chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - e-Platforma za obrazovanje odraslih u Europi

Blog

Étude de cas: Projet SAMIN - amélioration de l'employabilité des migrants

22/06/2016
po Rumen HALACHEV
Jezik: FR
Document available also in: EN DE IT PL ES

/hr/file/samin-project-epale-migrants-1SAMIN project EPALE migrants

SAMIN project EPALE migrants

Alessandra Santoianni est responsable de projet et formatrice pour la branche de Grenoble du CEMEA, un centre d'enseignement et de formation professionnelle qui promeut l'enseignement progressif. Nous avons demandé à Alessandra de nous en dire un peu plus au sujet de SAMIN, un projet international auquel elle participe et qui vient en aide aux migrants dans le domaine de l'EFP.

Expliquez-nous ce que vous faites

Je suis chargée des projets d'enseignement et de formation professionnelle (EFP) financés par l'UE. Il s'agit de projets visant l'échange de pratiques, la coopération et la mobilité intra-UE. Je suis formatrice et également responsable des programmes de formation initiale et continue destinés aux jeunes travailleurs et aux professionnels du secteur social. Une de mes autres tâches consiste à promouvoir le Festival européen des films sur le thème de l'éducation (FEFE) au niveau régional et local.

Qu'est-ce que le projet SAMIN?

SAMIN a été lancé dans l'idée d'étendre un projet antérieur, initialement testé dans sept villes allemandes, aux six pays participants. Le projet s'est déroulé de 2013 à 2015 et a été financé au titre de l'action de transfert d'innovation du Programme pour l'éducation et la formation tout au long de la vie.

Son but était de s'attaquer à l'exclusion, d'améliorer la qualité des services éducatifs et de combler les lacunes entre les différentes parties prenantes œuvrant pour l'accès des migrants vulnérables à l'enseignement et la formation professionnelle.

SAMIN impliquait six centres d'EFP dans six pays: Berufsförderungsinstitut oberösterreich (Autriche), CEMEA Rhône-Alpes (France), ESTA Bildungswerk (Allemagne), Centro per lo Sviluppo Creativo (Italie), Merseyside Expanding Horizons (Royaume-Uni) et le réseau européen des centres pour l'innovation (Pays-Bas).

 

Quels sont les principaux problèmes que vous souhaitiez aborder?

Le projet visait à améliorer la qualité des services éducatifs en responsabilisant davantage les éducateurs, les formateurs, les enseignants, les travailleurs sociaux et autres professionnels qui œuvrent pour l'intégration socioprofessionnelle des migrants vulnérables.

Les professionnels travaillant dans les organisations partenaires avaient déjà une expérience en enseignement, soutien psychologique ou formation et leur travail sur le terrain leur avait fait prendre conscience des besoins du secteur EFP. Par exemple, l'un des principaux problèmes identifiés était de trouver comment travailler en partenariat ou comment communiquer avec des parties prenantes d'horizons différents.

Faire un travail de formation dans une structure qui accueille des migrants implique souvent de collaborer avec une équipe qui apporte une aide psychologique, une aide juridique, une aide au logement ou tout autre type de soutien. En résumé, la position du projet est qu'en vue de mieux répondre aux besoins des migrants il est nécessaire de travailler avec différents secteurs et parties prenantes tout en tenant compte des besoins des migrants, du parcours migratoire et des perspectives d'intégration.

/hr/file/samin-project-epale-migrantsSAMIN project EPALE migrants

SAMIN project EPALE migrants

 

Quels sont les défis liés au travail avec des migrants?

Du point de vue d'un formateur, l'un des principaux défis est de répondre aux besoins des migrants sans appliquer une méthode d'éducation uniforme. Il est important de savoir comment adapter les méthodes et outils de soutien et comment traiter les besoins de chacun.

Afin d'améliorer l'intégration socioprofessionnelle des migrants, il est nécessaire de comprendre que la vulnérabilité est une condition humaine; que les apprenants peuvent récemment avoir eu des expériences traumatisantes.

Il est également important d'aider les parties prenantes à comprendre la migration et à combattre les préjugés. C'est une des raisons pour lesquelles nous voulions mieux sensibiliser à la communication interculturelle.

De plus, adopter une approche globale axée sur la personne est assez difficile. Les personnes défavorisées rencontrent divers problèmes (logement, santé, éducation, validation des compétences et diplômes, établissement de nouvelles relations sociales, etc.) et apporter un soutien en enseignement et formation implique de tous les prendre en compte.

/hr/file/samin-project-epale-migrants-0SAMIN project EPALE migrants

SAMIN project EPALE migrants

 

Parlez-nous un peu des résultats du projet SAMIN

Nous avons, entre autres, développé un nouveau support de formation destiné au niveau local et de l'UE, amélioré le support de formation existant et conçu des outils de formation pour une analyse comparative: une plateforme d'apprentissage, un manuel de méthodologie et un livret sur le renforcement des capacités. Nous avons également testé notre formation sur 200 personnes environ.

De quelle manière la collaboration avec des partenaires dans différents pays vous a-t-elle aidée dans votre travail quotidien?

J'ai travaillé dans des équipes multiculturelles au cours de mes études et dans mes précédents emplois. Je pense que travailler au sein de telles équipes est extrêmement enrichissant, pas seulement en raison des connaissances que l'on peut acquérir, mais aussi d'un point de vue humain.

J'ai personnellement amélioré mes compétences en gestion et j'ai développé de nouveaux outils de gestion qui sont maintenant utilisés pour d'autres projets internationaux au sein de mon organisation.

Le plus difficile, à mon avis, a été de se mettre d'accord sur une compréhension commune de certains concepts et notions, notamment le concept de migration pour lequel nous devions convenir d'une définition professionnelle pour le projet.

En dehors de SAMIN, je n'aurais jamais eu l'opportunité d'expérimenter la façon dont différents pays et organisations comprennent l'enseignement et la formation professionnelle et de réfléchir au moyen d'encourager la coopération européenne.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn