chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Traumatisme et capacité d’apprentissage

25/06/2019
par EPALE Österreich
Langue: FR
Document available also in: EN DE CS

[Traduction (anglais-français) : EPALE France]

 

Haut du formulaireBas du formulaire

Temps de lecture approx. 3 minutes - lisez, aimez et commentez !

Barbara Kuss, Mats Mikiver

Les migrants qui décident -que ce soit volontairement ou involontairement -de quitter leurs pays d’origine sont confrontés à un bouleversement de leur cadre de référence qui, dans un système social, nous aide à réduire le monde à une section calculable dans laquelle on peut trouver sa propre voie et interagir. Ils se trouvent dans un territoire inconnu où les règles habituelles des comportements, des rôles sociétaux, des structures et des conditions ont changé (Han 2009, 205-209). Les afflictions sont particulièrement virulentes quand la migration est une fuite pour se mettre à l’abri de la guerre et de persécutions. La fuite se produit souvent à l’improviste, quand aucune adoption n’a pu avoir lieu, souvent des membres de la famille ou des amis ont disparu, sont morts ou ont déjà été tués ; les gens qui fuient sont en grand danger et angoissés.

Alors qu’ils essayent de s’établir ils participent souvent à des cours d’intégration où ils apprennent la langue du pays d’accueil pour apprendre les « valeurs nationales et régionales et les habitudes culturelles ». Les formateurs ou tuteurs qui dispensent ces cours d’intégration sont confrontés à nombre de participants incapables de retrouver leur capacité à apprendre, ce qui peut être une conséquence des expériences traumatisantes qu’ils ont subies.

/fr/file/mental-1831391640png-0mental-1831391_640.png

Les traumatismes

Un traumatime est un événement soudain, intense et douloureux qui submerge les capacités mentales d’une personne comme si l’esprit était inondé. Ceci peut se produire après des catastrophes naturelles comme les inondations ou les tremblements de terre mais également à la suite de désastres créés par les hommes (UNHCR 2018; Schwarz 2009).

Selon Schouler-Ocak et al. (2010), 17% des patients en traitement psychiatrique ou psychothérapeutique sont des gens avec un passé migratoire. Les traumatismes peuvent être responsables de stress post-traumatique et/ou coresponsables du développement d’autres maladies mentales (Özkan/Hüther 2012). Les désastres créés par l’homme comme les mauvais traitements, les violences sexuelles, les viols, l’expérience de la guerre, ou la torture sont des causes de traumatismes particulièrement sévères dont le traitement est particulièrement complexe et difficile (UNHCR 2018; Schwarz 2009). La raison en est qu’ici des gens causent des dommages à autrui de la manière la plus destructive, physiquement et émotionnellement. La santé de ceux qui en font l’objet est affectée à long terme de plusieurs façons. Certains souffrent de difformités et de handicaps physiques ; des flashbacks font revenir l’expérience douloureuse de manière répétée. La capacité de concentration peut diminuer de manière considérable, tout comme la capacité d’absorber et de traiter des informations. Souvent la capacité de travail est réduite; la capacité d’interaction sociale peut-être sérieusement entravée, ce qui peut conduire à un retrait de la société ou à l’isolement complet. Le processus de guérison est rendu encore plus difficile quand les réfugiés ont été persécutés par l’État et que leur confiance dans les institutions s’en trouve réduite (Braun et al., 2009).

D’autre part, les migrants et les réfugiés sont soumis à un stress d’acculturation qui peut avoir une influence sur leur capacité d’étude. Apprendre la langue, trouver un logement, se familiariser avec nos systèmes et structures sociales comme la santé, l’école, les autres systèmes de soutien, requièrent de l’attention ; de plus des valeurs différentes des leurs peuvent poser un problème à beaucoup d’immigrants.

Le projet INTED et exemples de traitement des insécurités des personnes victimes de traumatismes.

Le projet INTED - Integration through Education and Information (INTED-intégration par l’éducation et l’information) - a pour but d’améliorer le travail avec les réfugiés /immigrants. Le projet a été financé dans le cadre du programme Erasmus+ comme « Echange de Connaissances » et cinq pays - l’Autriche, la Croatie, l’Allemagne, l’Italie et la Suède ont partagé leurs approches et leurs activités dans ce domaine.

Un des partenaires, le « Rehabilitation Center for Stress and Trauma (RCT)-Centre de réhabilitation pour le stress et les traumatismes » en Croatie se concentre particulièrement sur les traumatismes. RCT a conduit un atelier dont le thème était la question suivante : comme membre du personnel (par exemple comme formateur) comment dois-je m’adresser à une personne victime d’un traumatisme, en dépit du fait que je n’ai pas de formation professionnelle pour ce genre de situation ? Il n’y a rien d’inhabituel à ne pas savoir comment interagir ou travailler avec une personne traumatisée. Les formateurs et les tuteurs sont souvent inquiets d’être confrontés à des situations où il se demandent « de quoi parler avec une personne traumatisée, à part des choses que nous faisons ensemble (par exemple un cours de langue) ? » « Dois-je parler de ce qui a causé le traumatisme ? » « Dois-je parler de ce que la personne ressent ? » … Et d’autres pensées peuvent leur venir à l’esprit.

Approche du traumatisme orientée vers la solution

La méthode « approche du traumatisme orientée vers la solution » peut s’avérer utile dans ce cas. L’idée centrale est de se tourner vers le futur, vers ce qui est possible et qui est positif pour la personne affectée par le traumatisme. Dans cette méthode, les causes du problème sont à l’arrière-plan. Les questions sont : quand la personne se sent-elle mieux ? Que fait-elle alors ? Peut-elle poursuivre cette activité plus souvent ou en développer une autre, qui la fera aussi se sentir mieux ? Il s’agit ici de réduire le temps pendant lequel l’esprit de la personne est occupé par les pensées qui ont trait aux traumatismes et de le remplacer par des pensées, des conversations et des actions positives.

De bonnes relations sont bien sûr importantes. Un peu de chaleur humaine est le premier pas. Un des principes à suivre est que « de petits progrès dans l’état mental de la personne peuvent conduire à des changements importants dans sa vie ». La méthode peut être utilisée au niveau individuel ou en groupe mais l’on doit garder à l’esprit que des personnes dans la même situation peuvent réagir de manière différente. La mesure dans laquelle une personne est affectée par un événement traumatisant dépend de différents paramètres tels que la personnalité, l’âge, le degré d’exposition, le soutien de la famille et la situation sociale.

L’apprentissage en famille

Si la personne traumatisée est un père ou une mère de famille, le « Family learning (Fl) » ( l’apprentissage en famille) peut-être une méthode utile, l’idée étant de faire quelque chose de positif et d’orienté vers le futur. Fl est utile pour tous les parents et convient particulièrement aux immigrants. Dans le Fl, les parents et leurs enfants ont, ensemble, des activités de cinq à dix sessions qui se concentrent sur des expériences d’apprentissage positives, les compétences de littératie et de numératie étant des composantes naturelles de chaque session.

L’élément essentiel du Fl et de souligner l’importance du rôle que jouent les parents dans le développement intellectuel et émotionnel de l’enfant. De plus, les parents sont les premiers enseignants et la maison est un environnement d’apprentissage. Pour les immigrants le Fl est une bonne manière de développer les compétences linguistiques aussi bien pour les parents que pour les enfants. Ils peuvent faire les mêmes exercices étant donné qu’en tant que nouveaux arrivants ils ont généralement le même niveau de connaissance de la langue. Les exercices doivent être à la fois théoriques et pratiques et les compétences apprises dans une atmosphère détendue, par exemple en jouant.

Les cours d’apprentissage en famille doivent tenir compte des besoins du groupe concerné. Est-ce que ce sont les compétences linguistiques, ou les informations sur l’école ou l’école maternelle, ou une nourriture saine, ou encore l’information civique ou quelque chose de semblable qui sont les plus nécessaires ? Les tuteurs doivent garder cela l’esprit quand ils créent le curriculum avec les participants.

Fl est une méthode universelle ; elle a été créée pour soutenir les familles de régions désavantagées des gens avec peu ou pas d’éducation. Pour certains adultes le Fl est le premier pas dans l’éducation, l’intention étant qu’il soit aussi le début d’une éducation permanente.

Les faits démontrent que des compétences linguistiques, une littéracie et une numératie faible se transmettent des parents aux enfants. L’apprentissage en famille peut contribuer à renverser ce processus.


Auteurs :

Kuss, Barbara, MA, MSc : Pédagogue, gestionnaire de projet, le principal centre d’intérêt se situe à l’intersection de la migration -la santé -l’éducation. Travaille pour OMEGA – centre transculturel pour la santé mentale et physique et l’intégration à Graz, en Autriche.

Mikiver, Mats : gestionnaire de projet à la municipalité de Linköping, Département de l’éducation, en Suède. La mission principale est d’organiser différentes sortes de soutien aux parents, principalement pour les familles de migrants.


Bibliographie:


Pour consulter d'autres articles intéressants, cliquez ici:

Politische Bildung by EPALE Austria (c) OeAD-GmbH/Reidinger

EPALE focus: Citizenship Education in Europe

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 1 sur 1
  • Portrait de Andrea Metzger
    Wenn man nicht direkt als Betreuer/in oder als Lernende/r direkt davon betroffen ist, macht man sich kaum Gedanken über die Einschränkung durch Traumata. Family learning ist dabei sicher hilfreich, vor allem weil man sich in einem bekannten Umfeld bewegt. Damit habe ich wieder etwas neues gelernt, danke!