chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Comment apprendre à un vieil homme? Compréhension par appréciation

28/12/2018
by Monika Hausman-...
Langue: FR
Document available also in: PL

Traduction du polonais - NSS Pologne

Dans quelle mesure connaissons-nous nos voisins, en particulier les plus anciens ? Parfois, nous savons qu'une personne âgée vient du premier étage et que vous n'avez vu personne au rez-de-chaussée depuis longtemps. Ce ne sont pas des cas isolés. L’isolement social et, dans les cas extrêmes, la dépendance à l’égard des soins dispensés aux personnes âgées, résultent à la fois de l’attitude des personnes âgées elles-mêmes, du faible intérêt de leurs voisins pour leur voisinage et du manque de participation des voisins / de la communauté locale à la résolution des problèmes de ce groupe d’âge.

Dans les villes, seules quelques personnes âgées sont intégrées à la communauté locale ou même à leurs voisins. Dans la grande majorité des cas, ils se retirent de la vie sociale, tombent dans la solitude et, au moment de problèmes de mobilité, dépendent par exemple des soins en institution, reçoivent rarement le soutien d'une famille dont les membres plus jeunes vivent habituellement dans d'autres villes, travaillent et n'ont pas le temps pour eux. Par ailleurs, les voisins et la communauté locale ne participent pas suffisamment aux activités en faveur des personnes âgées. Parfois, l’environnement n’a tout simplement pas conscience de la nécessité de telles activités. Même s’ils sont conscients de la nécessité de prendre des initiatives, par exemple pour leurs voisins plus âgés, il n’y a ni les idées ni les compétences pour les soutenir. Une grande méfiance chez les personnes âgées elles-mêmes n’aide pas. Il y a souvent un manque de catalyseur du changement - montrant de manière convaincante à la communauté locale qu'il existe des cohabitants plus âgés qui en valent la peine et qu'il faut aider à ce que l'établissement d'un lien intergénérationnel apporte des avantages aux deux parties.

/fr/file/family-5155301920jpgfamily-515530_1920.jpg

L’initiative de la fédération FOS, développée depuis 200 ans dans le cadre du "Programme Générateur d’innovations du Réseau de Soutien" mis en place par l’Association des initiatives créatives, peut devenir partiellement une sorte de panacée pour cette exclusion, elle peut aider à comprendre, apprendre  des personnes âgées (bien que non seulement  ils peuvent se découvrir mutuellement, mais aussi apprendre l’histoire, les traditions oubliées, ils peuvent ainsi aider à se construire une identité propre) 200 ans est un bon moyen  et relativement peu coûteux d’atteindre et d’activer les personnes âgées, en particulier les personnes dépendantes des autres et du voisinage, au sens large du terme, comme les proches voisins et les institutions et organisations opérant dans un quartier donné ou en ville. Les aînés n’ont pas à attendre le centième anniversaire pour que le président  ou le maire frappent  à leur porte et leur présentent  des voeux en les embrassant avec la remise  de fleurs et d’une "enveloppe", bien que ce soit sans aucun doute une belle et importante coutume. Les résidents plus âgés devraient être appréciés beaucoup plus tôt, car chacun d'eux a une histoire unique dans laquelle nous pouvons devenir partie.

200 ans est l'organisation de l'anniversaire (pas nécessairement  à la date  précise) pour les personnes âgées par les membres de la communauté locale : voisins, organisations opérant dans un espace donné, conseillers en logement, étudiants locaux, etc. D’une part, c'est une idée de toucher les personnes âgées atteignant le  soi-disant  quatrième âge  et de les motiver à s’ouvrir à la communauté, par exemple ne serait-ce que pour participer aux activités du club senior, et d’autre part pour impliquer la communauté de voisinage dans l’aide apportée à ces personnes. L’initiative de 200 ans n’est pas un événement ordinaire, même le plus solennel et le plus réfléchi. Cela fait partie du processus de transformation positive des communautés locales vers la connaissance et la reconnaissance de la valeur des personnes âgées.

L'événement en soi ne nécessite pas beaucoup de dépenses, notamment financières (fleurs, gâteaux, quelques rafraîchissements), vous pouvez compter sur vos propres ressources et partenaires (salle, décorations, décor musical, gâteau cuit par les voisins, etc.). Vous avez besoin d’un initiateur / organisateur (organisation non gouvernementale travaillant pour les personnes âgées, institution: bibliothèque, centre culturel, centre social, municipalité, école, université, conseil en logement ou voisins), de partenaires (car nous parlons d’activer et d’éduquer l’environnement) - les mêmes entités comme dans le cas des organisateurs, et bien sûr du (de la) jubilaire lui (elle)-même. Ces derniers doivent être choisis avec soin, avec un haut degré de conscience et d'empathie, et avec le consentement des intéressés. Ils devraient également avoir dès le début un impact sur le programme, la liste des invités, le menu et le déroulement complet de l'événement. Une surprise peut être une performance artistique d'élèves d'une école de musique ou d'un groupe artistique de seniors ainsi qu'un cadeau. Il n'est pas nécessaire de surprendre les jubilaires avec quelque chose pendant l'événement, car l’événement en lui-même suscite déjà beaucoup d'émotions.

En revanche, tout le processus d’activation des personnes âgées et du voisinage de  quartier est beaucoup plus complexe et durable que l’organisation du jubilé. Cela nécessite la capacité de travailler dans un environnement, de préférence pour soutenir une personne - un animateur ou une animatrice qui a de l'expérience dans le travail avec des personnes, elle peut être responsable de la conversation avec les jubilaires, la famille et les voisins. Pendant tout le processus de tissage des réseaux de soutien, du diagnostic à l'évaluation, recherchez les signes que la personne âgée s'est réellement ouverte à la communauté (par exemple, assiste à des activités de club senior, participe à des événements de quartier) et que son environnement  s’ intéresse à elle  et la soutient.

En tant que fédération FOSa, nous avons organisé plusieurs  jubilés de ce type. Ce qui satisfait l’initiative de 200 ans pour les personnes âgées et ce qui a été confirmé dans le processus de test de l’innovation est certainement :

  •  le besoin d'être apprécié, dans le sens où il est perçu, honoré, entendu, et donc important et nécessaire;
  •  Besoin de contact avec les gens - si nous pouvons inviter des personnes d'un ancien travail, dont une personne plus âgée se rappelle agréablement bien, d'anciens amis, des voisins, nous pouvons faire en sorte que ces contacts soient renouvelés;
  •  La nécessité de rompre avec la vie quotidienne et la vie ordinaire, surtout si les personnes âgées dépendent de l'aide des autres, quittent rarement leur domicile et le rythme de la journée où elles organisent des activités de routine.

Les anniversaires ont créé un espace naturel pour l’ouverture des personnes âgées aux autres, l’occasion d’évoquer  leur histoire. Chaque jour, ils ont rarement une telle opportunité et à cause d’une éducation souvent modeste, sont convaincus qu'il n'est pas approprié de parler d'eux-mêmes, ainsi que du faible intérêt de la famille et de l'environnement dans leur vie, bloquant efficacement toutes  manifestations de récit personnel. Lors de la cérémonie des 200 ans, chacun de nos jubilaires a entendu un récit au sujet de la vie de Mme Stanisława, qui était prisonnière d'un camp de concentration, une interview dans un journal a été réalisée et un film a été enregistré. Mme Weronika, qui était autrefois commandant du régiment des femmes et qui possède actuellement le grade de major (officier supérieur), a raconté lors de l’ anniversaire de son voisin quel était son sort difficile en temps de guerre, même chose pour les autres jubilaires. Ce furent des moments importants et émouvants, tant pour les femmes que pour les invités. Leçons d'histoire et d'humanité.

Vous trouverez un guide décrivant pas à pas une initiative de 200 ans sur les pages de la Fédération FOSa à l’automne. Si vous êtes intéressé, s'il vous plaît contactez-nous.

Monika Hausman-Pniewska – tformatrice et animatrice, depuis de nombreuses années , associée au secteur non gouvernemental et à l'éducation des adultes, en particulier les activités non formelles et informelles, en action. Elle est membre du conseil d'administration de l'Association des formateurs en organisation non gouvernementale STOP. Elle travaille à la Fédération des organisations sociales  de la Voïvodie de Warmie et Mazurie FOSa à Olsztyn. Ambassadrice d'EPALE.

Voir aussi:

Jouons au budget domestique

Education en consultations

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 4 sur 4
  • Portrait de Anna Lieber
    Niewątpliwie coraz częściej zapominamy o osobach w podeszłym wieku, nawet jeśli mieszkają tuż obok nas. Młode osoby często żyją w pośpiechu, zapominając przy tym o trosce i wsparciu najbliższych. Inicjatywa 200 lat to bardzo ciekawy i zachęcający pomysł, który pomoże zintegrować osoby starsze ze społeczeństwem. Wydarzenie z racji tego, iż nie wymaga dużych nakładów finansowych, powinno zachęcić wiele osób, przyczynić się do wzbudzenia pozytywnych emocji u osób w podeszłym wieku oraz dać możliwość do tego, aby jubilaci otworzyli się przed społeczeństwem i podzielili swoją historią.
  • Portrait de Katarzyna Zając
    Jestem poruszona tym wpisem ponieważ wprowadza on pewną dozę smutku, że to od nas, młodszego pokolenia zależy jak swoją starość przeżyją nasi dziadkowie, babcie, czy po prostu osoby starsze. Od naszego zaangażowania i empatii. Ważne jest abyśmy zdawali sobie z tego sprawę, że te osoby często nie chcąc się narzucać wycofują się całkowicie ze społeczeństwa, zapominając często przy tym o sobie i swoich własnych potrzebach. Pozostawione same sobie nie zwracają uwagi na siebie, przestają spotykać się z innymi, wychodzić z domu. Zamykają się w swoich bezpiecznych kątach izolując się od społeczeństwa i to właśnie w nas jest ta wielka odpowiedzialność aby zachęcić seniorów do kontaktów z innymi aby zapewnić im możliwość poczucia przynależności do grupy, czy poczucia się potrzebnym. 
  • Portrait de Patrycja Siedlaczek
    Wpis jest niezwykle interesujący i porusza bardzo ważną kwestię. Dzięki niemu dowiedziałam się o inicjatywnie 200 lat, która jest pomocą dla osób starszych i równocześnie niesie korzyść dla otaczających ich ludzi. Bardzo Pani dziękuję za ten wpis. Jest on głosem w bardzo istotnym problemie  dotykającym osoby starsze. Myślę, że należy od najmłodszych lat uczyć szacunku do osób starszych. Szerzyć wśród ludzi wiedzę na temat tego, z jakimi trudnościami borykają się seniorzy i jak im pomagać. Żyjemy w społeczeństwie starzejącym się, postarajmy się więc zapewnić im piękny czas w okresie jesieni ich życia.
  • Portrait de Barbara Szymańska
    Dziękuję Moniko za ten tekst. Myślę sobie, że im starsi jesteśmy tym bardziej nasze historie i doświadczenia są pomocne podtrzymywaniu ciągłości naszej historii jako społeczności oraz podtrzymywaniu równowagi. Przychodzi mi do głowy "starszyzna", jako ciało (ale też symbol), którego rozumienie świata, zdarzeń i decyzje ogarniały zarówno tendencje do zmian jak i tendencje zachowawcze, które dzięki doświadczeniu i mądrości potrafiło doceniać wszystkie pojawiające się tendencje i perspektywy. Bardzo chciałabym abyśmy na nowo zaczęli dostrzegać to co mają do zaoferowania starsi członkowie naszych społeczności.