chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

Blag

L'éducation des adultes "sous la table"?

13/12/2018
ag Monika Sulik
Teanga: FR
Document available also in: PL

Traduction du polonais - NSS Pologne

Dans l’espace andragogique et biographique, parler et écrire consiste beaucoup à apprendre de la vie, du divertissement, du jeu, de la vie quotidienne, des voyages, du travail, etc. Mais être sous la table? (1)

"L’Université sous la table (UpS)” est la plus importante université de ma vie. J'ai essayé de ne manquer aucune conférence, aucun exercice, aucune discussion en groupe. Je me suis glissé sous la nappe, ému, assoiffé de connaissances. J'ai pris des notes avec impatience et sans l’encouragement du corps enseignant. J'étais comme un participant dans des ensembles secrets; en cas de détection, de nombreuses répercussions me menaçaient - de l'enfermement dans la chambre d' enfant à l'exécution avec des paroles pleines de griefs "Ecoutes indiscrètes"!. Je n’ai jamais été aussi fébrile avec la science, je n’ai plus jamais ressenti une telle soif de connaissances - je voulais des connaissances pour les connaissances uniquement, pas pour des titres! "[1].

Que peut-on trouver sous une table?

Le rôle de la table se résume le plus souvent à préparer et à manger des repas. Pendant ce temps, de nombreuses personnes soulignent qu'il s'agit du meuble le plus important de la maison, en tant que lieu de calme, d'échange de bonnes pensées, de confiance mutuelle, de rapprochement et de renforcement des relations interpersonnelles (...). La "table assise" traditionnelle a son pouvoir magique. Nous y revenons en différentes étapes, où que nous soyons. "Nous nous asseyons à la table" et nous sommes à nouveau ensemble, nous nous regardons dans les yeux, nous nous sentons en sécurité. Nous ne sommes pas seuls "[2]. Cependant, il existe également des expériences où la table est plus divisée que les liens. Beaucoup d'entre nous ont connu un "coup de poing sur la table", une dispute à  table ou un siège vide. Cependant, on peut affirmer avec confiance que ces expériences sont de nature éducative. C'est à la table que nous apprenons, nous et les autres, que nous apprenons à parler, à résoudre des conflits, à argumenter ou à jouer le rôle de médiateur.

Inspiré par l'essai de Grzegorz Kasdepke L'université sous la table [3] et des mémoires autobiographiques publiées, j'ai interrogé les participants aux cours d'andragogie sur quelle place occupe la table  dans leur biographie  et sur ce qui est à côté, sur et sous celle-ci. Mon intention était d'obtenir des informations sur la place qu'occupe la table dans la mémoire de ceux qui débutent dans l'âge adulte.

  

/ga/file/coffee-cup-books-homejpgcoffee-cup-books-home.jpg

  

Que pouvez-vous trouver ”sous la table” ?

Alors que "auprès de la table"  tant de choses quotidiennes  se passent et qui sont magiques et importantes (il y a un panier avec du pain, il y a une nappe étoilée ou un drap à carreaux, une théière ou une tasse de café), alors ce qui est  "sous la table "dans le langage de la métaphore prend souvent une nuance de grisaille , et parfois de fraude, au moins dans l’aspect familier et plein de bon sens. Paiement sous la table, coup de pied sous la table, rouler sous la table , chewing-gum collé sous la table ... En attendant, c'est souvent là que se déroulent les scènes clés et décisives, et certainement inoubliables et extrêmement instructives. "La table aux jambes brisées" est la première des phrases les plus difficiles de l'enfance, qui est une sorte de test de la maturité linguistique. Mais il y a autre chose. Notamment sous la table s’exécute l'un des premiers jeux d’enfants "dans la maison" ou le jeu de   "quand je serai grand". Je me souviens à quel point c'était merveilleux et avec un sentiment de profonde conviction, je leur renvoie mes pensées. Il semble que presque chacun d'entre nous a un tel souvenir d'enfance, où le plus important est la table, ou en réalité ce qui se passe "dessous". Une couverture jetée sur des chaises et sous une cachette où l’on pouvait s’amuser mais aussi écouter en catimini et imiter les adultes sans fin.

"Miettes" pédagogiques

Une parfaite illustration de la signification que peut avoir une biographie humaine dans ce qu’est la table et de ce qui se passe "sous elle" et les réflexions des étudiants participant à l’étude que j’ai réalisée. Voici quelques exemples, fragments de récits, miettes, réponses à la question qui se lit comme suit: "Décrivez vos premiers souvenirs et expériences éducatives liés à la table, ainsi que son rôle et son sens dans votre vie." Cette étude m'a fait prendre conscience non seulement de l'importance du sujet, mais aussi la nécessité de montrer le rôle et la signification des souvenirs d’enfance dans la construction des connaissances sur soi-même et sur le monde et sur la redéfinition de son identité, voici quelques extraits choisis de déclarations qui montrent l’importance des expériences de "table" de manière extrêmement suggestive, mais aussi leur impact éducatif.

Miette n° 1 - la table comme cachette sûre

"Quand j'étais enfant, je me suis souvent enfui" sous la table "en me cachant de mes parents alors que je faisais des bêtises. C'était un peu un refuge pour moi. Étant "sous la table", je savais que j'étais en sécurité. Aujourd'hui, étant adulte, je  veux parfois retourner sous la table et me cacher des gens et des problèmes.

"Table - un lieu de commandement. Les commandants étaient assis autour d’elle - papa et maman. Moi - un petit cadet qui s'est retrouvé sur le terrain d'entraînement sans formation préalable. Tous les ordres, les conversations menées par les commandants, étaient pour moi comme nommer des azimuts - incompréhensibles pour moi. Au fil du temps, je me suis perfectionné dans l'utilisation de la boussole et dans l'élaboration d'un croquis de carte. Puis, lorsque la réunion du commandement a eu lieu, je me suis senti comme un soldat étendu dans une tranchée. C'était un endroit sûr. Personne n'a lancé de grenade ni tiré avec la mitraillette. "

Miette n° 2 - une table comme lieu de divertissement

"Pendant les fêtes de famille, de nombreux invités étaient à la table. puis, avec nos cousins, nous nous sommes assis et avons joué sous la table. Nous avons appris des histoires intéressantes de la vie de notre famille, par exemple lorsque le grand-père s'est saoulé avec sa liqueur de griotte et s'est endormi dans la grange. "

"(...) Je me suis caché de sorte que ma mère ne s’inquiète pas. J'ai chatouillé les gens assis autour. Adolescent, j'ai taquiné en catimini mes copines en les effleurant sous la table avec mon pied ou avec  ma main sur leurs genoux. Maintenant, en tant qu'adulte, je me penche sous la table au moment où quelque chose tombe ou pour faire taire d’un léger coup de pied ma femme trop exubérante. "

"Quand j'étais petit, je me suis souvent assis sous la table en jouant, en regardant les adultes. De ce point de vue, tout était différent (...). Je me souviens que j'ai souvent joué sous la table à la maison en imitant le rôle de mes parents. Ensuite, je voulais être exactement comme ma mère. Il faut cependant admettre que, du point de vue de la table, tout semblait plus facile. Vous pourriez vous y cacher et les problèmes disparaîtraient. Maintenant que j'ai grandi, rien n'est aussi facile. Il n'y a pas d'endroit où me cacher des problèmes de la vie quotidienne. A ce jour, la pensée de moments passés à jouer sous la table est un agréable tremplin pour moi et un beau souvenir de moments insouciants. "

Miette n° 3-première leçon adulte sous la table

"Lors de l'un des événements familiaux, une fillette de quelques années s'accroupissait entre les jambes des invités et avec  une sœur aînée, nous avons voulu découvrir les saveurs de l'âge adulte. Subrepticement, nous avons attrappé un verre au dessus de la table pour tremper les doigts dans une boisson magique qui a permis aux adultes de devenir des pairs du bac à sable. "

"Lors d'événements plus importants, nous nous sommes assis avec ma sœur cachée sous la table et avons tendu  l’ oreille (...). Tout ce que j’entendais alors me semblait si adulte, si intéressant, si mystérieux. Et maintenant, tout se révèle simple et clair. Même trop, parfois je voudrais revenir à cette époque. "

"C’est sous la table que j’ai vécu ma" première fois "avec de l’alcool. Je me souviens de ce jour-là, c'était la communion de mon cousin. Les adultes étaient assis à la table et nous, comme des enfants,nous nous pourchassions dans l'appartement. J'ai été surpris par le fait que l'oncle se penchait souvent sous la table couverte d’ une longue nappe. Sans réfléchir, j’ai quitté mes cousins ​​et me suis caché sous la table. Se sont alignées quelques grandes bouteilles pour moi remplies d'un liquide incolore. J'ai attrapé une bouteille dans laquelle il n’y avait plus grand chose de ce liquide incolore. J'ai dévissé le bouchon et sans réfléchir, j'ai penché la bouteille et bu le liquide. Au même moment, mon oncle regarda sous la table. La fête a été interrompue. Je me souviens du regard de mes parents. Je ne savais plus quoi faire. Soudain, un flot de paroles sur mon mauvais comportement est sorti de leurs bouches, disant que je ne devrais pas toucher les choses des adultes sans permission. "

"Quand j'étais petit, j'aimais m'asseoir sous la table pour regarder et écouter les adultes. C'était un endroit pour moi où je pouvais faire l'expérience du monde des adultes. Même si j'étais seul là-dessous, je n'avais pas peur parce que les personnes que j'aimais étaient autour de moi. C'est cette solitude qui m'a donné l'occasion de réfléchir sur moi-même,  pour réfléchir aussi  à ce qui se passe dans mon monde. Ce temps était juste le mien. Ce que j'ai pu entendre et voir a influencé ma vie. J'ai appris le comportement des adultes. J'ai appris en quoi ils diffèrent des enfants. "

Au lieu de terminer

Les fragments présentés des récits des répondants semblent parler par eux-mêmes. La table devient un témoin silencieux de sujets importants, de soucis, de problèmes, mais aussi de secrets. Elle évoque le respect, engage et finalement éduque, dont les exemples sont certainement les propos évoqués. Et "sous la table"? Peut-être que ce sont là que les choses particulièrement inspirantes, attirantes mais aussi authentiques se produisent? C'est ce qui rend impossible d'être en désaccord avec les mots de Horst Skutenberg: il n'y a pas d'expérience humaine qui ne serait pas une éducation [4]. Et quels sont vos souvenirs "de la table"? Leur donnez-vous un sens uniquement  sentimental, ou sont-ils devenus pour vous une sorte de leçon vous approchant de l'âge adulte ?

[1] G. Kasdepke: Université sous la table. "Hauts talons Extra", janvier 2014, page 82.

[2] Z. Nasierowska: une photo du goût ou 24 dîners pour ceux qui aiment ou n'aiment pas recevoir des invités. Varsovie: Maison d'édition Marginesy, 2011, page 13.

[3] G. Kasdepke: Université sous la table. "Hauts talons Extra", janvier 2014, page 82.

[4] H. Stukenberg: Sept histoires et leur importance pour l'éducation des adultes au fil des mutations en cours. W: Les parcours éducatifs et leur dimension biographique. Ed. E. Dubas, O. Czerniawska. Varsovie 2002.

dr Monika Sulik – - professeur auxiliaire, conférencière d'université. Dirige des cours didactiques originaux sur le sujet de la biographie en éducation. Formateur académique certifié et mentor. Depuis 2018, elle est également secrétaire de l'équipe de rédaction du journal "Education des adultes". Ambassadrice d'EPALE.

Voir aussi:

Est-ce que "le cordonnier est le plus mal chaussé"? Des « embauchoirs » tellement andragogiques

Qui a besoin d'une biographie pour la formation pédagogique ? Autrement dit « Boite de pandore » éducative?

