chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

[Interview] Dans notre ère numérique marquée par l'insécurité, la cybersécurité apparaît comme la compétence la plus importante à avoir

09/12/2019
par Viktorija Triuskaite
Langue: FR
Document available also in: EN

[Traduction (anglais-français) : EPALE France]

Dès l'âge de cinq ans, Andreas Gavrielides s'est intéressé aux ordinateurs. Rien ne le rendait plus heureux que de passer des heures à démonter et remonter des appareils électroniques. Poursuivant sa passion pour la simulation numérique et le tutorat, il a obtenu un doctorat en science des matériaux et fait désormais partie de l’équipe des formateurs de l'Institut éducatif DOREA - une organisation à but non lucratif qui offre des cours de développement professionnel de haute qualité au personnel des établissement d’enseignement supérieur, des écoles, et des Centres d’éducation des adultes à travers l'Europe.

M. Gavrielides intervient comme formateur dans le cadre du cours de formation à la mobilité du personnel Erasmus+ KA1 « Education à la cybersécurité pour la sécurité en ligne », qui figure au programme des séances prévues à Limassol, à Chypre. Nous avons discuté avec lui du dernier cours qui s'est tenu en juin et de la cybersécurité en général.

Qu'est-ce que la cybersécurité ?

La cybersécurité est un ensemble de moyens et de connaissances que vous possédez pour vous protéger contre de nombreuses menaces qui visent votre identité, vos informations personnelles et récupèrent tout ce qui vous semble précieux. Par exemple, les informations bancaires, les documents de données, les fichiers...

En quoi consiste la formation « Éducation à la cybersécurité pour la sécurité en ligne » ?

Dans ce cours, nous découvrons comment quelqu'un peut nous piéger et voler nos informations, comment nous protéger contre les menaces et les vulnérabilités, pour ensuite transmettre ces connaissances à d'autres. Toute personne devrait savoir comment elle peut être piratée et à quel point les connexions peuvent être insécurisées. Par exemple, lorsque vous êtes connecté sur le Wi-fi public, n'accédez jamais à votre compte bancaire, ne permettez jamais l'exécution d'applications et d'e-mails non autorisés, utilisez le VPN (Virtual Private Network) et installez un logiciel anti-virus. Ce cours aborde également le sujet du cyberharcèlement, ses différences avec le harcèlement traditionnel [CC1] et comment le combattre et le limiter, voire l'éradiquer.

Dans le monde numérique d'aujourd'hui, dans quelle mesure est-il important de savoir comment se protéger sur Internet ?

Je dirais que la cybersécurité est l'une des compétences en Internet les plus essentielles à avoir, au même titre que savoir ouvrir un fichier Word. Nous ne pouvons pas nous permettre d'être enfermés dans cette bulle où nous pensons qu'Internet est sûr et que rien ne pourra nous nuire. Nous n'avons plus ce privilège. Nous vivons à une époque marquée par l’insécurité où tout peut être piraté, même une voiture. La cybersécurité a également des racines sociales. Elle inculque un certain savoir-vivre en ligne, comment se comporter sur Internet, et je pense qu’on devrait l’apprendre dès l’école primaire.

Quels sont les principaux risques auxquels les entreprises sont confrontées sur Internet ?

Il existe toute une panoplie d'attaques coordonnées, comme l'attaque des salaires, des dossiers médicaux des patients ou des dossiers financiers. En fait, tout document qui peut être utilisé pour exposer une entreprise financièrement et pour exposer les employés de l'entreprise est susceptible d’être piraté. L'extorsion est également une très grande menace. Les sociétés de Forex, elles, sont confrontées à une autre forme de menace : la fuite de tout le répertoire de ses salariés, l'accès aux bases de données qui contiennent toutes les transactions réalisées. Les entreprises ont tout intérêt à utiliser des solutions de pointe pour protéger leurs informations les plus précieuses en engageant des équipes d'experts pour les renforcer et effectuer tous les six mois ou moins « un test d’intrusion ». Ce test consiste à attaquer votre réseau et fournit ensuite un rapport indiquant vos points vulnérables et ce que vous devez renforcer. Un test coûte environ 1 000 à 95 000 euros.

Et nous, personnes lambda, à quel point sommes-nous exposées au danger ?

Nous ne courons pas le même danger que Microsoft ou ses employés, mais nous sommes toujours menacés. Par exemple, nos informations sur les réseaux sociaux, nos données personnelles ou comme je les appelle nos « cadavres dans le placard », les renseignements relatifs aux cartes de crédit, les comptes e-mail, etc. Ce sont là certaines des informations qui peuvent être précieuses pour les pirates informatiques. C'est pourquoi, si vous ne voulez pas compromettre votre vie privée, vous devez vous protéger et dresser une série d'« obstacles » qui peuvent décourager ceux qui veulent accéder à vos informations sensibles. Pour protéger gratuitement vos données les plus sensibles, il est fortement recommandé de les sauvegarder et de les mettre sur le cloud. Afin de se protéger efficacement, les méthodes doivent bien sûr être combinées, ce qui est l'un des principaux objectifs du cours.

Comment protéger notre identité numérique ?

Changez vos paramètres par défaut sur les réseaux sociaux, n'utilisez pas de mots de passe simples comme « 12345 », ne partagez pas tout en ligne ou si vous le faites, tâchez de toujours savoir qui a accès à ces informations. Utilisez des gestionnaires de mots de passe - des logiciels de gestion de mots de passe, mettez des alertes qui vous avertissent si quelqu'un accède à vos comptes, vérifiez si votre sécurité sur les réseaux sociaux est suffisamment solide et ne partagez jamais vos mots de passe sur une plateforme qui peut être piratée. « Mieux vaut prévenir que guérir », voilà le principe de la cybersécurité. Ne laissez pas les pirates informatiques accéder à vos données pour ensuite les bloquer. Bloquez-les de sorte qu'ils n'aient aucune chance d'y avoir accès.

Le facteur humain est l'une des plus grandes faiblesses de la cybersécurité. Comment essayer de la pallier ?

Avant tout par l'éducation. Et j'ajouterais, une éducation continue et sans cesse actualisée. Parce que, comme nous pouvons le constater, tous les deux mois de nouvelles technologies voient le jour. Soit pour vous protéger, soit pour vous détruire. L'éducation à la cybersécurité doit donc être continue et actualisée pour tenir compte des dernières menaces. Au même titre que vous mettez à jour votre logiciel antivirus, vous devez aussi mettre à jour vos connaissances en cybersécurité. Tout le monde devrait maîtriser la cybersécurité - enseignants, étudiants, employeurs (et pas seulement les employeurs du secteur informatique). Nous sommes tous concernés.

Qu'est-ce que l'Internet des Objets (IdO) et que devons-nous savoir à ce sujet ?

Pour faire simple, l'Internet des objets consiste à connecter n’importe quel appareil (à condition qu'il soit muni d'un interrupteur marche/arrêt) à Internet et aux autres appareils connectés. L'IdO est un immense réseau de personnes et d'objets connectés, qui recueillent et partagent des données sur la façon dont ils sont utilisés et sur l'environnement qui les entoure. Par exemple, les enceintes intelligentes à qui vous donnez des instructions et qui vous répondent en retour, les ampoules intelligentes, les lampes de bureau intelligentes, les cadenas Bluetooth, etc. Ils sont interactifs à bien des niveaux. L'IdO désigne tout appareil qui utilise une connexion sans fil pour faire beaucoup plus que simplement télécharger des informations. Ils sont utiles et peuvent nous faciliter la vie, mais nous ne devons pas compter entièrement sur eux. Plus vous avez de dispositifs technologiques chez vous, plus vous vous exposez à des invasions extérieures. Nous ne devons pas dépendre uniquement de la technologie, nous devons toujours nous protéger en conservant le sens traditionnel de la sécurité.

Comment la 5G nous affectera-t-elle ?

La 5G n'est pas encore disponible. Certes il existe peut-être déjà des téléphones portables 5G, mais l'infrastructure de la 5G est encore en développement. Cela dit, nous disposerons bientôt de ces réseaux. Les réseaux 5G présentent l’avantage d’être beaucoup plus rapides, que ce soit pour échanger des informations ou communiquer entre les appareils. Cette rapidité d’exécution ne se limite pas seulement à votre téléphone, mais s’applique aussi à la façon dont les différents appareils communiquent entre eux. Nous aurons différents réseaux qui permettront à beaucoup plus d'appareils de communiquer entre eux. Cela ouvre la voie à de grandes avancées, par exemple dans le domaine de l'automobile, avec les voitures sans chauffeur, des soins de santé, avec la télémédecine. Les appareils IdO seront plus répandus - mode de vie intelligent, cuisine intelligente, etc. Mais les avantages, bien sûr, s'accompagnent de menaces accrues. Par exemple, avec un réseau 5G, on pourrait avoir accès à tout un réseau de voitures dans une ville. Cela pose également des problèmes dans le domaine de la santé : on pourrait avoir accès à des dispositifs médicaux et, d'un simple clic, tuer des gens. Mais rassurez-vous, nous avons encore le temps de sécuriser les réseaux 5G, ce qui préoccupe de nombreuses entreprises technologiques et des équipes individuelles.

Quand on compare avec nos parents ou nos grands-parents, qu'a-t-on perdu en termes de vie privée ?

D'une manière générale, il nous est désormais possible d’être tous connectés les uns aux autres et avec tout ce qui nous entoure. Grâce à Facebook, vous pouvez retrouver les personnes avec lesquelles vous avez perdu contact ou celles qui vivent très loin. Mais nous constatons que les gens passent maintenant plus de temps sur leur téléphone que dans la vie réelle. Nous partageons aussi beaucoup trop d’informations nous concernant. Cela peut aussi être néfaste et à l'origine de problèmes mentaux. Par exemple, les gens publient sur Instagram des photos qui montrent une « vie parfaite et idyllique », et qui sont le plus souvent fausses. Mais certaines personnes ne le savent pas et peuvent ressentir un certain mal-être face à ces photos, se considérant comme normales et sans intérêt. Le cyberharcèlement est né de l'hyperconnexion et représente une forme de harcèlement beaucoup plus dangereuse que le harcèlement traditionnel, car bien souvent il n’a pas de visage et peut détruire la vie d'une personne. Les normes sociales sont devenues très dures, c'est pourquoi nous devons avoir une éducation cyber-sociale. La protection de votre vie privée dépend de ce vous partagez sur Internet. Si vous publiez sans arrêt toutes vos photos et racontez tout ce que vous faites, votre vie privée n’existe plus et appartient désormais au Web. Pour conclure, vous n'avez pas besoin d'éteindre tous vos appareils sur le champ, mais utilisez-les intelligemment et partagez votre vie avec modération.

 


 [CC1]Il semble y avoir une erreur dans le texte source sinon la phrase n’est pas très cohérente (cf également le dernier paragraphe sur le cyberharcèlement qui là parle bel et bien du « harcèlement traditionnel » et non du « cyberharcèlement traditionnel ».

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 1 sur 1
  • Portrait de Liene Feodorova
    Es piekrītu, raksta autoram, ka jāsāk izglītot par kiberdrošību jau pamatskolā. Pamatojoties uz to , ka visvairāk internetu izmanto jaunieši vecuma posmā  no 10 līdz 25 gadiem. Īpaši jāakcentē jaunieši, kuri izmanto vecāku kredītkartes iegādājoties jebkādu pirkumu , kuru rezultātā vecākiem ir lieli zaudējumi. 
    Ņemot vērā ka lielākajos portālos ir iespējams daļu informācijas par sevi noslēpt no lielās interneta pasaules, tomēr vairākums nav izglītoti, ka ir šāda opcija. Manuprāt, nepieciešams intensīvāk runāt par interneta drošību gan ar jauniešiem, gan vecāka gājuma cilvēkiem.