chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Enseignement fondamental et formation préparatoire

18/07/2019
by Emil Thirup-Sorknæs
Langue: FR
Document available also in: DA EN

[Traduction (anglais-français) : EPALE France]

Un nouvel objectif de politique éducative au Danemark

Un accord permettant de mettre en œuvre un nouveau programme d’enseignement préparatoire au Danemark a été conclu en octobre 2017. Il acceptera ses premiers étudiants le 1er août 2019. Dans le cadre de la mise en place du FGU (enseignement fondamental et formation préparatoire), il a également été décidé de confier aux 98 municipalités le soin de préparer les jeunes au deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou à l’emploi. Les communes assument ainsi la responsabilité de tous les jeunes de moins de 25 ans jusqu’à la fin du cycle d’enseignement secondaire et/ou jusqu’à ce qu’ils aient obtenu un poste stable sur le marché du travail. Cette initiative municipale coordonne donc les missions d’éducation et d’emploi ainsi que les initiatives sociales afin de soutenir les jeunes.

Dans une perspective plus large de politique éducative, l’objectif du FGU est de faire en sorte que, au Danemark, tous les jeunes soient en capacité de terminer le deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou de trouver un emploi stable avant l’âge de 25 ans. Les objectifs spécifiques de cette politique sont les suivants :

  • En 2030, au moins 90 % des jeunes de 25 ans auront terminé un deuxième cycle de l’enseignement secondaire.
  • En 2030, le taux des jeunes de moins de 25 ans qui n’auront pas terminé de deuxième cycle de l’enseignement secondaire ou qui ne seront pas entrés sur le marché du travail aura été divisé par deux.
  • L’initiative municipale en faveur des jeunes peut utiliser le FGU pour atteindre ces objectifs.

Elle doit également travailler en étroite collaboration avec les instituts associés au processus. Cette collaboration s’articulera autour de l’élaboration des programmes d’éducation et de formation qui seront développés par l’initiative municipale en faveur de la jeunesse et décriront les objectifs spécifiquement visés pour chaque jeune concerné. Par exemple, si l’étudiant veut suivre une formation professionnelle en menuiserie, ses objectifs pourraient être d’améliorer ses compétences en communication et sa capacité à travailler avec les autres. Tous les jeunes de moins de 25 ans n’ayant pas suivi ou reçu un programme d’éducation et de formation ont le droit d’en faire la demande.

Le FGU est un objectif global pour l’ensemble du groupe cible

L’enseignement fondamental et la formation préparatoire conviennent à des jeunes ayant des compétences, des aptitudes, des désirs et des besoins très différents. La seule chose que tous les étudiants de FGU ont en commun est qu’ils ont tous besoin d’une nouvelle voie d’accès à l’enseignement secondaire de deuxième cycle, à la formation professionnelle ou à l’emploi. Certains peuvent avoir besoin d’améliorer leur niveau de qualification scolaire afin de satisfaire aux conditions d’accès au deuxième cycle de l’enseignement secondaire. D’autres peuvent avoir besoin de se développer personnellement ou socialement.

Les jeunes doivent généralement être âgés de moins de 25 ans pour faire partie du groupe cible du FGU. De plus, les jeunes ayant déjà terminé un cycle d’études secondaires ou ayant un lien stable et durable avec le marché du travail ne sont pas éligibles. 

Que ce soit pour des raisons personnelles, sociales ou scolaires, les personnes faisant partie du groupe cible du programme ont en commun de ne pas avoir été en mesure de poursuivre leurs études ou d’accéder à un emploi. En effet, de mauvaises expériences avec le système scolaire ou d’autres revers peuvent les avoir empêchés d’accéder à des études secondaires ou de trouver un emploi. De nombreuses personnes composant le groupe cible pourront avoir des doutes sur ce qu’elles peuvent entreprendre et sur les possibilités qui s’offrent à elles. Beaucoup manqueront même de motivation quant à leur avenir.

En outre, les étudiants du groupe cible du FGU ont souvent des besoins particuliers en matière de soutien, le public concerné comprenant des élèves souffrant de dyslexie, de toxicomanie, de problèmes de santé mentale et d’autres difficultés personnelles et sociales, des défis qui les rendent d’autant plus susceptibles de ne pas avoir été en mesure de terminer le lycée.

Après avoir évalué qu’un jeune pouvait être intégré au groupe cible du FGU, l’initiative municipale en faveur de la jeunesse devrait soumettre un programme d’enseignement et de formation à l’institut concerné. Ce dernier travaillera ensuite avec le jeune pour mettre en œuvre le plan défini. Ce programme d’étude décrit, entre autres, la filière, les matières générales et professionnelles ainsi que le niveau initial de l’élève.

Structure du programme

Le FGU est structuré de manière à accorder suffisamment de place aux différentes compétences individuelles ainsi qu’aux besoins des apprenants. L’approche pédagogique est variée et divisée en trois filières :

  • l’enseignement général fondamental (AGU) ;
  • la formation préparatoire au milieu professionnel (PGU) ;
  • la formation professionnelle fondamentale (EGU).

L’AGU propose un enseignement orienté vers la pratique dans des matières générales et prépare les apprenants à suivre une formation professionnelle ou un deuxième cycle de l’enseignement secondaire, comme un programme de préparation aux examens de l’enseignement supérieur (HF) en deux ans. Il s’agit d’un enseignement orienté vers la pratique dans des matières générales visant à rendre les concepts abstraits et théoriques plus tangibles et pertinents dans la vie réelle. Cela implique généralement de se concentrer sur des projets ou des sujets qui permettent aux étudiants de travailler de manière à lier la théorie et la pratique. Les matières générales proposées incluent les mathématiques, le danois et l’anglais (voir tableau).

Le contenu académique de la PGU s’articule autour de thématiques professionnelles abordées en ateliers et vise à préparer les étudiants à suivre, par la suite, une formation professionnelle. L’enseignement délivré par la PGU consiste en 2/3 de production et 1/3 de théorie. Cela signifie que les élèves de cette filière choisissent une matière professionnelle et suivent également un enseignement dans des matières générales, comme le danois et les mathématiques par exemple.

L’EGU s’adresse aux jeunes qui souhaitent effectuer un stage et acquérir une expérience ainsi que des compétences concrètes qui les prépareront à entrer sur le marché du travail ou à suivre une formation professionnelle. L’EGU est un stage conventionné alternant les heures d’enseignement et le travail dans une entreprise locale. C’est l’initiative municipale en faveur de la jeunesse qui se charge d’organiser le stage pour l’étudiant. En parallèle, les élèves de cette filière suivent un enseignement dans une matière professionnelle et dans des matières générales en rapport avec leur domaine de stage. L’enseignement délivré par l’EGU consiste en 2/3 de pratique et 1/3 de théorie.

La pratique et les stages sont donc au centre des préoccupations de la FGU, et tous les étudiants ont quotidiennement l’occasion de se consacrer à des expériences variées au sein de leur établissement.

Pour la plupart d’entre eux, ces filières débuteront par un cours préparatoire leur permettant de se familiariser avec le parcours d’enseignement et de formation qu’ils suivront par la suite. Certains commenceront par un cours de découverte tandis que d’autres se lanceront directement dans l’une des trois filières : AGU, PGU ou EGU.

Le cursus de chaque étudiant peut être organisé autour de 12 matières professionnelles différentes et de 9 matières générales qui sont toutes proposées à des niveaux différents. Les matières professionnelles et générales sont les suivantes :

Matières générales

Matières professionnelles

Commerce et service à la clientèle

Danois

Tourisme, culture et loisirs

Danois langue seconde

Production musicale et artistique

Anglais

Alimentation et nutrition

Identité et citoyenneté

Environnement et recyclage

Mathématiques

Agriculture, économie forestière et pêche

Science

Bâtiment, logement et construction

Sciences sociales

Médias et communication

PASE (finances personnelles, lieu de travail, études sociales et commerciales)

Moteurs et mécanique

TIC

Service et transport

 

Industrie (plastique, métal, etc.)

 

 

Les différents niveaux proposés dans le cadre du FGU donnent aux étudiants la possibilité de passer des examens dans les matières pertinentes à des niveaux équivalents à ceux de la 9e et de la 10e année (dernières années de l’enseignement primaire et secondaire inférieur) ainsi qu’aux échelons supérieurs. Quelle que soit la filière choisie, les apprenants peuvent passer des tests de niveau G, D ou E dans des matières générales. Ils sont évalués sur une échelle de sept points. Dans le cadre de la PGU et de l’EGU, les étudiants peuvent passer des tests de niveau 3 (selon l’échelle du FGU) dans des matières professionnelles [1].

Lorsqu’un apprenant termine un cours, d’une durée minimum de 12 semaines, il reçoit un certificat de compétence détaillant les compétences scolaires, sociales et personnelles qu’il a acquises.