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

1 - 8 as 8 á dtaispeáint
  • Patrycja Siedlaczek's picture
    Powyższy wpis, skłonił mnie do refleksji nad swoim dzieciństwem i nad obecnym pokoleniem dzieci.Przypomniałam sobie o moich historiach związanych z edukacją "pod stołem",  co wywołało uśmiech na mojej twarzy w ten pochmurny dzień. Serdecznie Pani za to dziękuję. Odnośnie refleksji nad obecnym pokoleniem dzieci, moim punktem odniesienia są rówieśnicy mojej przyrodniej siostry jak i dzieci z którymi mam kontakt. Zastanawiam się i jestem pełna obawy, czy będą miały one szansę doświadczyć pięknej i niezapomnianej przygody z edukacją "pod stołem". Mam nadzieję, że świat obecnej technologii i gier komputerowych nie doprowadzi do przegapienia tego pięknego doświadczenia.
  • Monika Sulik's picture
    Droga Pani Patrycjo, bardzo się cieszę, że przypomniała sobie Pani cudowny czas dzieciństwa. Pani obawy pragnę potraktować jako wyzwanie dla edukatorów, pedagogów ale też rodziców. Może warto zaproponować dzieciom taką wspaniałą zabawę, zaaranżować i razem z nimi wejść pod stół.... :) Moc serdeczności przesyłam :) 
  • Barbara Szymańska's picture
    Mam taką refleksję, że pod rzeczonym stołem realizują się procesy nie mainstreamowe. W tym sensie to co się dzieje pod stołem dotyczy tych, których trudniej jest zauważyć i usłyszeć, którzy nie mają możliwości żeby usiąść przy stole mimo chęci, albo tych którzy generalnie nie są specjalnie zainteresowani siedzeniem przy stole. Metafora ta bardzo mi pasuje do zobrazowania dynamiki rang społecznych ale również np jak symbol wagi naszych procesów wewnętrznych, które gdzieś tam pod stołem (na obrzeżach świadomości) się toczą. Dziękuję za refleksję :)
  • Monika Sulik's picture
    Droga Basiu... bardzo Ci dziękuję za uświadomienie kontekstu, o którym nie pomyślałam, a jest niezmiernie ważny. O ile przy stole trzeba zasiąść z świadomością konsekwencji "wspólnego biesiadowania" to już pod stołem..można się ukryć... czasami też stchórzyć. Wolałaby, żeby stół w całej swej okazałości był przede wszystkim symbolem doświadczeń radosnych, wspólnotowych i budujących... 
  • Joanna Delimata's picture
    Tytuł „Edukacja dorosłych- pod stołem” daje różne skojarzenia. Jednak po przeczytaniu wpisu można powiedzieć, że jest to ciekawy przegląd skojarzeń i myśli. Jako osoba dorosła stwierdzam, że stół zawsze kojarzył będzie mi się z pozytywnymi wspomnieniami (wspólny posiłek, rozmowy, spotkania, zabawy w chowanego, dom, robienie bazy itp.). Obserwując małe dzieci można powiedzieć, że ten stół, a właściwie „pod stołem” jest do czasów obecnych traktowany jako miejsce pozytywne. A każde skojarzenie te pozytywne czy negatywne to odzwierciedlenie obyczajów domowych i wychowania. I wydawać by się mogło, że stół to tylko mebel, to towarzyszy nam on od dzieciństwa do starości i ma w sobie magię, która przyciąga (nieważne czy się jest domownikiem czy gościem).
  • Monika Sulik's picture
    Bardzo się cieszę z tej okazji do Pani stołowych reminiscencji. Każda okazja do refleksji oraz wspomnień daje szansę na pogłębienie samoświadomości i może być bardzo rozwojowa. Zabawa "pod stołem" wydaje się być ponadczasowa... Świat z tej perspektywy zdaje się być wyjątkowo ciekawy i kuszący .... 
  • Monika Sulik's picture
    Bardzo się cieszę, że podjęty temat stał sie dla Pani okazją do wspomnień i refleksji. Czasami najbardziej inspirujące staje się to co wydaje się być oczywiste, a z jakiegos powodu pochylimy się nad tym i odkrywamy ogromny potencjał. Tak właśnie było u mnie z podejmowanym tematem.   
  • Anna Skrzydło's picture
    Przeczytałam ten artykuł, ponieważ miał ciekawy tytuł "Edukacja dorosłych - pod stołem". Po przeczytaniu stwierdziłam podobnie jak autorka, że stół jest ważnym miejscem podczas całego naszego życia od dziecięcych zabaw po wspólne rozmowy przy stole. Ponadto artykuł nawiązuje do utworu Grzegorza Kasdepke, który pisze dla dzieci w prosty sposób o rzeczach trudnych i wydaje mi się, że jego opowiadania mogą spodobać się nawet osobom dorosłym.