chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

Blag

Parole d’étudiant transméditerranéen - Etre un étudiant à distance. Réussir sa formation à distance

28/07/2020
ag Thierry Ardouin
Teanga: FR

Episode 9 - Série FORSE- FOAD Réalités et Pratiques - Paroles d’acteur – Parole d’étudiant transméditerranéen

 

« J’ai fait des rencontres formidables avec des étudiants de plusieurs horizons », « Cela a été un tremplin afin d’atteindre mon objectif », « Les corrections sont très détaillées afin de travailler les notions incomprises. Les enseignants sont disponibles et les forums de discussions sont très pratiques », « Il serait judicieux de permettre aux étudiants à l’étranger d’organiser les examens dans leurs pays »

Suivez l’expérience de trois ans de formation à distance de Mohamed ABOU MASLEM.

 

 

Etre un étudiant à distance. Réussir sa formation à distance

 

Bonjour M. Mohamed ABOU MASLEM vous êtes étudiant à l’université de Rouen Normandie, dans le dispositif FORSE qui est un dispositif de formation à distance que vous connaissez bien puisque vous avez réaliser une partie de votre parcours universitaire de la L3 au Master.

Après cette période où la formation à distance n’a jamais été aussi présente, j’aimerais en savoir plus et partager votre expérience en tant qu’étudiant dans ce dispositif à distance.

Ces dimensions interrogent de manière générale la formation des adultes. Ces thèmes sont importants sur la plateforme EPALE.

 

 

- Pour démarrer, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous même ?

 

Diplômé d’un BTS tertiaire en 2014, je décide de tenter ma chance en m’installant en Égypte. Doté d’une double culture française et égyptienne, j’avais pour habitude de visiter l’Égypte durant les vacances d’été. A travers ces voyages en Égypte, j’ai fait la rencontre de plusieurs égyptiens parfaitement francophones qui m’ont expliqué leurs parcours scolaires. Ils avaient pour la plupart suivi une scolarité purement française mais sur le territoire égyptien. Cette idée me sembler impossible jusqu’à qu’on m’explique l’existence d’un établissement pouvant offrir cette opportunité qui est le lycée français du Caire. Pour moi, le concept de lycée français d’Égypte était encore très vague. Qu’entend-on exactement par-là ? Qu’apprend-on dans ces établissements ? L’enseignement est-il identique à celui offert en France ? Les enseignants adoptent- ils les mêmes méthodes pédagogiques ?  Je décide alors de creuser la piste.

De fil en aiguille, je rencontre des personnes qui ont obtenu le même baccalauréat que moi issu du ministère de l’éducation nationale français sans jamais avoir visité l’Hexagone. D’après leurs dires ces établissements sont les meilleurs et les plus prestigieuses du Caire offrant un enseignement identique qu’en France. Je décide de prendre contact avec des enseignants français établis en Égypte à travers des réseaux sociaux professionnels. Des rencontres très enrichissantes qui m’ont permis de découvrir un monde professionnel atypique offrant un cadre professionnel Français tout en profitant de l’exotisme de l’Égypte. Lors d’une rencontre avec un enseignant, on m’indique qu’il existe un réseau de plusieurs écoles françaises en Égypte sous la tutelle de l’Ambassade de France au Caire. Au fil du temps, je décide d’orienter ma carrière vers ces établissements.

En septembre 2015, avec mon BTS tertiaire, j’arrive à décrocher un poste de professeur des écoles remplaçant au lycée français du Caire. Dès mon premier jour de classe en tant qu’enseignant, je ressens un manque de formation initiale et mes premières difficultés se font ressentir. A l’issue de l’année scolaire, en parallèle de mon poste en Égypte, je m’inscris en 3ème année de licence Sciences de l’éducation à l’université de Rouen à distance. En plus des compétences acquises sur le terrain, la formation théorique acquise grâce à la licence reste indispensable afin de se développer professionnellement.

