuvres, ainsi que la place de l’art dans la société, sont au centre de cette recherche. Nous considérons que l’art est une expérience de la perception, de l’espace, du temps et de l’émotion, une expérience individuelle qui peut se renvoyer de l’un à l’autre pour en éclairer réciproquement le sens.

Chaque année, des expériences artistiques sont menées dans ce contexte par des professionnels de l’image et du son, qui croisent le cinéma et les nouveaux media avec différentes écritures artistiques (arts plastiques, écriture, théâtre, danse, création sonore...).

Ces expériences se réalisent en associant des personnes (adultes ou jeunes) dans une diversité de situations  artistiques (le mouvement, le son, le dessin, le récit, l’image). Ces expériences peuvent mener à la création d’œuvres collaboratives ou s’inscrire dans le cadre d’un atelier participatif.

Depuis une dizaine d’années, Lieux Fictifs s’est engagé sur différents projets en Europe et en Méditerranée, dans lesquels plusieurs dimensions sont développées: la recherche et la formation à travers des échanges de pratiques entre artistes et institutions, la mise en œuvre de rencontres publiques, de workshops et l'élaboration d'outils innovants d'éducation, de formation et d'évaluation.

Depuis 2014, l’association a initié et coordonne le projet « In living memory : educational and creative process with European archives » soutenu par le programme Erasmus+ de l’Union européenne. Il rassemble aux côtés de Lieux Fictifs, trois opérateurs artistiques menant des projets d’éducation non formelle (TransFORMAS, coopérativa sociale e.s.t.i.a, PhotoART Centrum), une Université (Westerdals) et trois structures détentrices d’archives (Institut National de l’Audiovisuel; Fondazione Cineteca Italiana, Institut Municipal de Museus de Reus – Centre de la Imatge Mas Iglesias). Il vise à mettre en œuvre un processus innovant, basé sur la création d’œuvres artistiques collaboratives associant des participants détenus et libres (adultes et étudiants) et utilisant des images d’archives de différents pays, qui favorisera le développement d’un dialogue interculturel entre ces participants. Ce projet explore les possibilités d’appropriation individuelle et collective de l’image d’archive à travers sa transformation. Il vise aussi, à partir de l’expérimentation de méthodologies lors de sessions de travail entre artistes et participants, à créer des outils méthodologiques pour permettre leur dissémination. Des chercheurs sont associés à ce processus, pour rapprocher des visions théoriques et pratiques dans ces outils, et créer des passerelles entre les acteurs de l’éducation non formelle et formelle.

Sophie DOMINIQUE et Caroline CACCAVALE 

www.lieuxfictifs.org

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Tiek rādīts 1. - 1. no 1
  • Lietotāja Elena Galifianaki attēls

    Want to know more about arts and culture in adult education? EPALE is hosting Museums, Galleries and Culture Week on 15-19 February 2016 to bring together news, events, resources and discussions!

    Join us at /node/18826 and on social media at #epale2016.