chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Le patrimoine peut-il créer de l’innovation sociale ?

09/05/2018
par Camille POIRAUD
Langue: FR

/fr/file/dsc00138jpgdsc00138.jpg

Le 26 avril dernier, se tenait la 7e rencontre thématique EPALE : « Action culturelle, quelles démarches pédagogiques pour l’éducation des adultes ? ». L’après-midi, les participants ont expérimenté 4 projets, sélectionnés pour leur approche innovante de l’éducation des adultes par la culture.

Parmi eux, figurait le projet financé par le Erasmus+ "Heritage interpretation, inhabitants involvement & innovative practices (H4IP)".  Il est porté par un consortium intersectoriel de 11 partenaires, et coordonné par l’Abbaye aux Dames (Saintes). Les autres partenaires sont d’autres sites patrimoniaux (abbaye de Trizay, Fontevraud, Saint Jean d'Angely et Noirlac) ; une structure d’accompagnement social (Centre social Belle Rive), des offices de tourisme (MONA, offices de tourisme de Saintes et de Saint Jean d'Angely), ainsi qu’une collectivité locale (Ville de Saintes).

Il s’agit d’un projet de mobilité (action-clé 1), s’inscrivant dans la continuité d’un précédent projet engagé de juin 2015 à juin 2017. Son objectif est de former les personnels du consortium à des méthodes d'interprétation innovantes du patrimoine culturel, grâce à 5 formations et 5 stages d'observation dans 7 pays européens (Allemagne, Royaume-Uni, Belgique, Grèce, Espagne, Autriche et Italie).

Vincent Soccodatto, chargé de projets européens à l’Abbaye aux Dames et Philippe Laugrand, guide médiateur patrimoine à l’Office tourisme de Saintonge dorée, ont animé l’Explorcamp. Les participants étaient leurs « cobayes » pour l’expérimentation d’une nouvelle technique de médiation du patrimoine !

 

Quelques clés pour une approche du patrimoine renouvelée :

Pour développer la connaissance et l’appropriation du patrimoine culturel européen, le consortium H4IP souligne les points suivants :

  • Accorder une place plus importante à l’individu
  • Saisir les nouvelles opportunités offertes par la numérisation et l’accessibilité en ligne afin d’éveiller l’intérêt du public et d’en tirer des sources de recettes nouvelles
  • Organiser un dialogue intelligent entre les différents points de vue en faisant la part belle aux destins individuels et à la petite histoire, en replaçant le vécu de membres d’une communauté dans un contexte d’interprétation d’événements historiques plus larges
  • Faire interagir le public adulte avec les collections en le plaçant au cœur des activités

/fr/file/20180426153830jpg20180426_153830.jpg

Un exemple de médiation : un « taboo » architectural

/fr/file/details-clocher-par-sebastien-lavaljpgdetails-clocher-par-sebastien-laval.jpg

Les participant de l’explorcamp ont expérimenté un dispositif de médiation original, appris d’autres structures européennes dans le cadre des mobilités Erasmus+. Tout d’abord, ils se sont disposés en arc de cercle, avec de chaque côté de la salle 1 écran. Ensuite, les animateurs ont demandé à deux d’entre-eux de s’assoir dos à dos au milieu de la pièce, faisant chacun face à un écran (sans pouvoir voir celui de l’autre « joueur »).

Vincent Soccodatto et Philippe Laugrand ont alors projeté une photo sur l’un des écrans. Il s’agissait d’un détail architectural de l’Abbaye aux Dames et de mots faisant explicitement référence à cette image. La personne faisant face à cet écran devait le faire deviner à l’autre joueur, sans utiliser les mots associés - à la manière du jeu de société « taboo ».  Enfin, Philippe Laugrand a donné quelques précisions historiques ou culturelles concernant la photo projetée.

Dans un second temps, les rôles étaient inversés. D’autres participants étaient invité à tester le dispositif.

Celui-ci a bien fonctionné : les joueurs ont su trouver les mots pour décrire les détails des chapiteaux ou autres éléments de l’Abbaye, sans forcément avoir recours à des références architecturales, religieuses, culturelles. L’objectif de l’atelier étaient de faire prendre conscience de la richesse artistique et culturelle du site, et de son appropriation possible par tout individu, quelque soit sa connaissance du patrimoine.

/fr/file/details-clocher-par-sebastien-laval1jpgdetails-clocher-par-sebastien-laval_1.jpg

 

L’enjeu du langage dans l’appropriation du patrimoine

L’atelier a suscité de nombreuses réactions de la part des participants. Le langage apparaît nécessaire pour construire de nouveaux récits, redécouvrir son lieu de vie… D’autres initiatives ont été citées, comme les « Greeters » (visite de la ville ou de quartiers par ses habitants) ; l’Alternative urbaine (même principe mais avec une dimension d’insertion sociale)…

Le projet H4IP prévoit la mise en place de visites de Saintes élaborées et guidées par des personnes fréquentant le centre social Belle Rive (l’un des membres du consortium).

In fine, l’enjeu est bien de montrer que le patrimoine est une ressource très précieuse pour la compréhension du monde, l’inspiration artistique, la cohésion sociale, mais aussi la croissance économique et l’emploi.

 

Crédit photos 3 et 4 : Sébastien Laval

Sites internet : http://www.abbayeauxdames.org ou https://www.saintongedoree-tourisme.com

Contact : Vincent Soccodatto (via EPALE)

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn