chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

Epale - Europos suaugusiųjų mokymosi elektroninė platforma

Naujienų centro

D'une langue à l'autre

25/09/2015
Gaëlle Russier
Kalba: FR

Aujourd'hui en cette journée européenne des langues c'est l'occasion de vous présenter DULALA ....d'une langue à l'autre 

L’association D’Une Langue à L’Autre (DULALA) accompagne les familles bilingues et les professionnels intervenant en milieu plurilingue dans la prise en compte et la transmission des langues et cultures d’origine.

https://youtu.be/VnkzbbXAiAw

La création de l’association

L’association D’une Langue A L’Autre, dont l’acronyme est DULALA , a été créée en début d’année 2009. A l’origine, Anna Stevanato-Le Marchand, linguiste spécialisée dans le bilinguisme et mère de deux enfants franco-italiens, s’est lancée dans cette aventure afin de pallier le manque d’initiatives pour accueillir le plurilinguisme.

Les objectifs

DULALA soutient les familles dans la transmission de leur langue maternelle et accompagne les professionnels dans la mobilisation de la diversité linguistique au sein de leur structure. Elle met en particulier l’accent sur le « bilinguisme invisible » concernant des langues minorisées  de populations migrantes.

Le constat

1 enfant sur 4 en France est potentiellement bilingue mais peu le deviennent, surtout les enfants de couples mixtes et ceux parlant des langues minorées. Ils perdent ainsi un atout dans la vie.

Les enjeux du bilinguisme

Nombreuses recherches démontrent que le bilinguisme a des effets positifs à plusieurs niveaux !

  • Intégration sociale : Parler toutes ses langues, c’est déployer toutes les facettes de son identité. Renier ou interdire une langue, c’est occulter un pan d’identité. Or, une identité menacée se réaffirme toujours, parfois même par la rébellion et la violence.
  • Réussite scolaire : De nombreuses études démontrent que « pour grandir il faut se sentir protéger par la langue maternelle »*. Outre cette dimension rassurante comme structurante ainsi que la confiance en soi procurée par la maîtrise de la langue maternelle, il est avéré que l’enfant bilingue dispose d’une conscience métalinguistique et développe des mécanismes cognitifs facilitant l’apprentissage la langue de l’école, à la base de sa réussite scolaire.
  • Insertion professionnelle : Dans une économie qui est de plus en plus mondialisée, la connaissance des langues et la maîtrise de compétences interculturelles sont devenus aujourd’hui des atouts très appréciés.

* Marie Rose Moro, Nos enfants demain. Pour une société multiculturelle. Odile Jacob, Janvier 2010

Nos activités

Pour aller plus loin 

http://www.dunelanguealautre.org/

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email