chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Eiropas Pieaugušo izglītības e-platforma

Emuārs

EPALE aplāde: Pieaugušo mācīšanās un izglītība globālā līmenī

17/01/2021
Sanda ROZE
Valoda: LV
Document available also in: EN ES BG ME RO

Mēs visi zinām, cik atšķirīga ir pieaugušo mācīšanās un izglītība visā Eiropā un kāds izaicinājums ir vienoties par kopējām prioritātēm ES dalībvalstīs. Tagad iedomājieties mēģinājumu uzlabot pieaugušo mācīšanās un izglītības lomu pasaules līmenī un panākt kompromisu ar visām 193 UNESCO dalībvalstīm. Nav iespējams? Tomēr reizi 12 gados Starptautiskā pieaugušo izglītības konference (CONFINTEA) mēģina to darīt. 

Džina Ebnere (Gina Ebner) no Pieaugušo izglītības Eiropas Asociācijas (EAEA)  sarunājās ar profesori Katarinu Popoviču (Katarina Popović), Starptautiskās pieaugušo izglītības padomes ģenerālsekretāri, kura skaidroja, kāpēc pieaugušo mācīšanās un izglītība ir jāiekļauj pasaules darba kārtībā, stāstīja, kā pilsoniskā sabiedrība var sniegt ieguldījumu gaidāmajā CONFINTEA VII konferencē, un pauda bažas un cerības par nākotni.

   

Klausieties apraidi:

     

Eksperti un saites uz galvenajiem resursiem:

Katarina Popoviča, Starptautiskās pieaugušo izglītības padomes ģenerālsekretāre un Belgradas Universitātes Filosofijas fakultātes, Pedagoģijas un andragoģijas/Pieaugušo izglītības departamenta profesore, Serbija.

       

Resursi:

Starptautiskās pieaugušo izglītības padome

Starptautiskā pieaugušo izglītības konference CONFINTEA)

Pieaugušo mācīšanās un izglītības globālais ziņojums (GRALE)

   

Atsauce:

EAEA. aplāde

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Tiek rādīts 1. - 1. no 1
  • Lietotāja pierre caro attēls
    Proposition adressée au Gouvernement Ministre des solidarités et de la santé, chargée de l’autonomie, pour répondre à l’enquête en cours. Parce que Epal à un rôle et une place essentiels face aux évolutions de la société mondiale et qu’il est nécessaire, indispensable de comprendre jusqu’à un âge très avancé. Verser lutter contre l’isolement l’âgisme ; pour améliorer la reconnaissance des aidants, renforcer les lieux de vie, les privilèges intergénérationnels, faciliter l’accès à la culture... et vivre bien et longtemps en bonne santé, heureux et entouré... je vous propose mon expérience de plus de vingt ans en situation de retraite et de long vieillissement. Un peu avant de faire valoir mes droits à retraite, 1997, je me suis demandé commentaire « faire bon usage » des quarante ans et plus que je pouvais espérer en situation de retraite, le même temps que celle de ma carrière terminée ! Celle-ci, 1957-1997, de tourneur sur métaux à patron d’une petite entreprise, m’a fait vivre des expériences, réussites et échecs (ces derniers sont tout autant formateurs), des rencontres, des environnements, des situations, des territoires... qui ont fait, en partie, ce que je suis. Ma carrière m’ayant été salutaire, je décide d’un même parcours en commençant par un temps d’apprentissage. Je choisi l’université permanente de Nantes, trois ans, pour un DU santé, prolongé d’un DU droits, éthique et société. Je produis deux mémoires titrés identiquement : Le rôle et la place possibles du retraité dans la société » Passionné par ce travail, je décide d’en faire l’objectif d’une seconde carrière 2000-2040. Pour marquer ma volonté à demeurer professionnel actif, connu et reconnu dans le monde des retraités comme dans celui du monde du travail, je crée « retraité professionnel », je choisi un thème de travail « les conséquences d’un long vieillissement » et un titre « chercheur autodidacte » pour ne gêner personne. Je suis bénévole ... mais professionnel. Aujourd’hui j’entreprends ma seconde mi-temps 2021-2040 je serai centenaire, en développant « l’élaboration du projet de retraite et long vieillissement dans une société mondiale où nous sommes toujours plus nombreux et plus âgés » J’ai créé l’association A6 pour gérer mes activités, ouverte à tous, les adhérents paient leur cotisation en participant. J’y anime des ateliers citoyens. Parallèlement à ma première carrière j’avais suivi des formations : gestion, conduite de réunion, relations humaines, sociales, droits, économie... et mené des engagements personnels : intervention en milieu carcéral, auprès des gens du voyage, associations caritatives, foyer des sans abris... de bonnes écoles de la vie. En situation de retraite, j’ai continué : formation auprès de Claire Hebbert Suffrin qui a créé les Réseaux d’Echanges Réciproques de Savoirs, et de André Giordan, Directeur du Laboratoire de didactique et épistémologie des sciences à Genève. Nous sommes toujours en relations. Je participe aux rencontres et formations types FUN Formation Universitaire Numérique, qui me sont ouvertes et qui me permettent de partager des échanges afin de les multiplicateurs pour nous enrichir ensemble. Je suis engagé auprès de quelques organisations en relation avec le vieillissement bien entendu : Old Up Plus si jeunes mais pas si vieux, le Gérontopole des Pays de Loire à Nantes, Agevillage plate d’information pour les seniors et aidants... aussi auprès des organisations engagées pour le climat Climate Chance, Nantes Métropole ... et je suis partenaire de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme. Ces relations me permettent de demeurer « apprenant tout au long de la vie » une nécessité indispensable pour conserver, voire développer, mes moyens et capacités pour comprendre, choisir et entreprendre entre et avec quatre, cinq générations. J’ai appris, durant ces vingt premières années que le travail, celle choisi, appris, compris et entrepris avec plaisir pour un développement personnel et collectif, est le meilleur vaccin contre un vieillissement trop rapide. Tout comme au long de ma carrière, j’essaie de maintenir un équilibre harmonieux entre ma vie familiale, amicale, celle de loisirs et repos... et mon temps de travail de retraité professionnel. Ma maison est un lieu de vie ouvert un Café des âges (créé par Paulette Guinchard) Pour ne pas charger mes enfants, petits et arrière petits-enfants, les professionnels de la santé des professeurs aux aides-soignantes et personnels de services, je fais le maximum pour maintenir ma santé en bonne état physique, intellectuelle et mentale. J’ai le bonheur d’être en bonne santé, d’habiter en campagne, une vieille maison 1837, un jardin, un petit bois et verger... le paradis d’une retraite heureuse entretenue par les relations. Je demeure à votre disposition pour toute question ... Respectueusement votre Pierre Caro retraité professionnel chercheur autodidacte retraite et long vieillissement