chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Piattaforma elettronica per l'apprendimento degli adulti in Europa

Blog

Étude de cas sur «Feeling Younger by Getting Older»

31/08/2016
di Sanjeet Shergill
Lingua: FR
Document available also in: EN ES PL IT ET HU DE

Serena Barilaro explique à l’EPALE comment elle et ses collègues ont favorisé le développement d’une culture du vieillissement actif par l’intermédiaire du projet «Feeling Younger by Getting Older» (FYGO).

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous? Quels sont les aspects de votre travail qui vous plaisent?

Je suis diplômée en relations internationales, mais c’est surtout mon expérience Erasmus en Espagne qui m’a orientée sur une toute autre voie, m’a fait changer d’avis et a modifié la façon dont je vois le monde.

J’ai travaillé pendant sept ans comme fonctionnaire à la municipalité de Florence (Centre Europe Direct) où je promouvais les politiques européennes. Je travaille désormais pour des organismes publics et des entreprises privées dans le domaine de la gestion des fonds publics (provenant de l’UE et de gouvernements nationaux ou régionaux) et la mise en œuvre d’activités de projets.

Ce qui me plaît dans mon métier, c’est de pouvoir travailler au sein d’une équipe afin d’échanger des compétences. J’aime travailler avec différents groupes cibles, partager des compétences et des expériences avec d’autres pays et avoir la possibilité de voyager.

Pouvez-vous nous parler un peu de votre projet et des thématiques que vous souhaitiez aborder?

Le projet FYGO visait à étudier, élaborer et partager diverses façons de mettre en lien des jeunes et des personnes âgées au moyen de l’apprentissage informel. Nous y sommes parvenus en leur offrant une meilleure qualité de vie au sein de la communauté et en développant différents comportements d’aide.

Le contexte interculturel a stimulé la recherche de la thématique et il nous a permis de comprendre et de découvrir différentes cultures et générations. Les avantages de cette recherche sont évidents en matière de sensibilisation au racisme, aux préjugés et à la xénophobie, en particulier dans le cadre du dialogue intergénérationnel.

Nous avons recherché et recueilli de nombreuses bonnes pratiques sur les thématiques susmentionnées dans des universités, des établissements scolaires et des associations privées de quatorze pays différents.

Nous avons organisé des visites d’étude, créé des consignes adaptées aux personnes âgées concernant l’accès aux ressources Internet et conçu une plateforme Internet sur les partages d’expériences. Nos institutions partenaires ont offert leur soutien et leurs conseils aux personnes qui souhaitaient acquérir de nouvelles compétences pour comprendre comment partager des expériences à l’aide des TIC.

En quoi la solidarité intergénérationnelle et l’échange de connaissances entre les différentes générations sont-ils importants?

Ce projet a permis de montrer que la solidarité et le partage font partie de la vie des hommes. Une communauté fondée sur partage et le soutien peut contribuer à forger de nouvelles amitiés et à trouver de nouvelles façons de tisser des liens. Il a permis d’instaurer et de favoriser une meilleure qualité de vie pour les membres des communautés locales, en aidant les adultes à découvrir des solutions pratiques de tous les jours et de nouveaux moyens de diffuser leurs expériences positives auprès des jeunes.

Quels sont les principaux obstacles que vous avez rencontrés?

Lorsque l’on travaille sur un projet multiculturel, on rencontre parfois des barrières sur le plan linguistique. Nous avons par conséquent traduit de nombreux documents dans les langues de tous les partenaires.

En quoi est-il si important de créer une culture du vieillissement actif?

Selon la décision n° 940/2011/UE du Parlement européen et du Conseil:

«Le vieillissement est certainement un défi pour l’ensemble de la société et pour toutes les générations en Europe et est également une question relevant de la solidarité intergénérationnelle et de la famille. Au sein de l’Union, la proportion des personnes qui approchent de la soixantaine ou qui l’ont dépassée continue d’augmenter à une vitesse encore inégalée à ce jour. Cette augmentation est très positive dans la mesure où il s’agit d’une conséquence logique de l’amélioration de la santé et de la qualité de vie. Toutefois, cette évolution démographique met l’Union face à un certain nombre de défis».

L’utilisation des TIC est en plein essor dans notre quotidien, ce qui crée un fossé intergénérationnel. La solidarité et l’échange de connaissances entre les générations peut permettre de le combler.

Je crois que si les jeunes générations aident leurs aînés à comprendre les TIC, les personnes âgées peuvent contribuer au développement individuel des jeunes par l’intermédiaire du partage de connaissances et d’expériences. Il existe de nombreuses activités qui peuvent aider les personnes âgées à jouer un rôle actif dans la société, par exemple une activité bénévole ou une implication dans les arts et la culture.

Quels sont les résultats mesurables du projet? Et avez-vous eu recours à des ressources ou des outils spéciaux pour réaliser le projet?

Les résultats mesurables de ce projet ont été le nombre de personnes qui ont participé à chaque réunion, le nombre de bonnes pratiques recueillies et les documents produits.

Pour coordonner le partenariat, nous avons utilisé pour nos actions internes une plate-forme en ligne gratuite qui s’appelle Wiggio. Cela nous a permis d’activer une liste de diffusion par courriel, d’archiver et de partager des documents, d’organiser des réunions et de gérer les aspects logistiques.

Quel est votre meilleur souvenir de ce projet? Certaines personnes se sont-elles démarquées dans le cadre de ce projet?

Certains souvenirs m’ont marquée. Je me souviens de l’événement organisé par la Fondation polyvalente de la municipalité de Nicosie. Cela a été l’occasion de partager les expériences d’un centre qui prend en charge des personnes âgées, des enfants et des migrants dans le cadre de diverses activités quotidiennes. Notre groupe FYGO a participé à des activités avec des personnes âgées lors des interventions organisées le matin. Nous avons eu l’occasion de tenir des discussions et nous avons été agréablement surpris de constater qu’un grand nombre de personnes parlaient aussi bien anglais. J’ai rencontré une vieille dame qui parlait parfaitement anglais et qui a partagé avec moi des histoires de sa vie. Elle évoquait avec enthousiasme sa famille, ses voyages et les activités du centre.  

Je me souviens aussi d’un petit-déjeuner entre collègues avec le coordinateur turc. Je me souviens à quel point le coordinateur turc était chaleureux et accueillant. Il a même aidé notre partenaire chypriote à devenir plus ouvert et confiant.

Comment le fait de collaborer avec un partenaire d’un autre pays vous a-t-il aidée dans votre quotidien professionnel? Ce projet vous a-t-il permis d’apprendre quelque chose que vous n’auriez pas appris autrement?

Ce projet a eu un effet positif sur mon parcours professionnel. En tant que coordinatrice, j’ai appris à quel point il est important d’être diplomate. C’était la première fois que je mettais en place un partenariat multiculturel. J’ai appris à trouver un langage commun avec chaque partenaire, ce qui m’a aidée à instaurer un climat de confiance. Personnellement, j’ai tiré parti des connaissances de chaque partenaire et de l’expérience de chaque réunion.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
  • Ritratto di Elżbieta Tomaszewska

    Wspaniały i potrzebny projekt, który przyczynił się do wymiany doświadczeń i dobrych praktyk w zakresie europejskiej współpracy międzypokoleniowej, m.in. w zakresie wykorzystania ICT w życiu codziennym.W ramach projektu zostały opisane sposoby budowania relacji międzypokoleniowej w różnych kulturach europejskich.Projekt przyczynił się do promowania i upowszechniania solidarności międzypokoleniowej i wymiany wiedzy między przedstawicielami różnych pokoleń w krajach partnerskich.Jednym z celów projektu było również zwiększenie aktywności społecznej i zawodowej seniorów europejskich.