Au fil du temps, le lycée français du Caire me confie entièrement une classe de CM1. Je décide de poursuivre en M1 puis en M2 (niveau officiellement requis des professeurs des écoles).

 

-  Qu’est ce qui vous a amener à réaliser votre formation à distance ? Et comment avez vous connu le dispositif Forse ?

 

Étant en poste en tant que professeur des écoles remplaçant au Caire en Égypte dès mon inscription en L3, il été indispensable que la formation se déroule à distance. Ayant effectué des recherches internet sur le site du CNED, j’ai trouvé la licence Sciences de l’éducation de l’université de Rouen qui me convenait parfaitement et répondait à mes attentes en termes de contenus. De plus, l’université de Rouen est une université renommée en Sciences humaines et sociales.

 

- En tant qu’étudiant, que diriez vous de cette expérience de formation à distance ? :

 

Très bonne expérience dès la licence. Les devoirs à rendre régulièrement permettent de connaitre son niveau en situation réelle d’examen. Les corrections sont très détaillées afin de travailler les notions incomprises. Les enseignants sont disponibles et les forums de discussions sont très pratiques pour poser des questions de l’ordre pédagogique ou administratives.

 

Il serait judicieux de permettre aux étudiants à l’étranger d’organiser les examens dans leurs pays à travers les services de l’Ambassade de France (centre culturel français) afin d’éviter des frais de déplacements et d’hébergement à Rouen pendant les périodes d’examens. J’ai eu la chance de soutenir exceptionnellement mon DER de M1 en Égypte par visio-conférence avec Madame SG (Dr). Cela m’a permis de m’absenter de mon travail uniquement une demi-journée contre 4-5 jours en France en temps normal.

 

- Au regard de votre expérience et de vos rencontres avec les étudiants, quels conseils donneriez-vous aux étudiants entrant dans une formation à distance ?

 

Le conseil que je peux donner et de travailler au fur et à mesure. Il faut impérativement se fixer un planning de travail et de s’y tenir dès le 1er regroupement afin de ne pas se retrouver dépassé par le temps. On a tendance à se dire qu’on a encore du temps pour travailler mais le temps passe très vite et les examens approches très rapidement.

 

Il faut également ne pas rester bloqué / figé sur un obstacle et demandé de l’aide rapidement car cela peut perturber le planning de travail. Les enseignants sont réactifs, il ne faut pas hésiter à en discuter avec l’équipe pédagogique.

 

 

- Quel est votre plus beau souvenir ou impact de la formation ?

 

Durant mes trois années de formations (L3 au M2), j’ai fait des rencontres formidables avec des étudiants de plusieurs horizons. Je suis toujours en contact avec certains étudiants avec qui nous partageons les mêmes objectifs professionnels. Le réseau est important et nous nous aidons mutuellement (partage de ressources, projets, correspondances des élèves…)

 

La réussite du Master 2 est un excellent souvenir. Le fait d’être diplômé d’une prestigieuse université en Sciences Humaines et Sociales reste pour moi une fierté.

 

En définitive, quel est l’originalité ou la spécificité de ce dispositif ? Et quel a été l’intérêt pour vous ?

 

L’originalité est que notre diplôme est le même que les étudiants ayant suivi la formation en présentiel. Sans la formation à distance, je n’aurai pas pu continuer mes études (sauf si démission). Cette formation permet aux adultes ayant quitté les bancs de l’université depuis un moment de continuer à se former et d’obtenir de hautes qualifications dans le domaine des Sciences de l’éducation. Cela a été un tremplin afin d’atteindre mon objectif de professeur des écoles titulaire et de réalisé mon rêve d’enseigner à l’étranger.

 

Je vous remercie pour cet échange et votre apport.

Thierry Ardouin, coordinateur thématique EPALE France

 

 

Retrouver les autres épisodes de la série : consulter le sommaire.

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email