chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Méthodes d’apprentissage pour faire de la confiture : formelles ou non, telle n’est pas la question

24/07/2019
by Halliki Põlda
Langue: FR
Document available also in: ET EN

[Traduction (anglais-français) : EPALE France]

 

/fr/file/img0739jpg-0img_0739.jpg

Photo: Halliki Põlda

Méthodes d’apprentissage pour faire de la confiture : formelles ou non, telle n’est pas la question

Dans le domaine de l’éducation des adultes, l’été, c’est l’époque des bilans, de la fin des cours et des sessions de formation. Mais c’est aussi le moment d’élaborer de nouveaux projets, de préparer les emplois du temps, les programmes éducatifs, les parcours et de penser aux méthodes pédagogiques. C’est une étape cruciale pour la réussite éducative, quel que soit le mode d’enseignement considéré, mais cette phase est aussi étroitement liée à la question du type de programme à mettre en place : doit-il être formel ou non? Enfin, et tout aussi important, l’été est aussi le temps du repos, des activités sportives, des bains de soleil, du jardinage... ou de la réalisation de confitures.

L’idée de cet article a germé de la nécessité pratique d’expliquer le sens et le concept de l’apprentissage formel et non formel. En tant que linguiste et conférencière sur l’apprentissage tout au long de la vie, cela fait partie de mes attributions, mais je n’ai commencé à écrire cet article qu’au début de l’été, quand je me suis mise à la confection de mes confitures d’abricot, une tâche qui se révèle assez compliquée. J’utilise le mot «compliquée», car je n’ai aucune formation formelle dans ce domaine (je ne suis pas une cuisinière diplômée), mais je dispose toutefois des compétences qui me permettent de faire des confitures. Je les ai apprises de ma grand-mère, de manière non formelle, et je me suis accidentellement (de manière informelle) mise à faire de la confiture d’abricot. La métaphore de la confiture est très courante pour expliquer les différences entre l’apprentissage formel, non formel et informel; je l’ai entendue dans des contextes différents. Mais que signifient ces concepts?

Le dictionnaire pédagogique définit l’éducation formelle (ou plutôt son synonyme «éducation scolaire») comme étant acquise dans l’enseignement général, professionnel et supérieur, et l’apprentissage formel, comme un apprentissage institutionnel structuré et conforme à des normes spécifiques. Le savoir conventionnel représente quant à lui l’étude de tout système formalisé et hiérarchiquement structuré, reconnu et accepté par la société (une cuisinière diplômée, vous vous souvenez?).

La signification de l’apprentissage non formel est beaucoup plus complexe. Un article (Construing the Meaning of Non-Formal Learning in Political Document) publié ce printemps par Katrin Karu, chercheuse et praticienne de l’éducation des adultes, en collaboration avec ses collègues, explique que ce terme est utilisé de manière systématique et incohérente et qu’il est surtout construit en contradiction avec «l’éducation formelle». Le dictionnaire pédagogique définit également l’apprentissage non formel par l’opposition, comme «un apprentissage volontaire dans différents environnements en dehors de l’école, en vue du développement personnel». L’usage du terme «non scolaire» (ou «éducation libre») proposé par les terminologues n’est pas très répandu dans le monde de l’éducation, car le sens du mot «libre» s’étend bien au-delà de «l’apprentissage non formel». Cette manière d’opposer apprentissage non formel et éducation formelle semble prévaloir dans le langage quotidien, mais la réalité se montre souvent différente. En effet, l’apprentissage non formel n’a pas toujours lieu en dehors du système scolaire, bien au contraire. Par exemple, à l’Université de Tallinn et de Tartu, dans le domaine de l’éducation des adultes, les méthodes d’apprentissage non formel sont largement acceptées et utilisées de manière positive à l’intérieur même du système. Il est toutefois important que ce type d’apprentissage soit ciblé, qu’il ait lieu dans ou en dehors du système scolaire. Si nous revenons à notre métaphore de la confiture, nous devrions admettre que les sages paroles de notre grand-mère pourraient être utiles à tout cuisinier qualifié. Cela signifie aussi que n’importe quelle grand-mère peut être invitée à se rendre dans une école professionnelle pour montrer comment faire de la confiture, de manière totalement non formelle, mais bien à l’intérieur d’un système formel qui accepte cette pratique.

Si le lecteur se pose maintenant la question de savoir quel pourrait être le contenu de l’apprentissage informel et comment le définir, je dois admettre que c’est encore plus compliqué. Sur le plan linguistique, il s’agit d’un synonyme de «l’apprentissage non formel» (les préfixes «in-» et «non-» signifient la même chose). L’expression «apprentissage occasionnel» proposée par le dictionnaire pédagogique est particulièrement parlante, mais elle n’a jamais été très utilisée dans la pratique. L’apprentissage non formel diffère de l’apprentissage informel, ce dernier ne fixant pas d’objectifs clairs et se déroulant dans des situations quotidiennes, de manière fortuite. Cette imprévisibilité, en tant que facteur influençant l’apprentissage, est parfois appelé chance dans certaines théories de l’apprentissage et du développement (p. ex. dans la théorie de François Gagné). L’apprentissage au hasard, ne serait-il pas un joli synonyme? De cette manière, formels ou non, l’apprentissage et la confection de confitures seraient tous deux un succès; quand c’est bien et que ça a bon goût, rien d’autre n’a d’importance!

---
Halliki Põlda est maître de conférences en apprentissage tout au long de la vie et apprentissage non formel à l’Université de Tallinn

P.S. Cet article est conçu comme un bref intermède estival, mais j’espère aussi qu’il suscitera la réflexion et le débat sur le contenu de l’apprentissage formel, non formel et informel ainsi que sur la signification de ces concepts.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 1 sur 1
  • Portrait de Merle KOIK
    Olen samuti kokku puutunud segadusega õppevormide erinevuse selgitamisel ja edaspidi saan viidata sellele artiklile, kus lihtsa moosikeetmise näite varal on erinevate õppevormide mõistete tähendus hästi lahti seletatud. Ja "õnneõpe" on tõesti tore sünonüüm, pealegi kõlab see eesti keeles palju suupärasemalt kui "informaalne õpe"! Võtame kasutusele :)!