chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

EPALE A felnőttkori tanulás elektronikus európai platformja

 
 

Blog

Développement de la formation au Portugal et Présentation du projet « Valorisation du Capital Humain » – (Luis Alcoforado)

05/12/2019
létrehozta Thierry Ardouin
Nyelv: FR

 

Entretien avec Mme Stéphanie Gasse

 

Stéphanie GASSE est enseignant – chercheur au Laboratoire CIRNEF de l’Université de Rouen-Normandie (France). Elle est impliquée dans des projets de recherche en lien avec l’éducation et la formation des adultes dans une approche comparée. Elle nous présente ici les principaux points d’une conférence – séminaire avec le professeur Luis Alcoforado.

 

 

Luis ALCOFORADO est Docteur en Sciences de l’éducation, Spécialiste de l’éducation permanente et de la formation des adultes. Professeur de la Faculté de Psychologie et des Sciences de l’éducation de l’Université de Coimbra (Portugal), Coordinateur du Master en éducation et formation des adultes et interventions communautaires. Ses recherches s’inscrivent au sein du Centre des études interdisciplinaires du XXème siècle (CEISXX). 

 

Dans le cadre du programme d’échange Erasmus+ Staff Mobility 2019-2021 entre l’Université de Rouen – Normandie (France) et l’Université de Coimbra (Portugal), Luis ALCOFORADO est intervenu dans le Séminaire de clôture du Master mention Sciences de l’éducation, parcours « Ingénierie et Conseil en formation » de l’Université de Rouen, en juin 2019 sur la situation et les défis à relever en éducation et formation des adultes au Portugal.

Il revient sur le chemin parcouru au Portugal, depuis l’adhésion à l’Europe en 1986 en soulignant un fort investissement dans la formation professionnelle et en faveur de la transition des jeunes vers le marché du travail, la formation continue des travailleurs et la gestion du chômage. 

Pour mémoire, en 2001, plus de 62% des 25-64 ans n’avaient bénéficié que de 6 années ou moins de scolarité. Cette situation a une influence sur les perspectives de croissance du pays et sur son positionnement face à la concurrence internationale. 

L’allongement de l’obligation scolaire à 18 ans, un seuil minimal de qualification fixé à la 12ème année de scolarité, a permis une entrée sur le marché du travail avec un niveau de formation professionnelle reconnu. L’éducation et la formation professionnelle initiales attribuent une double certification scolaire et professionnelle et des passerelles sont facilitées entre les différents parcours de formation. 

Dans l’optique d’accentuer la reconnaissance, la validation et la certification des compétences, Luis ALCOFORADO présente un programme phare « Le Programme Opérationnel Capital Humain » (PO CH), approuvé par la Commission européenne du 12 décembre 2014 et mis en œuvre le 29 novembre 2018, qui vise à contribuer à « une croissance intelligente, durable et inclusive » pour la cohésion économique, sociale et territoriale. Cette thématique « Capital Humain » revêt une importance capitale pour le Portugal car le retour sur investissement permettra de corriger les déséquilibres structurels qui persistent entre le pays et les États membres de l’Union européenne (UE), tant en termes d'inégalités sociales qu’en termes d’indicateurs de productivité, de scolarisation et de spécialisation compétitive de l’économie. L’investissement dans le capital humain est le moteur le plus durable du développement et de la promotion de la convergence économique et sociale.

 

Dans l’optique de la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020, ce programme repose sur cinq objectifs principaux :

 

/nb/file/thierrypngthierry.png

 

Luis Alcoforado, Universidade de Coimbra, 2019

 

Au Portugal, la formation professionnelle continue dépend du ministère du travail, par l’intermédiaire de l’Institut pour l’emploi et la formation professionnelle (IEFP) et du Système national de qualification (SNQ). Des financements publics existent, sous certaines conditions, mais l’entreprise reste le principal financeur. 

 

La Direction générale du travail (DGERT) a pour mission la mise en œuvre du programme POCH, en soutenant la conception des politiques de l’emploi et de la formation professionnelle, coordonnant le système de réglementation des professions et la reconnaissance des qualifications professionnelles. Trois entités ont en charge la mise en œuvre : 

  • les services publics d’emploi et de formation professionnelle
  • les écoles publiques et privées, 
  • les prestataires de services. 

 

Le programme comporte un volet « formation continue », en grande partie orienté vers les demandeurs d’emploi, les jeunes et les moins qualifiés.

 

Selon le CEDEFOP, ces dernières années, un tiers des salariés ont reçu une formation et les disparités demeurent entre petites et grandes entreprises (de 12% pour les plus petites à près de 60% dans les plus grandes). La participation des salariés à la formation professionnelle est légèrement au-dessus de la moyenne européenne, mais le nombre d’adultes en formation tout au long de la vie reste à la marge et le nombre d’entreprises formatrices est tout juste au niveau, pour une dépense des employeurs moins élevée qu’ailleurs. 

 

Références, informations et suivi : 

https://cohesiondata.ec.europa.eu/countries/PT

https://www.poch.portugal2020.pt/pt-pt/Paginas/default.aspx

https://www.cedefop.europa.eu

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn