chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

L’approche constructiviste "Talents & Transitions Patchwork®" pourrait bénéficier aux jeunes adultes "décrocheurs".

28/10/2015
par David BOURNE
Langue: FR

 

Dans le cadre de l'Agenda Européen pour la Formation des Adultes l’Agence 2e2f devenue depuis l’Agence ERASMUS+, a coordonné au niveau national, il y a quelques temps, un groupe d’experts dont le travail visait à identifier les facteurs de réussite d’un « raccrochage » de jeunes ayant abandonné une formation en alternance. Le groupe de travail en question a identifié trois problématiques qui nécessitent d’être explorées plus avant.
 

Si la question de l’accompagnement du jeune par un « référent » s’impose de fait, force est de constater que celle de l’alliance de travail susceptible de s’établir (ou non) entre le jeune et le référent en question semble rester absente des débats ou pour le moins, ne bénéficie pas d’une attention particulière. Or de nombreuses recherches ont montré que l’alliance de travail constituait la pierre angulaire d’un processus d’accompagnement. A elle seule, elle explique jusqu’à 30 % à 40 % du succès de l’accompagnement (cf.: article à paraître prochainement sur la plateforme EPALE).
Le groupe de travail souligne par ailleurs que le portefeuille de compétences constitue un bon support pour soutenir une dynamique de projet. Selon nous, il y contribue véritablement sous réserve qu’il intègre également une dimension malheureusement trop souvent oubliée dans le cadre de ce genre de support : le sentiment d’efficacité personnelle. En effet, selon les experts du groupe de travail, le portefeuille de compétences est « un dossier relatant les expériences professionnelles réalisées dans le but de retracer un parcours d'expériences et de conserver les témoignages d'acquis de formation et d'expérience. Il permet de rendre visible l'expérience, d'identifier les savoir-faire mobilisés, de valoriser les compétences développées ». Un tel dossier doit non seulement avoir vocation à tracer les expériences, leur articulation et leur nature mais il doit également permettre au jeune d’identifier clairement les activités réalisées en distinguant celles qu’il apprécie ou pas, celles qui l’attirent ou non. Il doit pouvoir également classer ces activités selon qu’il a éprouvé en les réalisant, un sentiment d’efficacité personnelle plus ou moins élevé à la manière de la méthodologie employée dans le cadre de l’approche « Talents & Transitions Patchwork® ». En clair, le portefeuille de compétences devrait comporter, selon nous, non seulement des éléments « d’archive » indispensables (expériences, formations, …) mais surtout les traces d’un travail réflexif personnel lequel nécessite généralement d’être accompagné par un professionnel rompu à cet exercice. Ce travail réflexif devant clairement, à terme, traduire l’acquisition progressive, par le jeune, de compétences à « gérer » sa propre évolution professionnelle (Career Management Skills). Il doit également permettre au jeune de trouver du sens à ce qu’il fait et à ce qu’il a envie de faire de sa vie professionnelle et personnelle comme le suggèrent des auteurs comme Jean Guichard, en France et Mark Savickas aux Etats-Unis (Life designing).

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn