chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Ressource

Compétences individuelles et compétences utilisées en situation de travail. Quels constats ? Quelle valorisation salariale ?

Langue: FR

Posté par Hélène Paumier

En continuité de la fiche sur la compétence de Marc Nagels, ce rapport interroge le terme de compétence en lien avec le terme de qualification. L'étude interroge les compétences mobilisées en situation de travail, notamment en littéracie et en numératie, dans 24 pays dont 22 membres de l'OCDE et en croisant différentes caractéristiques sociodémographiques. Si les tableaux et données sont parfois arides, les informations questionnent de manière pertinente les compétences en situation de travail et montrent la difficulté à en dégager des certitudes.

2015-193 - Compétences individuelles et compétences utilisées en situation de travail. Quels constats ? Quelle valorisation salariale ?

n° 193 de septembre 2015

par Aline Branche-Seigeot

À partir des données de l’enquête internationale PIAAC de 2012, encore inutilisées dans cette perspective, cet article dresse un panorama général des compétences mobilisées au travail selon les caractéristiques des individus (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle et diplôme). Cet exercice permet notamment de mettre en évidence le contenu du travail des employés/ouvriers qualifiés et des employés/ouvriers non qualifiés. D’après ce panorama, si le contenu du travail entre emploi qualifié et emploi non qualifié diffère encore fortement, les tâches qui incombent aux employés et ouvriers non qualifiés suggèrent une mobilisation de compétences plus variée et plus intense qu’il n’y paraît au regard de la dénomination de la catégorie socioprofessionnelle à laquelle ils appartiennent.

Cet article cherche également à mieux comprendre la formation des salaires, en étudiant leur lien avec les compétences des individus. En effet, les compétences individuelles en littératie et numératie sont a priori une mesure plus fine du capital humain et donc de la productivité individuelle que le niveau de diplôme. Les résultats sont conformes à la théorie : il apparaît bien que le salaire augmente avec le score de numératie. En outre, plus le nombre de compétences utilisées au travail est élevé, plus le salaire l’est aussi. En revanche, il semble qu’un plus haut score de littératie ne soit pas associé à un meilleur salaire. L’estimation des équations de gains, permettant de contrôler d’autres variables jouant également sur le salaire, montre que si les compétences individuelles en littératie ou numératie, comme celles utilisées au travail, sont positivement corrélées au salaire, cet effet transite surtout par le niveau de diplôme et la position professionnelle à laquelle elles permettent d’accéder. À diplôme et catégorie socioprofessionnelle donnés, la valorisation salariale des compétences semble ainsi très limitée aujourd’hui en France. À titre d’exemple, un même écart de compétence en numératie sera trois fois mieux rémunéré s’il correspond à une différence de diplômes obtenus que s’il correspond à un écart de compétences entre deux personnes de même niveau de diplôme.

Une première hypothèse pour interpréter ces résultats serait que ce ne sont pas tant les compétences individuelles et celles concrètement mises en oeuvre au travail qui expliquent majoritairement le salaire mais plutôt les grilles salariales fondées sur la position professionnelle et/ou le diplôme possédé. Les compétences joueraient donc un rôle important en permettant d’accéder à ces diplômes et positions professionnelles, mais ensuite l’évolution salariale y serait peu liée.

Une seconde interprétation, plus radicale, serait que le protocole utilisé dans l’enquête PIAAC pour mesurer les compétences individuelles et/ou le travail tel qu’il se fait concrètement ne permet pas de recueillir correctement l’information pertinente pour expliquer les trajectoires professionnelles, d’où la nécessité de mener des travaux complémentaires.

Auteur(s) de la ressource: 
Aline BRANCHE-SEIGEOT
Date de publication:
Mardi, 1 Septembre, 2015
Langue du document
Type de ressource: 
Études et rapports
Pays:
Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 1 sur 1
  • Portrait de Jean Vanderspelden

    Bonjour

    Merci pour ce partage; je rejoins assez volontier la 1ère hypothèse qui marque qu'en France, le diplôme est encore et toujours déterminant sur la grille salariale et sur la trajectoire professionnelle, y compris et surtout pour les adulltes peu qualfiiés. On peut être "peu qualifié" et être "hautement compétent", mais sans réelle reconnaissance. La réforme de la formation professionnelle avec tous ces outils (CPF, S2CP, VAE, etc....) suffira-t-elle à inverser cette tendance ? Mon expertise accumulée, depuis plus de trente sur la formation continue des adultes peu qualfiés, me laisse dubitatif ! Et pourtant,  au vue de la compléxité croisssante de notre  société, il y a urgence..

    Une première hypothèse pour interpréter ces résultats serait que ce ne sont pas tant les compétences individuelles et celles concrètement mises en oeuvre au travail qui expliquent majoritairement le salaire mais plutôt les grilles salariales fondées sur la position professionnelle et/ou le diplôme possédé. Les compétences joueraient donc un rôle important en permettant d’accéder à ces diplômes et positions professionnelles, mais ensuite l’évolution salariale y serait peu liée.