Blog
Blog

Quand l'art aide à donner un sens au monde qui vous entoure

Le projet Erasmus+ lancé par Dance Info Finland a pour objectif de développer les compétences numériques des professionnels de la danse et du cirque.

Tanssin tiedotuskeskusDance Info Finland défend le statut de la danse et contribue à développer la culture de la danse au niveau national et international. PhotoArina Nagimova

[Traduction : EPALE France]

 

Le projet Erasmus + de Dance Info Finland vise à renforcer les compétences numériques des professionnels des arts du spectacle. Plutôt que d'adapter les formes d'art reposant sur la proximité physique au format numérique ou virtuel, ce projet vise à fournir une source d'inspiration et à mieux faire comprendre les nouvelles possibilités et les nouveaux types de performances qu'offre la numérisation.

« L'art est essentiel pour donner un sens au monde et à notre place dans celui-ci », déclare Katarina Lindholm, responsable des affaires internationales à Dance Info Finland.

Dance Info Finland a lancé son premier projet Erasmus + intitulé Digital Leap: Capacity building for circus and dance professionals (Le saut numérique : renforcement des capacités des professionnels du cirque et de la danse). Ce projet vise à développer les compétences numériques des professionnels du cirque et de la danse. Si les activités n'en sont qu'à leurs balbutiements, ces derniers sont inspirants et prometteurs.

« La danse et le cirque ont une dimension internationale, y compris en tant que formes d'art », explique Katarina Lindholm.

Dance Info Finland est une petite organisation spécialisée et l'un des huit centres d'information artistique en Finlande. Elle s'efforce de promouvoir l'art de la danse finlandaise en favorisant son exportation, en organisant des événements, en trouvant de nouvelles opportunités de travail pour les danseurs finlandais, en recueillant des statistiques sur la danse en Finlande et en communiquant dessus en Finlande et à l'étranger.

Projet de renforcement des capacités

Le projet Digital Leap vise à développer les compétences, les approches et les capacités des professionnels de la danse et du cirque concernant l'utilisation des outils numériques et virtuels dans leur travail. Le projet compte huit partenaires de sept pays différents : Finlande, France, Norvège, Espagne, République tchèque, Suède et Lituanie.

« Les partenaires sont des organismes qui œuvrent comme nous à la promotion de la danse, à son internationalisation ainsi qu'à d'autres missions similaires dans leur pays respectif. Nos objectifs d'apprentissage sont similaires », déclare Katarina Lindholm avec enthousiasme.

Le projet consiste en quatre sessions de formation sur le marketing de contenu numérique, la diffusion de spectacles en ligne et en direct, le partage de contenu et le contact avec le public. Katarina Lindholm explique que ce projet de renforcement des capacités crée également des opportunités de réseautage international et d'apprentissage par les pairs.

« Il est important d'apprendre ces choses ensemble : entre artistes et avec des experts et des facilitateurs », souligne-t-elle.

Les sessions de formation auront lieu à l'occasion de festivals d'art organisés dans les pays partenaires, permettant ainsi aux participants d'être en contact direct avec le public cible et de montrer ce qu'ils ont appris. Comme l'explique Katarina Lindholm, l'idée est de planifier et de créer des supports pédagogiques à partir des sessions de formation et de les diffuser à l'échelle nationale et internationale.

« Nous aimerions voir une amélioration générale des niveaux de compétence. Il est dans notre intérêt commun d'aider les arts du spectacle à se faire une place dans le vaste monde du contenu numérique. »

Tanssin tiedotuskeskusLes participants au projet se familiariseront avec la planification et la réalisation de contenus destinés à être diffusés sous forme numérique. 

La numérisation, entre défi et opportunité

Si le projet se concentre sur l'utilisation d'outils et d'instructions, il s'efforcera également de faire mieux comprendre aux participants les possibilités qu'offre la numérisation pour les arts vivants. Katarina Lindholm considère la numérisation à la fois comme une opportunité et un défi : la danse et le cirque, en tant qu'arts du spectacle, sont fondés sur la proximité physique et la rencontre entre les interprètes et le public. Ce projet est donc une sorte d'exercice d'équilibre.

« On ne peut pas tout mettre en ligne ni tout convertir au format numérique », explique Katarina Lindholm.

Pour elle, le projet sera utile à bien des égards. Grâce à la numérisation, il est possible d'atteindre un public plus large et de disposer de moyens supplémentaires pour se démarquer et être plus compétitif sur le marché de l'art. Le projet a suscité un grand intérêt en Finlande, et il émerge d'un besoin réel qui s'est manifesté pendant la pandémie. Il offre également une grande expérience d'apprentissage pour les organisations participantes.

« Ce projet ouvre la voie à des pratiques plus écologiques », ajoute Katarina Lindholm.

Même si les organisations partenaires sont en concurrence les unes avec les autres du point de vue de la communication marketing, elles ont toutes un objectif commun : développer les capacités numériques des artistes, des auteurs et des producteurs. Il n'est pas question de se faire concurrence ou de protéger ses contacts et ses ressources, mais plutôt de se développer ensemble et de partager les expériences et les enseignements tirés.

« Cette démarche va dans le sens d'une culture opérationnelle de partage, que le projet encouragera davantage, je l'espère. Il nous aidera à mettre en place un environnement opérationnel plus durable de manière générale. »

Selon Katarina Lindholm, tous les défis auxquels le projet est confronté peuvent encore être surmontés. Si les restrictions liées à la pandémie suscitent une certaine incertitude, elle est convaincue que tous les problèmes peuvent être résolus.

Nouveaux horizons

Pour Katarina Lindholm, la danse et la culture sont extrêmement importantes.

« La pandémie a mis en évidence le besoin de la population de vivre des expériences artistiques. »

Malgré la pandémie, Katarina Lindholm a continué à regarder quelques spectacles depuis chez elle, en streaming ou en format enregistré. Même s’il manque cette précieuse proximité entre les artistes et le public, elle encourage les gens à apprécier aussi l'art à distance, car les artistes d'aujourd'hui savent produire des contenus d'une qualité exceptionnelle.

« Une performance de qualité ne manquera pas de transmettre des émotions et de l’intensité. Il suffit de se concentrer. »

Selon Katarina Lindholm, de nouveaux horizons se dessinent aujourd'hui pour les arts du spectacle, notamment dans le contexte international. La numérisation peut faire évoluer une forme d'art et être une source d'inspiration, par exemple pour mettre en œuvre de nouvelles formes de performances hybrides.

« Pour que chacun d'entre nous prenne un peu mieux conscience des possibilités existantes et de la manière dont elles peuvent être utilisées, une familiarisation et un apprentissage fondé sur l'exploration seront nécessaires. »

 

[Article paru dans la cadre de la semaine thématique européenne EPALE / art, créativité et culture. Consultez le sommaire de ce focus et découvrez des témoignages issus de Hongrie, Allemagne, Autriche, Belgique et Finlande].

Login (8)

Vous souhaitez du contenu dans une autre langue?

Ce document est également disponible dans d'autres langues. Sélectionnez-en une ci-dessous.
Switch Language

Want to write a blog post ?

Don't hesitate to do so! Click the link below and start posting a new article!

Dernières discussions

Discussion EPALE : les compétences numériques comme moyen d'accéder aux opportunités de formation tout au long de la vie

Dans le cadre de notre focus sur les compétences numériques comme moyen d'accéder aux opportunités de formation, EPALE organise une discussion en ligne le 27 mai 2020.

Plus