chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

Epale - Europos suaugusiųjų mokymosi elektroninė platforma

Tinklaraštis

L’inclusion numérique : un moyen du droit à l’éducation

29/06/2020
Thierry Ardouin
Kalba: FR
Document available also in: EN DE

Le blog  « quels leviers pour l’inclusion numérique ? » faisant suite à la question posée en ligne aux acteurs de la formation : Alors que le tout à distance s’imposait dans tous les dispositifs d’accompagnement et de formation, comment ne pas accentuer les fractures numériques ?

Nous poursuivons les échanges. Il nous semble en effet que la question de l’inclusion numérique, avec les pratiques, les outils et techniques mobilisés mettent au jour les intentionnalités pédagogiques et sociales sous jacentes. Cela nous fait penser au cadre d’analyse du droit à l’éducation développé par Liechti et Meyer-Bisch, (2003, Liechti, 2007) avec l’approche des « 4A » : Acceptabilité,  Adaptabilité, dotation Adéquate et  Accessibilité.  Ces « 4A » permettent d’interroger le rapport plus ou moins conscient entre les objectifs et les moyens (Ardouin, 2019).

Regardons ces quatre A : Acceptabilité,  Adaptabilité, dotation Adéquate et  Accessibilité

Au niveau de l’acceptabilité

« L'acceptabilité́ définit la légitimité́ démocratique : la pertinence par rapport au droit à l'éducation compris dans l’ensemble des droits humains. Elle est l’appropriation de valeurs que les acteur(e)s doivent constamment contrôler et développer au sein d'un espace public auquel ils peuvent tous participer » (Lietchi)

L’inclusion numérique nécessite de maintenir et/ou favoriser des valeurs sociales au delà l’outil utilisé. Les outils et les techniques doivent permettre cette accessibilité sociale.

 

Au niveau de L'adaptabilité

« L’adaptabilité définit l’adéquation des objectifs et des résultats. C’est ce lien qui définit l’efficacité́ du système. Elle peut être mesurée notamment par les capacités réelles acquises par les apprenant(e)s (fonctionnement adapté du système) ». 

L’inclusion numérique fait ressortir la nécessaire adaptation des outils, des techniques et des modalités d’apprentissage pour permettre à chaque apprenant d’avoir sa place.

 

Au niveau de la dotation adéquate,

« La dotation adéquate met l'accent sur la diversité́ des ressources humaines et non humaines »

L’adaptabilité vue précédemment s’appuie sur la diversité et variété des ressources et des moyens, c’est à dire aux ressources adéquates.

 

 

Au niveau de l’accessibilité,

L'accessibilité́ décrit la disponibilité́ réelle des ressources en fonction de la diversité́ de situations des apprenant(e)s.

Les formateurs disent bien que la variété des outils et leur adaptation nécessite que les apprenants puissent y accéder notamment techniquement, géographiquement ou économiquement.

 

En continuité du blog et de la synthèse, les contributions montrent que les formateurs, tuteurs et accompagnateurs restent critiques dans l’utilisation des outils et pédagogues dans leurs objectifs, et inscrivent leur réflexion dans le cadre d’analyse des 4 A.

 

 

Références

Ardouin T. (2019). « La formation demain, un bien commun », Education Permanente, n°220-221/2019, pp.173-184.

Liechti, V., Meyer-Bisch, P. (2003). « Mesurer un droit de l’homme ? L’effectivité du droit

à l’éducation. Enjeux et méthodes ». Documents de travail de l’IEDH. N° 7, Fribourg.

Liechti  V. [2007], Du capital humain au droit à l’éducation. Analyse théorique et empirique d’une capacité, Thèse de doctorat, Fribourg.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
  • Roseline Le Squère portretas
    Merci de cet article.
    En effet, nous n'avons pas fini de lire, de commenter, d'analyser les résultats de ces dernières semaines en matière d'accompagnement pédagogique, et numérique.
    Il nous manque toutefois des chiffres sur le nombre d'enseignants, de formateurs, d'accompagnateurs, de conseillers s'étant formés aux usages numériques.
    Pour garantir une inclusion numérique favorable, efficace, pérenne, il est intéressant que les professionnels se forment davantage.
    Le rôle de l'accompagnateur (dans les structures d'inclusion, d'action sociale par exemple) sera primordial pour garantir l'inclusion numérique.