chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Se former et être accompagné pendant et après le Covid-19 : Article 4 : confinement pendant et après : le vécu du public jeunes

22/07/2020
par André Chauvet
Langue: FR
Document available also in: EN DE PL

Après une période d’arrêt inédite, aux conséquences multiples, liée à la crise sanitaire du Covid-19, le processus de déconfinement est en cours. La vie reprend progressivement ses formes initiales mais chacun a conscience de la fragilité et de l’incertitude de la situation. Et les craintes augmentent sur les conséquences économiques et sociales de cette crise dont on découvre chaque jour d’autres impacts. Le monde d’après est en question et les métiers de la formation et de l’accompagnement sont aussi en questionnement. Dans les 3 articles précédents, nous avons cherché à préciser les enjeux en terme d’ingénierie renouvelée des processus de formation et d’accompagnement en donnant la parole aux responsables et professionnels de réseaux qui sont parvenus à développer une continuité de formation et de service (réseau des MFREO, CEP Bourgogne Franche-Comté). Nous avons également cherché à repérer en quoi ces processus construits dans l’urgence pouvaient générer des changements plus pérennes et ce que cette situation de crise inédite pouvait ouvrir comme perspectives. Nous avons donc plutôt cherché à interroger les structures et les professionnels et les informations sur le public ont été analysées à travers ce prisme.

Or, l’enjeu n’est pas seulement celui de la capacité des structures et des professionnels à faire face et à innover dans cette période « à distance » mais également de mieux appréhender les impacts sur le public lui-même.

 

Confinement : quel vécu du public ?

La période de confinement a donné lieu à une profusion d’études (1) sur les impacts multiples pour chacun. Stress, inquiétude...bien évidement mais également réflexions personnelles, vie familiale, ré interrogation de sa relation au travail. Sur ce plan, les enquêtes peuvent se répartir en deux registres de questionnement. L’un relevant du recueil de point de vue sur le vécu du confinement ; l’autre relevant plutôt de la manière dont chacun perçoit aujourd’hui l’avenir et ce que cette période de post confinement impacte sur ses intentions, ses projets et plus largement son rapport à l’avenir. L’analyse approfondie de ces études donne plusieurs indications. On y repère de grandes variations individuelles dans le vécu du confinement. On y perçoit également des phases différenciées successives (abattement, inquiétude, colère, acceptation..) mais également très variables. Ce vécu différent est aussi fonction même des conditions du confinement. Il est bien sûr assez facile de rester chez soi quand les conditions sont adéquates. Et c’est plus compliqué quand l’inquiétude est amplifiée par des conditions matérielles et financières difficiles. Mais le moment du confinement dans le parcours de chacun a également joué un rôle significatif. Pas simple d’arrêter une formation que l’on venait de commencer. Ou de devoir renoncer à un emploi qui était accessible avant la crise.  Sur ce plan, il nous semblait essentiel de recueillir la parole de personnes pour qui la question du confinement pouvait accentuer les difficultés et le sentiment d’impuissance. Les 436 Missions Locales de France ont collecté la parole des jeunes qu’elles accompagnent à travers une enquête Flash. Réalisée avec le soutien de France Stratégie et du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq), elles donnent des indications très intéressantes. 30% des jeunes interrogés disent avoir mal ou très mal vécu la période de confinement, et ce en raison de plusieurs facteurs : l’ennui arrive en première position (48,8%), suivi de près par les difficultés à trouver un emploi (40,3%), l’isolement (36,6%), les difficultés financières (30,5%) ou encore la peur d’être contaminé.e ou de contaminer des proches (29,1%). Les sondés mettent également en évidence des difficultés liées à leur logement : c’est le cas pour 7,6% d’entre eux – une part qui peut paraître faible mais qui implique que certains de ces jeunes ont pu, pendant le confinement, se retrouver dans des situations d’une extrême complexité liées au mal ou au non-logement.

 

Faire face à l’incertain : le rapport à l’avenir en question

Les jeunes sont aussi partagés quant à leur perception de l’avenir, ils oscillent entre confiance (30,5%) et inquiétude (33,4%). D’ailleurs, les trois quarts des jeunes inquiets craignent de ne pas trouver d’emploi en raison de la crise.

Sans équivoque, la question de l’emploi est essentielle pour les répondants, qui la placent à près de 77% en tête de leurs priorités pour l’avenir, suivie par la clarification de leur projet professionnel (66,8%), et la reprise d’une formation (43,7%). Lorsqu’on leur demande s’ils souhaitent être accompagnés dans les différentes étapes de leur vie, 61% des jeunes répondent positivement. 

Ces différents éléments se retrouvent dans la population générale mais le public jeune perçoit bien la complexité et l’incertitude de la période qui s’ouvre. Les choix d’orientation vont nécessairement en être affectés. On repère dès à présent une polarisation sur quelques critères évidents : situations et perspectives d’emploi ; localisation géographique. Mais également un autre critère qui a beaucoup été évoqué pendant le confinement : utilité sociale perçue du travail. En tout cas, le rapport à l’avenir en est modifié mais également le sentiment d’un contrôle moins important sur ce qui peut advenir.

En plus, dans cette période, les questions de fracture numérique ont été largement soulignées et débattues. Le CEDEFOP (2) a produit une note sur le fossé numérique pendant la COVID-19 pour les apprenants de l’EFP en risque de décrochage en Europe. Il est basé sur des informations préliminaires sur 7 pays fournies par le réseau des Ambassadeurs du Cedefop contre l’abandon précoce de l’éducation et de la formation. La note précise en conclusion :  Un soutien ultérieur est nécessaire pour répondre aux besoins des apprenants en risque de décrochage en assurant leur accès égal à l’enseignement à distance de qualité́. La crise actuelle a montré que l’inclusion numérique n’est pas possible sans l’inclusion sociale. Il est moins probable que les apprenants marginalisés et vulnérables soient impliqués dans des procédures d’enseignement à distance. Le rapport souligne aussi que les apprenants en risque de décrochage se déconnectent pendant une période plus longue et peuvent enfin abandonner leur programme d’EFP. Pourtant, tout n’est pas si sombre, ni binaire. La période de confinement a été aussi propice à l’inventivité. Les initiatives se sont multipliées. La Mission Locale du Pays de Saint-Malo a, par exemple conçu, développé et mis en œuvre un processus de Garantie jeunes en grande partie à distance. Les résultats sont très intéressants et ouvrent des perspectives tant en terme d’agilité et d’inventivité des professionnels que de mobilisation du public. Cela démontre également que la rupture numérique ne prend pas toujours la forme que l’on imagine et que le public est d’autant plus impliqué que la conception du travail à distance prend en compte ses ressources et ses initiatives. Et nous pourrions citer de très nombreuses initiatives dont nous espérons qu’elles nous aideront à enrichir nos modalités d’accompagnement.  Si la rencontre physique n’était plus aussi simple à l’avenir (qui le sait ?), alors le maintien et la vitalité du lien de soutien deviennent essentiels. Et c’est sans doute sur ce plan que la réflexion et les initiatives ont été les plus fécondes. On a pu observer que dans certaines situations, les jeunes trouvaient de l’intérêt et du plaisir à avoir des contacts moins solennels et planifiés, plus conversationnels et moins centrés sur le projet, mais en tout cas très aidants. La manifestation d’un intérêt authentique de même qu’un échange sur une situation inédite pour tous. Cela interroge sur l’importance de la modalité proposée dans la construction d’un lien de confiance et de soutien en accompagnement. Si la rupture numérique est évidemment agissante, elle n’est pas non plus à face unique. Tout cela suppose de réinterroger les modalités les plus adéquates pour le public, quitte à sortir du confort illusoire de modalités planifiables et quantifiables. C’est également vrai en ce qui concerne le développement des compétences pour ce public. C’est bien l’accès à des situations apprenantes variées et multi modalités pour tous qui est l’enjeu. Et pas uniquement la formation à distance qui n’en est qu’une simple facette. L’équité sociale est aussi dans cette nuance.

La philosophe Cynthia Fleury nous alerte dans un éditorial récent. "Ne faisons pas l'erreur de reconstruire l'avant. Le confinement a ouvert le chemin d'une société moderne, avec quantité d'expérimentations. Ne retombons pas dans le piège des hyper structures pléthoriques qui excellent à empêcher"

(1)  Stress, travail, média : comment avons-nous vécu le confinement ? https://lejournal.cnrs.fr/articles/stress-travail-medias-comment-avons-n...

(2) CEDEFOP : European Centre for the development of vocational training

https://www.cedefop.europa.eu/files/french_-_digital_gap_during_covid-19_for_vet_learners_at_risk_in_europe.pdf

https://www.unml.info/actualites/representation-du-reseau/20202/enquete-flash-missions-locales-lemploi-priorite-numero-1-des-jeunes-pour-la-reprise.html


[1] Stress, travail, média : comment avons-nous vécu le confinement ? https://lejournal.cnrs.fr/articles/stress-travail-medias-comment-avons-n...

[2] CEDEFOP : European Centre for the development of vocational training

 

 

Se former et être accompagné pendant et après le Covid-19 : Consulter les autres articles publiés sur ce thème.

Article 1 : Quels enjeux et réponses en terme d'innovation ?

Article 2 : Le réseau des MFREO

Article 3 : Le conseil en évolution professionnel pour les actifs occupés

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email