chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - ríomhArdán d’Fhoghlaim Aosach san Eoraip

Blag

L’expérience de l’apprentissage : Les compétences du formateur au sein de l’entreprise

17/06/2020
ag Mahira Spiteri
Teanga: FR
Document available also in: EN DE

This blog post was originally published in English by Ramon Mangion.

Un apprentissage est une formation par le travail, et de nombreux pays lui accordent une grande importance. Les apprentissages, et autres formations similaires par le travail, sont considérés comme un élément essentiel de la réponse des pays aux taux de chômage élevés des jeunes (CEDEFOP, 2015). Les programmes d’apprentissage comportent généralement une combinaison d’enseignement à l’école et en entreprise (Muehlemann et Wolter, 2014, p3). 

De nombreux apprenants à travers l’Europe sont impatients de débuter leur expérience d’apprentissage dans différents environnements de travail. Ultimement, c’est une opportunité de mettre en pratique leurs connaissances et compétences acquises au centre de formation professionnelle, tout en acquérant de nouvelles aptitudes et compétences au moyen d’expériences pratiques sur le lieu de travail.

Lorsque l’apprenti débute une nouvelle expérience, il est confronté à un processus similaire à celui d’un nouvel employé, avec la pression supplémentaire d’être encore un étudiant. Ainsi, mis à part le processus formel d’intégration, le formateur au sein de l’entreprise joue un rôle important en aidant l’apprenti à comprendre et à s’adapter à la culture d’entreprise. C’est une étape cruciale pour que l’apprenti adopte un comportement efficace au sein du département et de l’organisme d’accueil.

Toutefois, pour que la période d’apprentissage soit bénéfique, la formation dispensée à l’apprenti doit être adaptée. Le formateur doit notamment connaître les réglementations locales en matière de formation par le travail et d’apprentissage. Prenons par exemple la loi maltaise relative à la formation par le travail et l’apprentissage (adoptée en 2017). Elle énumère une liste de droits et d’obligations s’appliquant aux structures accueillant des apprentis et définit un cadre régissant l’ensemble de la période d’apprentissage.

Au-delà de la réglementation, il est également essentiel que les formateurs disposent des compétences nécessaires pour transmettre leur savoir et expertise aux apprentis. Beaucoup sont des experts dans leur domaine technique spécifique, mais peuvent ne pas posséder les connaissances et les compétences adéquates pour former et guider un apprenti. Dans ce cas-là, cela aura très certainement un impact considérable sur l’expérience pédagogique de l’apprenti. D’après Dibpoye (2018), « Si les employés ayant de l’ancienneté manquent de compétences et adoptent des attitudes négatives, il est probable que les apprentis acquièrent d’eux des méthodes de travail incorrectes ou inefficaces ». D’un point de vue professionnel, je considère qu’un formateur doit posséder un ensemble de soft skills, ou compétences humaines, ainsi que la capacité à former autrui. En voici quelques exemples ci-dessous. Ces listes ne sont pas exhaustives.

 

Exemples de compétences humaines

  • Capacités de communication
  • Résolution de problèmes
  • Compétences relationnelles
  • Éthique professionnelle
  • Gestion du temps

Exemples de compétences de formation

  • Capacité à adopter différentes stratégies pédagogiques applicables à la formation professionnelle, par exemple, enseignement direct en donnant des indications sur les manipulations à effectuer, démonstrations, etc.
  • Transmission de compétences pratiques
  • Formation individuelle et en groupe
  • Évaluation efficace des compétences
  • Compétence de rétroaction
  • Évaluation des capacités motrices
  • Auto-évaluation

 

Il s’agit là d’une opportunité pour les centres de formation professionnelle, les employeurs et autres acteurs d'œuvrer ensemble pour permettre aux maîtres d’apprentissage d’acquérir ces compétences. J’aimerais conclure en prenant l’exemple du Malta College of Arts, Science and Technology. L’établissement a obtenu un financement de 7 millions d’euros par le biais du Fonds social européen en vue de mettre en œuvre le projet « Achieving Vocational Excellence through Enhanced Work-Based Learning » (Atteindre l’excellence professionnelle au moyen de la formation par le travail), en partenariat avec le Conseil national des compétences, le ministère de l’Éducation et du Travail et la Chambre de commerce et d’industrie. L’une des principales activités de ce projet consistera à élaborer et à dispenser un programme de formation destiné aux formateurs du secteur de l’industrie et centré sur les compétences mentionnées ci-dessus. L’objectif est d’améliorer la qualité de l’apprentissage et de la formation dans l’industrie en ciblant les personnes qui fournissent au quotidien le soutien et les conseils aux apprentis sur le lieu de travail. Ce faisant, ils contribuent à l’acquisition des connaissances, des aptitudes et des compétences requises dans le secteur. 

 

Références

  1. CEDEFOP, 2015. Apprenticeship Review: Malta. Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne.
  2. Robert L. Dipboye, « Employee Training and Development » In The Emerald Review of Industrial and Organizational Psychology. Publié en ligne : 14 août 2018 ; 581-624
  3. Wolter, S. C., Muhlemann, S. et Schweri, J., 2006. Why some Firms Train Apprenties and Many Others Do Not. German Economic Review, 7(3), pp. 249-264.

 

Note biographique

Ramon Mangion occupe actuellement le poste de Directeur adjoint en charge de l’apprentissage et de la formation par le travail au Malta College of Arts, Science and Technology et s’occupe de la mise en oeuvre du projet ESF 3.081 « Achieving Vocational Excellence through Enhanced Work-based Learning » (Atteindre l’excellence professionnelle au moyen de la formation par le travail). Ramon est titulaire d'une licence de tourisme, d’un master d’éducation et de formation pour adultes et d’un diplôme de troisième cycle en gestion. Il intervient également en tant qu’expert pour le Système européen de crédit d’apprentissages pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET), et comme ambassadeur EPALE.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

1 - 2 as 2 á dtaispeáint
  • Marija Elena Borg's picture
    Thank you for sharing the above with us, Ramon! I definitely agree that the trainer's soft skills and training skills are crucial in determining whether an apprenticeship programme is set to be completed successfully or otherwise. 

    Based on this argument, the Malta Business Bureau in collaboration with six other partners from the Netherlands, Denmark, Romania and Spain, recently launched 'LEADER' - an Erasmus+ project targeting VET students and trainers, in their quest towards developing appropriate soft skills.  Whilst students will be chiefly targeted through the development and dissemination of an innovative serious game, trainers will benefit from an online practical resource package that will enable them to better structure their training schedules.
  • Ramon Mangion's picture
    HI Maria, great initiative. Looking forward to rad further about this project,