Cours de découverte du FGU

Si un jeune est identifié comme pouvant intégrer un FGU, mais qu’il ne sait pas quelle filière choisir, la municipalité peut lui proposer de suivre un cours de découverte. Ces derniers peuvent être utilisés pour confirmer les évaluations de la municipalité ayant jugé que le FGU était adapté à sa situation. Un cours de découverte peut durer jusqu’à deux semaines.

L’association de différents cours peut ouvrir la voie vers d’autres programmes éducatifs

Il est possible de combiner des études dans le cadre du FGU avec des cours de l’enseignement secondaire supérieur, des programmes de formation en milieu de travail et, surtout, des programmes de formation professionnelle. Cela peut se faire par le biais de ce que l’on appelle des cours combinés, grâce auxquels les étudiants peuvent suivre un enseignement dans une école professionnelle ou une école secondaire dans le cadre de leur programme FGU. Ce type de cours permet aux étudiants de se familiariser avec l’enseignement secondaire de deuxième cycle et avec les exigences imposées aux élèves à ce niveau d’étude.

L’éducation et la communauté font partie de la vie quotidienne

Le FGU est conçu pour dispenser un enseignement dans un environnement jeune. Les instituts fournissent un cadre social attractif proposant des excursions, des activités sportives et d’autres événements. Ils contribuent également au développement d’un climat socialisant grâce à leurs cantines et programmes alimentaires, qui permettent de préparer les repas dans les cuisines de l’école. Les établissements s’engagent aussi à promouvoir la santé et une alimentation équilibrée en offrant un ou plusieurs repas par jour et en initiant les élèves aux bonnes habitudes en matière d’exercice physique et de routine quotidienne.

Des programmes d’une durée variable

L’initiative municipale pour la jeunesse déterminera la durée du programme pour chaque participant. Cette décision sera fondée sur une évaluation des compétences et aptitudes scolaires, sociales et personnelles de l’adolescent. L’initiative municipale pour la jeunesse établira des objectifs en collaboration avec chaque jeune afin de déterminer la façon dont il peut développer ses compétences dans le cadre du FGU ainsi que le délai qui devrait être nécessaire pour y parvenir. Les programmes du FGU peuvent durer jusqu’à deux ans. Les élèves ont la possibilité de modifier leur parcours si leurs objectifs en matière d’éducation ou d’emploi changent en cours de route. De tels changements peuvent toutefois nécessiter l’approbation de l’initiative municipale pour la jeunesse.

Organisation des instituts de FGU

Au total, le Danemark compte 27 FGU. En moyenne, chacun d’entre eux gère plus de trois écoles réparties dans les 98 municipalités du pays, certains pouvant se charger de quatre ou cinq écoles, alors que d’autres n’en gèrent qu’une. Il incombe à chaque institut de FGU de répartir les étudiants éligibles par la municipalité entre les différentes écoles de leur zone de couverture. Il relève aussi de leurs attributions de recruter des enseignants, gestionnaires et conseillers d’orientation capables de créer une culture ouverte et sûre pour les jeunes, de construire des liens avec les participants, de varier l’offre éducative et d’assurer la cohésion entre la communauté et les individus. Les instituts de FGU sont autonomes et reçoivent des fonds de l’État.

Un nouveau métier

Avec la création du FGU, le secteur de l’enseignement préparatoire peut profiter d’instituts de formation indépendants pouvant contribuer à renforcer la professionnalisation au sein du groupe cible. Au Danemark, le secteur de l’enseignement et de la formation préparatoires est très diversifié, ce qui se reflète également dans le fait qu’aucune profession unique ou unificatrice n’est liée à ce secteur. L’éducation fondamentale préparatoire doit élaborer des normes professionnelles communes centrées sur les efforts pédagogiques et didactiques qui, dans une plus large mesure qu’auparavant, devraient être développées dans toutes les disciplines et utilisés pour créer une base de connaissances sur les méthodes les plus efficaces pour encourager la motivation et la clarté, pour soutenir l’apprentissage et aider les jeunes à progresser dans leur formation et leur carrière.

 


[1]Les trois niveaux G, E et D ainsi que les niveaux 1, 2 et 3 du FGU correspondent au cadre des certifications pour l’apprentissage tout au long de la vie.

https://eacea.ec.europa.eu/sites/eacea-site/files/logosbeneficaireserasmusleft_da.jpg

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn