chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Eiropas Pieaugušo izglītības e-platforma

 
 

Emuārs

La bibliothèque, ce sont les gens, autrement dit la projection de la bibliothèque du futur - entretien avec Natalia Gromow

31/07/2019
by Monika Schmeich...
Valoda: FR
Document available also in: PL DE

Traduction du polonais - NSS Pologne

Quelle est la fonction d'une bibliothèque moderne ? Qu'est-ce qui est important pour ses utilisateurs ? Comment combiner espace fonctionnel, offre attrayante et riche collection de livres ? À ce sujet et à propos de plusieurs autres domaines importants de la bibliothéconomie moderne, j’ai eu l’occasion de parler à Natalia Gromow, bibliothécaire passionnée, directrice de la bibliothèque municipale publique de Gdynia.

 

/lv/file/1552942876316765jpg1552942876316765.jpg

Monika Schmeichel-Zarzeczna: Tu as une vision très spécifique de la bibliothèque de Gdynia, qui a été précédée d'un diagnostic. Peux-tu dire comment était le processus de création de stratégie que vous êtes en train de réaliser ?

Natalia Gromow: Lorsque j'ai remporté le concours de directeur du MBP à Gdynia, j'ai demandé un audit de l'institution. Sur cette demande, je me suis rendue à la bibliothèque provinciale de Gdańsk, qui a supervisé l’organisation  de fond des institutions de la province. L’audit a révélé des domaines dans le fonctionnement de la bibliothèque et de ses succursales, qui devraient être améliorés et rationalisés. Avec les résultats du contrôle et du soutien du président de la ville, sans qui rien ne pouvait être fait, nous avons décidé d'élaborer une stratégie. Je dis que nous avons décidé parce que ce travail est une création d'équipe. À partir de la première partie de ce travail, j’ai organisé des ateliers pour les bibliothécaires désirant s’impliquer dans les travaux du projet. Les ateliers étaient en plein développement, tout en étant amusants et nous y avons intégré l’équipe. Nous avons tous appris à utiliser la méthode de l'expérience de l’utilisateur. Nous avons eu de nombreuses réunions avec des personnes qui nous ont aidé à préparer l'ensemble du processus de changement, à diagnostiquer et à rechercher des domaines de développement. Au même moment, la bibliothèque était inspectée par le Service municipal de conception géré par la Startup Gdynia. De cette manière, les activistes municipaux ont été impliqués de la même manière dans l’étude. C'était un processus fascinant. Tous ses éléments ont abouti à une stratégie développée mettant fortement l'accent sur les besoins réels des lecteurs et des résidents de Gdynia. J'ai déjà développé la deuxième partie du document moi-même, car elle contient des questions très importantes pour le développement de la bibliothèque et de ses employés. Après l'achèvement des travaux, la stratégie a été adoptée par le conseil municipal sous forme de résolution et, à partir de ce moment, nous avons essayé de la mettre en œuvre.

MSZ: Votre stratégie a été adoptée en 2017. A-t-elle changé de quelque façon depuis, a-t ’elle évolué ? Êtes-vous capable de mettre en œuvre toutes les hypothèses initiales ?

NG: La stratégie de la bibliothèque de Gdynia ne comporte pas de tableau typique pour de tels documents avec des activités incluses dans une période donnée. Bien entendu, la mission, la vision et les objectifs du développement de l'institution sont définis. De plus, chaque année, nous créons un plan basé sur les hypothèses qu’il contient et c’est justement ce plan que nous mettons en œuvre. En même temps, nous surveillons en permanence ce qui est sorti et ce qui ne l’a pas été. Nous sommes également ouverts à de nouveaux défis. Par exemple, si nous avons la possibilité d’adapter un objet qui ne fait pas partie de la stratégie, nous l’utilisons bien entendu.

L’un des éléments de la stratégie est l’optimisation du réseau de succursales de bibliothèques à Gdynia. L’audit a montré que c’était historique. Nous avons une grande densité de succursales dans le centre-ville et il y a un manque de bibliothèques dans les districts nouvellement créés où elles sont nécessaires. Des recherches menées antérieurement nous permettent de développer le réseau dans les bonnes directions.

MSZ: As-tu  dû fermer des succursales?

NG: Au cours de la réorganisation qui a eu lieu jusqu'à présent, je n'en ai fermé aucune. Cependant, j'ai relié trois bibliothèques - la bibliothèque universitaire de Gdynia, la salle de lecture scientifique et le prêt scientifique - en une seule bibliothèque de la connaissance. Je sais cependant que le moment viendra où je devrai fermer au moins une agence, car celle-ci est située dans un établissement qui ne lui convient pas.

MSZ: Tu ouvres de nouvelles bibliothèques, chacune d’elles étant différente. Où trouves-tu des inspirations et des idées de solutions ?

NG: Lors de la conception d'une bibliothèque, nous devons savoir quoi y trouver et surtout qui l'utilisera.

La première bibliothèque préparée à partir de zéro était la bibliothèque avec PASSION. Nous l'avons entièrement conçue à l'aide de la méthode Service Design. Nous avons testé différentes solutions qui pourraient convenir aux jeunes, car nous savions qu'il manquait des bibliothèques dédiées à ce groupe d'âge. Nous avons invité les jeunes à voir les projets et à exprimer leurs opinions lors de la conférence "Direction-Image".

Dans le cas de la bibliothèque du centre, nous avions la vision que ce serait un endroit pour les utilisateurs adultes âgés de 25 à 44 ans - ceux dont nous disposons le plus statistiquement. Bien sûr, tout le monde peut l'utiliser, mais nous avons mis l'accent sur les installations de ce groupe. Ces personnes nous rendent visite principalement parce qu’elles veulent emprunter des livres ou travailler tranquillement, mais il arrive qu’elles viennent avec des enfants. Nous avons donc constaté que la bibliothèque doit disposer d’un lieu où l’enfant peut prendre soin de lui-même, donnant ainsi au tuteur le temps dont il a besoin. C’est pourquoi BASE a été créé, c’est-à-dire un espace où les adultes ne peuvent pas entrer et où un petit utilisateur y entre par un trou dans le mur. Cet endroit a été complètement tapissé pour qu'il soit en sécurité. Des cordes sont montées à l'intérieur et il y a des poufs ressemblant aux modules du jeu populaire Minecraft. L'enfant peut s'asseoir et s'amuser, et le parent peut lire un livre, un journal ou étudier à la fois. Dans cette bibliothèque, nous avons abandonné les ordinateurs de bureau, nous mettons à disposition des ordinateurs portables. Son espace est conçu de manière à ce que vous puissiez vous asseoir n'importe où avec votre ordinateur portable. Une autre chose importante était de prendre en compte le fait que les jeunes viennent avec les smartphones et les tablettes. J'ai donc décidé que partout où il y aurait une prise, il devrait également y avoir une entrée USB qui permet de charger les appareils. Les lecteurs se sont révélés impatients de l'utiliser. Au début, j’avais oublié l’achat de câbles, mais l’opération a pu être complétée rapidement. Au stade de la conception, il est important de penser à de telles choses.

MSZ: As-tu un architecte avec qui tu coopères en permanence?

NG: En ce qui concerne l'architecte, comme dans d'autres institutions, nous menons des procédures liées aux marchés publics et nous organisons un concours. À ce stade, nous avons préparé les hypothèses et le plan de fonctionnement de la bibliothèque. Ensuite, nous choisissons une offre qui regroupe les meilleures chances de concrétiser notre vision. Bien sûr, dans la pratique, il semble que nous soyons confrontés à des architectes à chaque étape, car ils suggèrent souvent quelque chose qui a fière allure, mais ce sera absolument non fonctionnel. Jusqu'à présent, nous avons coopéré avec trois bureaux qui ont mené à bien des projets de bibliothèque à la Maison du quartier, à la Bibliothèque avec passion, à la Bibliothèque du savoir et à la plus récente, la bibliothèque du centre. L'architecte a toujours sa vision, mais chaque fois qu'un projet est réalisé, je porte une grande attention à sa faisabilité. Je veux éviter cette situation qui nous offre belle bibliothèque mais hélas complètement non fonctionnelle. Lors de la conception de la bibliothèque du Centre, nous avons également organisé des ateliers auxquels nous avons invité des lecteurs actifs et de nouveaux utilisateurs potentiels. Les architectes sont venus à cette réunion avec une vision qui prenait en compte nos hypothèses, mais ce sont les habitants de Gdynia qui ont indiqué ce qui fonctionnerait et ce qui ne fonctionnerait pas pour eux. Les architectes ont appliqué ces observations. Vous devez combiner fonctionnalité et design. Bien sûr, il y a des erreurs, nous ne pouvons pas tout prédire, mais nous avons chaque fois plus d'expérience avec chaque projet ultérieur. Nous apprenons constamment à faire attention. Par exemple, dans la bibliothèque avec Passion, nous voulions du mobilier mobile conçu, fabriqué et beau, mais il est tellement lourd que j’ai dû acheter un chariot élévateur pour le déplacer.

MSZ: Quelle offre éducative de ta bibliothèque peut être exploitée par les utilisateurs adultes?

NG: D'après les recherches que nous avons menées, il apparaît que les adultes ne veulent pas utiliser l'offre éducative. Ils n'ont tout simplement pas le temps pour ça. Les adultes veulent avoir accès à une collection de livres attrayante, ils sont prêts à emprunter des jeux de société ou à les utiliser sur place. Ils participent également à des réunions d'auteurs avec des écrivains connus sur le principe d'un bon événement culturel occasionnel. Les parents assistent à des cours auxquels ils peuvent participer avec leurs enfants. De plus en plus, les femmes, en particulier, sont intéressées à organiser leur temps libre dans la bibliothèque sur la base de groupes de quartier. Nous donnons un espace et les dames initient diverses activités liées à leurs intérêts. Nous organisons une place dans la bibliothèque de manière à ce que les gens puissent s'y rencontrer et faire ce qui les intéresse. Bien entendu, nous essayons de concevoir une offre qui leur soit destinée, tout comme les personnes âgées, les enfants et les jeunes qui souhaitent participer à nos initiatives. Cependant, un groupe d'adultes qui travaillent exige des livres et d'autres choses qu'ils peuvent emprunter, comme des jeux, des livres électroniques ou des livres -audio.

MSZ: Depuis peu, s’établit cette opinion que souvent la bibliothèque cesse d’être une bibliothèque et devient un foyer culturel. Comme tu l'as dit, l'offre destinée aux enfants, aux jeunes et aux personnes âgées est très diverse et trouve de nombreux destinataires. Cependant, ton expérience montre qu'il n'y a aucun risque que cette fonction de bibliothèque appropriée soit mise en arrière-plan. C'est juste que les lecteurs adultes ne le permettront pas eux-mêmes.

NG: Je pense que la bibliothèque ne perd pas sa fonction d'origine, car les gens s'y rendent pour se rencontrer, faire quelque chose de bien, avoir de la place pour eux-mêmes, mais surtout pour emprunter des livres. Les statistiques le confirment. Personnellement, je pense que nous pouvons "nous saigner aux quatre veines", avoir une offre géniale, faire de grands événements, mais si nous n’avons pas de nouveaux volumes sur les étagères, il n’y aura pas de développement, car les gens n’y entreront pas. Et les cours peuvent se faire dans un club de quartier. C'est pourquoi j'attache une grande importance au développement de la collection de livres.

MSZ: Est-ce vraiment la modernisation des bibliothèques et leur conception pour des groupes d'utilisateurs spécifiques, qui se traduit par une augmentation des statistiques de lectorat?

NG: Les statistiques montrent que nous avons plus d'utilisateurs et de prêts qu'il y a un an ou deux. Nous achetons beaucoup de nouveaux livres. Nous effectuons une sélection rigoureuse de la collection, nous éliminons des copies anciennes et endommagées. Nous prêtons attention à l'exposition des livres. Nous essayons de les organiser d’une manière identique à ce qui se fait à la Fnac, de sorte que qu’une telle exposition incite à emprunter. C'est aussi très important. De plus, le fait que nous ayons pu raccourcir le parcours du livre pour passer de l’étagère aux tablettes est important. Nous avons abandonné les achats centralisés, chaque succursale a sa propre sélection. Ce qui importe c’est que le titre qui arrive au lecteur, soit vraiment une nouveauté et ne parvienne pas avec un retard de plusieurs semaines. Cela fait partie de tout le processus de changement. L'espace est très important, la collection de livres est importante, mais aussi l'attitude des employés l’est tout autant.

MSZ: Selon toi, que devrait être une bibliothèque moderne?

NG: Tout d’abord, la bibliothèque devrait être destinée aux gens. Pour ceux qui viennent chez elle, mais aussi pour ceux qui y travaillent. En même temps, cela doit donner un espace dans lequel les gens pourront se développer de la manière qu'ils choisiront. L'offre doit être adaptée aux utilisateurs. Si tel est le cas, nous pourrons également créer des besoins et attirer un peu plus de lecteurs dans une certaine mesure.

/lv/file/natpng-0nat.png

 

Monika Schmeichel-Zarzeczna- historienne de l'art, animatrice culturelle, bibliothécaire, graphiste et commissaire d'expositions. Elle a étudié l'histoire de l'art à l'Université catholique Jean-Paul II de Lublin. Elle est diplômée de l'Académie des leaders culturels tenue par le Centre de la culture et des arts de Wrocław et de l'Académie des animateurs de l'association "Klanza". elle travaille actuellement à la bibliothèque publique municipale publique. H. Łopaciński à Lublin où elle anime des ateliers et des réunions pour différents groupes d’âge. Elle est chef de la branche n ° 38 MBP à Lublin. Depuis 9 ans, elle collabore avec le centre de pratiques théâtrales Gardzienice. Elle est membre du réseau national des bibliothécaires LABiB. Ambassadrice d'EPALE.


Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn