chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Comment l’AFEST réinterroge et fait évoluer les concepts et méthodes de la formation ?

17/05/2019
par CARINE MARGERIE...
Langue: FR
Document available also in: EN DE

Lors de la rencontre thématique EPALE France « Apprendre et se former en situation de travail » du  6 mai 2019, Thierry ARDOUIN, professeur des universités en sciences de l’éducation et coordinateur thématique EPALE « Ingénierie et dispositifs de formation » a animé une table ronde autour de la question suivante :

« Comment l’AFEST réinterroge et fait évoluer les concepts et méthodes de la formation ? »

/fr/file/20190506105113bdjpg20190506_105113_bd.jpg

 

L’animation était conduite de manière à ce que chacun des quatre intervenants puissent s’exprimer sur cette question, à partir d’une image.

 

Solveig GRIMAULT, sociologue, s’est exprimée sur  une expérience d’accompagnement des demandeurs d’emplois créateurs d’entreprise.

Le dispositif Nouvel Accompagnement à la Création-Reprise d’Entreprise (NACRE), tourné vers les demandeurs d’emploi, s’étend sur une durée de trois ans. Une étude en 2013 a montré que ce dispositif sécurise les parcours de demandeurs d’emploi créateurs d’entreprise et favorise la viabilité de leurs entreprises.

/fr/file/img20190506111354jpgimg_20190506_111354.jpg

Les résultats de l’étude ont ensuite conduit vers la question des effets de l’environnement, du territoire et de ses ressources dans les processus d’accompagnement à la création d’entreprise, d’où la question de territoire apprenant développée par Solveig Grimault lors de la table ronde et dans un  article[1]. Une enquête auprès d’acteurs engagés dans le dispositif NACRE fait émerger l’importance d’une enquête terrain sur les ressources, conduisant à la constitution d’un réseau cohérent en lien direct avec le projet réel du créateur, et à la territorialisation de ce réseau, ce que ne permettrait pas une étude de marché trop théorique. Des parrains, qui ont déjà créé leur entreprise, guident les créateurs  vers une vision analytique et stratégique. Ce système  de parrainage accompagne le créateur dans le  développement de son affaire,  au-delà de la création de l’entreprise. Solveig Grimaud parle d’ «accompagnement habilitant » où l’ignorance des créateurs n’est pas un problème. Le regard actif du parrain conduit le créateur à se poser des questions, à ouvrir des perspectives,  à découvrir des ressources ignorées, à « augmenter son environnement », et garantir la pérennité de l’entreprise.

Ainsi ce dispositif permet au créateur d’entreprise d’être accompagné et d’apprendre à être chef d’entreprise suivant deux logiques : ajuster son projet au contexte local, et à la fois agir sur ce contexte pour  l’adapter au projet de création.

 

Alain MEIGNANT est expert Indépendant en Ressources humaines et apprentissage organisationnel. Construire une relation entre la formation et les situations de travail a toujours été un de ses axes de réflexion. Lors de la table ronde, il  nous ramène plus de 15 000  ans en arrière dans la grotte de Lascaux. La transmission des apprentissages, pour dessiner un auroch au paléolithique, l’amène à souligner avec humour que l’idée de se former, d’apprendre de quelqu’un qui sait déjà faire, n’est pas nouvelle.

/fr/file/img201905061201482jpg-2img_20190506_120148_2.jpg

Sur la question de l’AFEST , il choisit comme  illustration un article de presse intitulé « Réflexions sur la gestion des personnels » paru dans Sud Ouest le 21 septembre 1989. A cette époque,  Alain Meignant est responsable de formation dans un service de Direction des Ressources Humaines. La direction lui propose réfléchir et de mettre en œuvre un projet de formation différent, qui ne repose pas sur le présentiel mais plutôt sur l’expérientiel. Les apprenants pourraient ainsi faire plus de  reliance avec leur quotidien sur le terrain. Alain Meignant interroge alors une trentaine de cadres en Ressources Humaines sur comment ils ont appris ce qu’ils savent et sur ce qui fait le fondement de leur métier. Les réponses se sont réunies sur le fait qu’ils se reconnaissent compétents :

  • Parce ce qu’ils apportent des solutions aux problèmes et qu’ils sont efficaces dans leur activité
  • Parce qu’ils sont capables de tirer de leur activité des enseignements
  • Parce qu’ils sont capables de transmettre ces enseignements et de les expliquer

Alain Meignant élabore alors un dispositif à destination des Directeurs de Ressources Humaines, d’adjoints de DRH de sièges sociaux d’entreprises,  à partir de situations de terrain, avec un minimum de regroupements prévus et des travaux de groupe. Au travers de cette illustration, il montre ainsi que l’AFEST ne concerne pas seulement les emplois manuels mais aussi les emplois intellectuels des cadres d’entreprise.

 

Carmen CAVACO est Maître de conférence en sciences de l’éducation, et  porte un regard portugais sur l’AFEST  en s’appuyant sur des travaux de recherche qu’elle a conduits il y a une trentaine d’années sur la formation des adultes au Portugal. A partir de son expérience de chercheuse dans ce domaine,  elle a compris qu’une majorité des organismes employeurs pensaient transmission à partir du mot formation. Elle a cependant découvert des mécanismes intentionnels mais qui n’étaient pas valorisés dans les organisations en tant que formation. Elle s’appuie sur un exemple de formation spécifique mise en place afin de palier l’absence d’école professionnelle pour dispenser la formation nécessaire aux mineurs au Portugal. Un tunnel dédié à la formation dans une mine a été construit. Les responsables de la formation ont été attentifs aux processus d’apprentissages naturels liés à la fonction de mineur. Ils ont analysé les éléments fondamentaux à apprendre pour un mineur débutant et on mené une réflexion pour créer des situations de travail à partir desquelles les personnes pourraient apprendre. Le formateur est systématiquement un mineur expérimenté expliquant au débutant comment et pourquoi il fait ainsi. Le débutant est observateur et, en même temps, il entend qu’il y a des imprévus qui peuvent survenir et qu’il va falloir gérer.

/fr/file/img20190506123115jpgimg_20190506_123115.jpg

 

L’action est alors un espace d’apprentissage, le débutant fait pour apprendre, avec l’accompagnement de l’expert. Cette formalisation de l’apprentissage en situation de travail au Portugal a permis une diversification des méthodes, des outils et des stratégies de formation inspirées des situations réelles de travail , ce qui a valorisé les savoirs acquis à partir de l’expérience. Cela a également renforcé l’idée que la formation est autre chose que ce qui émane des apprentissages formels, la formation est contextualisée et donc plus efficace. Ce mode d’apprentissage a amené plus d’équité en termes d’accès à la formation des travailleurs et également un développement des capacités des travailleurs. En effet, il a été constaté au Portugal une régression des savoirs des mineurs en termes de lecture et d’écriture. L’apprentissage en situation de travail oblige la communication entre les mineurs, ce qui maintient voire développe les capacités relationnelles des mineurs.

 

Patrice LEGUY est directeur d’un Centre de Réadaptation Professionnel et de Formation (COS CRPF), et chercheur associé au Centre Interdisciplinaire de Recherche Normand en Education et Formation (CIRNEF), docteur en sciences de l’éducation et de la formation. Il a notamment conduit une recherche sur le lien entre formation et travail, à partir de l’expérience vécue et racontée par trois Meilleurs Ouvriers de France. Il est impliqué dans la question des organisations apprenantes  et de la place des professionnels dans les organisations apprenantes. En tant que directeur, la question des moyens qui permettent de déverrouiller le potentiel formatif des organisations est posée, et il constate un processus de modification des modes d’action des formateurs. Un deuxième questionnement est abordé en lien avec le pilotage du double développement des organisations et des individus. Patrice Leguy met en avant le fait que tout salarié n’a pas forcément envie de s’engager dans l’AFEST, que vont se jouer des rapports de force. En effet, celui qui transmet va perdre du pouvoir dans l’organisation, ce qui vient interroger nos systèmes de formation en termes de pouvoir des différents acteurs.

/fr/file/img20190506121855jpgimg_20190506_121855.jpg

Patrice LEGUY présente l’AFEST comme un trait d’union entre l’Emploi et la Formation. En effet, apprendre en situation de travail ne va pas de soi car le travail n’est pas mécaniquement apprenant. L’AFEST permet de forcer et d’articuler les apprentissages dans une situation de travail, de production. Il propose en image une modélisation personnelle de l’AFEST, qui soulève les questions de l’intentionnalité, de processus réflexif et critique sur l’expérience, des formes d’apprentissages dans un environnement de travail déterminé à l’avance. La modélisation souligne la dimension cyclique de l’AFEST, il ne s’agit pas de tout savoir sur tout mais d’apprendre en boucle, en cycle. Certaines situations expérientielles sont peut être désapprenantes parce qu’elles ne sont pas rebouclées, revisitées. L’AFEST vient interroger toutes les conditions d’apprenance. Patrice Leguy aborde également l’importance de définir en amont quelle est la conception du travail dans l’établissement, quelle fonction il a. Car si on n’est pas d’accord sur ces points, l’AFEST ne pourra pas marcher. Il y a au préalable une action à mener avec les dirigeants et les cadres sur leurs représentations du travail et leur propre rapport au travail.

 

Carine MARGERIE-LEMAY

Responsable de dispositif de formations et étudiante en Master2 SIFA à l’université de Tours-Ambassadeur EPALE

 

[1] GRIMAULT, Solveig, « Accompagner la création d’entreprise-les conditions d’un territoire apprenant », in Education Permanente n°216, Septembre 2018.

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 2 sur 2
  • Portrait de Philippe Inowlocki
    Bonjour à tous, 
    Je remercie les organisateurs pour cette journée , je n'ai pu hélas assister qu'à la matinée, je voudrais savoir si les initiatives et structures présentes l'après midi avaient indiqué des sources d'information sur les expériences que vous pourriez partager ici ? Un grand merci par avance !
    Philippe Inowlocki
  • Portrait de Hélène Paumier
    Bonjour, 

    Merci pour votre commentaire. Les restitutions de l'après midi sont en cours de rédaction et/ou de publication. Le 1er témoignage, de Frédérique GERARD, sur un accompagnement AFEST mené au sein d'ENEDIS vient juste d'être mis en ligne. Voici le lien pour y accéder: /fr/blog/recit-dun-accompagnement-afest