chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

Blag

Innover en formation, après le décret qualité : l’évaluation de la formation (méthodologie)

16/11/2017
ag Frank SAVANN
Teanga: FR

/ga/file/shutterstock4746397391jpg-2shutterstock_474639739_1.jpg

On a beaucoup écrit sur l’évaluation de la formation, mais en France, notre système de la formation professionnelle nous cloisonne dans une approche excessivement administrative. A chaque quinquennat son président qui reconstruit notre microcosme de la formation, un club ultra privé qui n’invite à chaque fois que les mêmes contributeurs pour préparer la énième loi sur la formation. Avec toujours les mêmes constats d’insatisfaction.

Pour innover en formation, prendre de la hauteur sur le réglementaire

Il faut rassurer les financeurs, les prescripteurs et … la Cour des Comptes*, alors on règlemente encore et encore.

- On mise, entre autres, sur l’évaluation de satisfaction dont on rappellera qu’elle est pourtant déjà présente dans les textes depuis des décennies dans la définition même d’une action de formation : Les actions de formation professionnelle mentionnées à l'article L. 6313-1 sont réalisées conformément à un programme préétabli qui, en fonction d'objectifs déterminés, précise les moyens pédagogiques, techniques et d'encadrement mis en œuvre ainsi que les moyens permettant de suivre son exécution et d'en apprécier les résultats. Art. L6353-1 du Code du Travail.
- Le 6ème critère du décret du 30/06/2015 (issue de la loi du 5/03/2014) sur la capacité du prestataire de formation à assurer une formation de qualité cite « la prise en compte des appréciations rendues par les stagiaires ».
- L’indicateur 6.1 du référentiel des financeurs paritaires, que l’on retrouve sur le data-dock, référence les prestataires sur leur « capacité à produire des évaluations systématiques et formalisées des actions de formation auprès des stagiaires » et pointe en question clé la formalisation de l’évaluation de la formation auprès des stagiaires.

Les référentiels des organismes de certification ont allègrement repris les 6 critères du décret qualité pour être inscrits sur la liste du CNEFOP. A leur décharge, les certifications et labels qualité visent la satisfaction client en attestant de la conformité du système de management de la qualité du prestataire.

Nous installons donc les apprenants dans une posture de consommateurs alors même que souvent la formation à laquelle ils participent leur a été prescrite. En tant que prestataires ou acheteurs, on s’accommode des taux de satisfaction qui dépasse les 90% en oubliant que l’on peut espérer davantage d’une formation, certifiante ou non, qu’elle soit à destination de salariés ou demandeurs d’emploi.

Pour des apprenants acteurs du développement de leurs compétences

En bas des CV des salariés et des demandeurs d’emploi, apparaissent parfois les formations qu’ils ont suivies soucieux de l’actualisation de leurs connaissances. Peut-être pourrait-on afficher en haut de ces mêmes CV, les compétences qu’ils ont développées en situation de travail à l’issue de leurs formations.

C’est donc ce que à quoi les formations devraient contribuer, parce que c’est ce que recherchent les employeurs. Des compétences.

Les articles de cette série sur le thème « Innover en formation, après le décret qualité : l’évaluation de la formation » (Article 1Article 2) plaident pour une révision des processus de formation actuels des prestataires de formation. Parce qu’aujourd’hui, ces processus prennent fin à la remise d’une attestation de fin de formation, après la traditionnelle évaluation de satisfaction. Avec quelques prestataires de formation, on souhaite aller plus loin.

Il a aussi été mis en avant l’importance pour l’apprenant d’être acteur du développement de ces compétences, en s’engageant véritablement dans la formation, quand bien même celle-ci serait prescrite. Cet engagement ne peut évidemment être fondé que sur la base du volontariat.

En effet, sa seule présence en formation, attestée par la feuille d’émargement, n’est pas suffisante. Finalement, deux situations intéressantes se profilent :

Celle de l’apprenant qui participe activement à la formation, dont la satisfaction sera exprimée dans le formulaire d’évaluation adhoc. Il lui sera remis une attestation de fin de formation. Il ne permettra forcément en application ce qu’il aura acquis en formation ou n’en aura pas forcément conscience.
Celle de l’apprenant qui s’engage activement dans la formation, et qui en retirera des compétences. Il lui sera remis une attestation de compétences. Il aura appris à analyser, voire favoriser, les situations de travail dans lesquelles il appliquera les acquis de sa formation.

A l’heure où les financeurs participent à l’expérimentation de la formation en situation de travail (FEST), il nous semble intéressant d’expérimenter une nouvelle voie en formation avec des prestataires, formateurs et apprenants engagés.

Projet d’expérimentation : une méthodologie en 3 temps

L’objectif de cette expérimentation est d’identifier les conditions et modalités de transfert en situation de travail par l’apprenant et de manière autonome les apports d’une formation. Il lui appartiendra de développer lui-même ses compétences en situation de travail qu’il fera attester par le prestataire de formation.

/ga/file/methodologieen3temps-page-001jpgmethodologie_en_3_temps-page-001.jpg

/ga/file/methodologieen3tempspdf-2methodologie_en_3_temps.pdf

 

*Charte Qualité Compétences : engagement de l’organisme de formation et du formateur de respecter l’accompagnement dans son développement des compétences, avant, pendant et jusqu’à 3 mois après la formation

 

 

Pour rejoindre l’expérimentation « Innover en Formation »

Le calendrier d’ouverture de l’expérimentation se mettra en place début 2018. D’ici là, les questions et candidatures des prestataires (présentation de l’organisme et motivations à entrer dans l’expérimentation) peuvent être envoyées à contact@qualif.fr

Il vous sera envoyé en retour un dossier qui vous présentera ce à quoi cette expérimentation vous engage en tant que prestataire, mais également pour vos formateurs et apprenants.

Si vous confirmez votre engagement pour cette expérimentation, vous bénéficierez d’un accompagnement pour la mise en application (kit du prestataire + classes virtuelles), avec des retours d’expériences d’autres professionnels de la formation également engagés dans la démarche.

*Rapport Public Annuel 2017 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

1 - 3 as 3 á dtaispeáint
  • Thierry Ardouin's picture
    Merci à Frank pour le partage de ce tableau des différents temps et phase de l'évaluation en formation. Il est totalement en écho des éléments de synthèse de notre la rencontre thématique Epale sur la qualité en formation/ qualité de la formation.
    Bravo pour cette expérimentation et l'appel à expérimentation.
    L'évaluation de la formation met aussi en débat le ROI (return of investisment Retour sur investissement) / ROE (return of expectations retour sur les attentes). Je poursuis la réflexion par un blog ROI/ROE.

  • Roseline Le Squère's picture
    Excellent tableau au cœur de cet article permettant de comprendre, de préparer et d'affiner les actions d'évaluation d'une action de formation.
  • Jean Vanderspelden's picture
    Merci Franck pour ce partage éclairant la multimodalité des approches de la qualité en formation, problématique aujourd'hui au coeur de la réforme de 2014 voulue et portée par les partenaires sociaux. 

    Oui, la qualite de nos dispositifs repose, en grande partie, sur la qualité de l'implication durable, donc entretenue, de chaque apprenant ; sacré challenge pour toutes les équipes pédagogiques !