chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Eiropas Pieaugušo izglītības e-platforma

 
 

Emuārs

Vous avez dit environnement d’apprentissage !

02/10/2015
Jean Vanderspelden
Valoda: FR
Document available also in: EN ET

                                                                                   

/en/file/puzzlejpg-0puzzle.jpg

vous avez dit environnement d'apprentissage

 

 

Vous avez dit environnement d’apprentissage !

Le terme «Environnement d’apprentissage» est de plus en plus présent dans les écrits concernant l’éducation et la formation des adultes. Cela correspond à la convergence de trois facteurs que nous nous proposons d’éclairer dans ce billet :

  • Une évolution des théories d’apprentissage : «de la transmission des connaissances vers l’autoformation accompagnée »

Pour des raisons idéologiques, liées en particulier aux enjeux quantitatifs, l’éducation dès le XIXème siècle, et la formation (dans la continuité) au XXème siècle, mettent l’accent sur le rôle de l’enseignant, et donc du formateur. Cela a été au détriment des responsabilités des élèves, des stagiaires ou de l’apprenant. Malgré quelques contre-exemples notoires comme l’école mutuelle, la didactique régnait en maître ! Grâce à Piaget, Vygotsky,… l’idée que chaque personne apprenait différemment a fait son chemin. Aujourd’hui la pédagogie «différenciée», voir «personnalisée» devient un passage obligé, au moins dans le discours, quelquefois dans les pratiques ! On retrouve quelques fondamentaux de la pédagogie active prônée par Freinet, Montessori, … Dans tous les cas, l’activité de la personne à qui on enseigne, que l’on forme ou qui apprend, devient primordiale en vue d’atteindre les objectifs définis ou pour acquérir les compétences visées. Les théories sur la pédagogie se centrent sur les conditions favorables à l’acte d’apprendre. Parmi celles-ci, figure en bonne place l’environnement d’apprentissage qui va permettre à chacun d’entre-nous d’autoréguler, en partie, pour optimiser nos façons d’apprendre.

  • L’émergence du concept d’Apprenance

Complémentairement à l’évolution des théories sur l’apprentissage, des travaux sur les organisations fertiles pour favoriser des apprentissages tout au long de la vie apparaissent aujourd’hui. En particulier, les travaux de l’équipe universitaire de Philippe Carré proposent un cadre de réflexion et d’action autour du concept d’ Apprenance (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Apprenance). Passant d’une logique dominante de «Lieux» (caractérisant des actions de formation essentiellement organisées autour du stage), vers des dynamiques complémentaires «Espace-temps» plus individuelles, le concept d’Apprenance catalyse de nouveaux écosystèmes d’apprentissage. Si le stagiaire devait s’adapter à l’offre de formation (effet catalogue), avec l’Apprenance, ce sont les acteurs d’un territoire qui doivent s’organiser pour tenter de mieux réponde aux besoins de chaque apprenant, de mieux en mieux connectés pour la plupart (effets APP, MOOC, Barcamp, Fablab, Cercle d’apprentissage, ou autres). Les questions sur le savoir, le pouvoir et le vouloir apprendre résonnent avec l’environnement de chaque citoyen, apte, ou non, à saisir de nouvelles opportunités pour se former dans son milieu.

  • La place incontournable que prend le numérique

La qualité de son environnement d’apprentissage est intiment liée à sa capacité à interagir adéquatement : trouver l’information, rechercher de l’aide, s’associer, etc… avec ou sans artefact numérique. Depuis peu, les anglo-saxons ont introduit le concept PLE « Personal Learning Environment», sous-entendu «Environnement Personnel d’Apprentissage Numérique» ou «EPA». (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Environnement_d%27apprentissage_personnel). Comme on dit «Réseaux Sociaux», au lieu de «Réseaux Sociaux Numériques», le Digital est tellement présent dans nos sphères personnelle, sociale et professionnelle que l’on a tendance à ne pas, à ne plus, le notifier. Les capacités s’informer, à partager et à publier constituent de nouvelles occasions pour se divertir, pour consommer, pour se déplacer, pour se cultiver, mais aussi pour travailler et pour apprendre. En fonction d’une part, de la qualité de la connexion sur nos lieux de vie et de travail, et d’autre part, de notre culture et de nos pratiques du numérique, les possibilités d’entretenir son employabilité, sa mobilité, sa culture et sa citoyenneté seront variables. Certains adultes sont, ou seront dans des conditions favorables d’interactions, d’autres risquent de subir une double fracture numérique : soit dans les possibilités de connexions, soit dans la pertinence et la diversité des usages. Plus le niveau de qualification est faible, plus ce risque est fort.

Le concept Environnement d’apprentissage» peut être caractérisé par, au moins, trois niveaux de plus en plus proches de l’apprenant ; d’abord celui du degré de pertinence de l’écosystème d’apprentissage dans lequel agit l’apprenant, puis celui du type de pédagogie mise en oeuve qui favorise, ou non, la diversité des activités auto-régulatives pour se former et enfin, celui de la maîtrise des ressources et des outils numériques, tant du coté des apprenants que de celui des appreneurs, pour optimiser les interactions humaines favorables aux d’apprentissages collaboratifs durables, souvent au sein de communautés d’apprentissage.

Jean vanderspelden, consultant ITG Paris pour l'accompagnement de projets de formation ouverte et à distance, en vue du développement des compétences des adultes et  travaille sur l’alliance entre "Pédagogie des adultes et intégration du numérique" dans les pratiques des acteurs du savoir formant et accompagnant des publics de tous niveaux, y compris les adultes peu qualifiés. 

02 /10/2015

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Tiek rādīts 1. - 1. no 1
  • Lietotāja benoit tostain attēls

    En effet "Passer de la transmission des connaissances vers l’autoformation accompagnée" et "développer l'apprenance" sont deux faces d'un dispositif qui permet d'accéder à l'automie en formation et de développer son propre système d'apprentissage.

    Alors, pourrait-on résumer le positionnement de l'équipe pédagogique en charge de l'ingénierie de formation  à la question :  "Comment allons nous faire pour que les apprenants se passent de nous ?"  Voici une gageure intéressante pour les professionnels de la FOAD... et un bonne idée pour mon prochain article ;-)