chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

 
 

Acmhainn

Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux.

Teanga: FR

Postáilte ag Isabelle Houot

 

La France est un pays où diplômes et titres constituent des références majeures aussi bien pour les individus que pour les entreprises, le marché du travail et les rapports sociaux. Traditionnellement conçus comme l’indice d'une qualification à venir sur le marché du travail par l'acquisition d'un niveau de connaissances, les diplômes et titres technologiques et professionnels sont devenus les garants de la maîtrise de compétences sous l'effet de la loi de modernisation sociale de 2002 introduisant la VAE. Ils constituent désormais un vaste ensemble composite de « certifications » toutes revues à l'aune des compétences et regroupées dans un registre commun : le Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP). Ces certifications continuent de répondre à des objectifs différents en fonction des publics visés et présentent des logiques de construction variées : diplômes de l'Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, de l'Agriculture, des ministères en charge de la Santé, des Affaires sociales, de la Jeunesse et des Sports, titres professionnels du ministère du Travail, titres des Chambres de commerce et d’industrie et des Chambres des métiers, certificats de qualification professionnels des branches etc.

Cet ensemble a été récemment interpellé par la création du compte personnel de formation (CPF) dans la loi du 5 Mars 2014 qui prévoit que les formations éligibles au CPF sont sanctionnées par une certification enregistrée au RNCP ou « une partie identifiée de certification professionnelle classée au sein du Répertoire et visant l'acquisition d'un bloc de compétences ». C'est la première fois que la notion de « bloc de compétences » est mentionnée dans un texte législatif. On est donc en droit de se poser la question de la consistance de ce nouveau concept et de la logique de construction des blocs de compétences, mais aussi, et surtout, de son intérêt pour les individus et pour le monde économique, ainsi que de ses conséquences sur les systèmes de certification et de formation existants.

Est-ce que le découpage en blocs de compétences constitue, pour les individus, un facteur facilitateur d'accès à l'emploi par l'acquisition de certifications « intermédiaires », avec le risque de leur faible reconnaissance sur le marché du travail ? Ou bien n'est-ce pas le ferment de remise en cause d'un système des certifications construit dans une logique d'acquisition d'une qualification complète comportant les bases de savoirs permettant d'accompagner les personnes tout au long de leurs parcours professionnels, au détriment peut-être de leur « employabilité » immédiate ? Ces deux impératifs, former pour une employabilité de court terme ou pour une qualification tout au long de la vie, peuvent-ils être assurés par les mêmes systèmes de certifications ou faut-il accepter l'existence de systèmes aux finalités différentes : certifications à vocation éducative et certifications d'adaptation à l'emploi, faisant l'objet d'organisations et de modes d'acquisition différents, dont il faudrait organiser la complémentarité ?

L'AFDET, concernée par les formations et les certifications professionnelles en lien avec l'économie et l'emploi, s'est tout de suite emparée de ces questions et a entrepris, en collaboration avec le Céreq, de faire un premier état des lieux de la mise en place des blocs de compétences.

 

Úda(i)r Acmhainne: 
CÉREQ ÉCHANGES
Dáta foilsithe:
Dé Domhnaigh, 1 Eanáir, 2017
Teanga an doiciméid
Cineál Acmhainne: 
Staidéar agus Tuairiscí:
Tír:
Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn