chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Espace actualités

La réforme de la formation professionnelle en France : que faut-il retenir ?

06/03/2018
Langue: FR

Muriel Pénicaud, ministre du travail,  a dévoilé, lundi 5 mars, les grands axes de la future réforme de la formation professionnelle

  • 1er axe :  la monétisation du compte personnel de formation (CPF), chaque actif disposerait désormais d'un compte personnel en euros et non plus en heures de formation. Le CPF crédité de 500 euros par an et de 800 euros pour les salariés non qualifiés pourra être utilisé sans intermédiaire. Le gouvernement va créer une application mobile pour que chaque salarié puisse s'inscrire en formation et la payer directement. Un nouveau "conseil en formation professionnelle" sera créé et rendu disponible sur l'ensemble  du  territoire.
  • 2ème axe : la collecte de la contribution formation serait désormais assurée  par les Urssaf (Union de Recouvrement pour la Sécurité Sociale et les Allocations Familialesl). L'URSSAF est un organisme gouvernemental et officiel qui se charge de collecter les cotisations et contributions sociales des entreprises dans le but d'assurer la gestion de la trésorerie de la Sécurité Sociale.  Des "opérateurs de compétences", restructurés autour de grandes filières économiques, remplaceront les Opca (organismes paritaires collecteurs agréés) Ces organismes sont actuellement chargés de collecter et de gérer les contributions obligatoires des entreprises au titre de la formation professionnelle. Il existe une vingtaine d'OPCA en France.
  • 3ème axe : une agence nationale se substituera aux actuelles instances de pilotage de la formation professionnelle.
Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn