chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Les fab labs comme environnements d'apprentissage pour adultes

01/12/2020
par Ewa Orzeszko
Langue: FR
Document available also in: PL EN

[Initialement publié en polonais par Ewa Orzeszko, traduit en français par EPALE France.]


Le terme « fab lab » est l'abréviation de « Fabrication Laboratory », un laboratoire ou un atelier numérique dans lequel, grâce à des appareils contrôlés par ordinateur (tels que des imprimantes 3D, des fraiseuses ou des traceurs laser), vous pouvez transformer vos idées en prototypes ou en produits finis.

Selon la définition de le Charte des Fablabs (http://fab.cba.mit.edu/about/charter/), les fab labs sont : « un réseau mondial de laboratoires locaux, qui doppent l’inventivité en donnant accès à des outils de fabrication numérique. Les fab labs sont disponibles comme une ressource communautaire, qui propose un accès libre aux individus autant qu’un accès sur inscription dans le cadre de programmes spécifiques. »

        

              

Le concept de fab labs est né dans l'une des plus importantes universités technologiques américaines : le MIT (Massachusetts Institute of Technology). L'initiateur de ce concept est le professeur Neil Gershenfeld, directeur du centre Bit and Atom du MIT, à l’origine du cours intitulé « How to make (almost) anything » dispensé en 1998 dans cette université, qui est aujourd'hui considéré comme le fondateur du premier fab lab et un promoteur actif de cette idée. Le professeur Gershenfeld a proposé une révolution dans la conception et la production : tout étudiant de l'université pouvait s'inscrire au cours, quel que soit son domaine d'étude. Ainsi, le groupe était composé de personnes ayant des aptitudes et des compétences bien différentes. L’environnement de travail était un studio bien équipé : les membres du groupe disposaient d'ordinateurs, d'une découpeuse laser, d'une imprimante 3D et d'un ensemble de composants électroniques. Mais le plus important était leurs idées, et les outils ne servaient qu’à leurs mises en œuvre. Lorsque l'idée du fab lab s’est concrétisée, Neil Gershenfeld a décidé de tester son efficacité sur le terrain.

L'idée était simple : mettre à disposition des entrepreneurs, étudiants, artistes et petites entreprises, au niveau local, l'environnement, les compétences, les matériaux et les technologies de pointe nécessaires pour créer rapidement et à moindre coût n'importe où dans le monde. Autrement dit, donner la possibilité à chacun de créer quelque chose de nouveau. L'objectif était de stimuler l'innovation, la créativité et l'esprit d'entreprise. Le concept de fab labs est donc fortement basé sur l'idée de DIY (do-it-yourself, fait-maison) et le mouvement de fabrication.

Actuellement, le réseau mondial des fab labs représente une communauté créative ouverte de fabricants, d'artistes, de scientifiques, d'ingénieurs, d'éducateurs, d'étudiants, d'amateurs, de professionnels de tous âges, qui utilisent près de 1 700 fab labs dans plus de 100 pays. Des petits ateliers communautaires aux centres de recherche avancée, les fab labs ont pour objectif commun de faciliter l'accès aux outils d'innovation technique.

Officiellement, les fablabs sont des lieux qui respectent la « Charte des Fablabs » et font partie du Réseau des Fablabs (qui nécessite, entre autres, de disposer d'équipements spécifiques, de faciliter le partage des connaissances, l'échange de personnes et de projets). Toutefois, il existe aussi des espaces portant d'autres noms, qui remplissent des fonctions similaires : makerspaces, hackerspaces, studios de production ou medialabs.

À l’origine des fablabs se trouve la volonté de démocratiser la production et la diffusion de la technologie. Les Fablabs sont des espaces physiques, mais également des communautés en ligne. Avec une approche de la création qui relève souvent du « DIY », ils mettent à disposition des ressources technologiques, des connaissances collectives, ainsi que des outils de haute et basse technologie. La méthodologie des fab labs repose sur la participation active, le partage des connaissances, l'importance de la participation des mentors/formateurs dans le processus d'apprentissage et la coopération entre les personnes ayant des aptitudes et des compétences différentes. Elle est également fondée sur l'éthique de la culture du DIY, la curiosité des créateurs et la méthode essai-erreur. Il s'agit autant d'une approche de « faire soi-même » que de « faire avec les autres » et de « faire pour apprendre. » L'accent est mis sur l'apprentissage mutuel et l'inspiration spontanée et non sur une approche didactique spécifique.

Les fab labs constituent également des plateformes d'apprentissage et d'innovation : des lieux pour jouer, créer, apprendre et inventer. Ils fonctionnent en proposant un accès à des infrastructures partagées, à des outils de production numérique et à une communauté de pratique. Ils sont généralement équipés d'outils électriques et de menuiserie, d'imprimantes 3D, de machines-outils contrôlées par ordinateur (CNC), d'appareils électroniques (comme les plateformes Arduino et les micro-ordinateurs Raspberry Pi), d'ordinateurs et d'outils de programmation supportés par des logiciels libres. Leurs activités comprennent l'artisanat textile, l'électronique, la robotique avancée ou le travail traditionnel du bois. Les fab labs permettent à la fois de participer à des cours structurés et de bricoler de manière indépendante.

En bref, ils offrent un accès libre aux machines et aux outils, mais aussi aux connaissances et à l'expérience d'autres personnes. Ils sont générateurs d’innovations, mais permettent également la réparation d'appareils ménagers cassés, par exemple. Ainsi, ils répondent aux besoins de personnes ayant des compétences, des aptitudes et des ressources matérielles différentes. L'objectif premier est de mettre en œuvre ses propres idées, de développer une passion et de stimuler le plaisir d'apprendre. Grâce à cette idée de partage, les fab labs sont des lieux généralement accessibles et (d’ordinaire) à but non lucratif. Ainsi, ils favorisent la lutte contre l'exclusion technologique et numérique, contribuent aux initiatives de terrain, et favorisent l'implication et la coopération des communautés locales.

Bien que les fab labs soient principalement axés sur l'innovation, le prototypage et la production, ils constituent avant tout des communautés œuvrant au projet de l'apprentissage de nouvelles compétences et d’aptitudes basées sur les intérêts, l'expérience, l'expression personnelle et la créativité de chacun. À l’aide de l’approche « faire pour apprendre », ils permettent aux utilisateurs d'accéder à des outils et à des compétences jusqu'alors inaccessibles, qui sont essentiels pour se faire une place au sein de l'économie du XXIe siècle. Ils élèvent ainsi le niveau général de l'enseignement technique dans les sociétés. Les fab labs, en tant qu'environnement d'apprentissage pour adultes, participent au développement de compétences clés, notamment les compétences mathématiques et les compétences de base en sciences et technologies, les compétences numériques, apprendre à apprendre, le sens de l'initiative et l'esprit d'entreprise. Il s’agit d’environnements de coopération et de collaboration réelles, axés sur une approche démocratique de l'éducation, avec un accent sur l'apprentissage par l'expérience directe, les projets communs, le DIY et l'innovation. Les fab labs offrent donc un nouveau modèle d'éducation et d'apprentissage qui va au-delà du cadre du système éducatif traditionnel. Il intègre en effet les environnements des personnes créatives, en formant des communautés locales et des environnements d'apprentissage locaux.

Le nombre de fab labs a considérablement augmenté au cours de ces dix dernières années. Aujourd'hui, la majorité des grandes villes européennes disposent d'au moins un espace consacré à la fabrication numérique et aux nouvelles technologies. Toutefois, leurs formes juridiques, leur mode de fonctionnement et leurs groupes cibles diffèrent grandement d'un pays européen à l'autre. Dans certains pays, les fab labs sont situés dans des universités ou des parcs technologiques, dans d'autres, ils prennent la forme d'organisations non gouvernementales ou de classes scolaires. De plus en plus souvent, des ateliers de ce type sont également mis en œuvre dans des institutions culturelles (centres communautaires, bibliothèques). Ces différences de fonctionnement des fab labs ainsi que les diverses formes d'apprentissage qu'ils proposent sont prises en considération dans le projet de partenariats stratégiques de l'éducation des adultes intitulé « FABLABs - nouvelles technologies au profit de l'éducation des adultes. » Le projet, coordonné par les Ateliers de la culture de Lublin, en Pologne, regroupe des fab labs de divers pays européens (Finlande, France, Islande, Pologne, Portugal) et vise à présenter différentes manières d'organiser le processus d'apprentissage et les principes de coopération avec les communautés locales. L'objectif principal du projet est de reconnaître les bonnes pratiques en matière de formation aux nouvelles technologies pour les apprenants adultes en utilisant un concept de fab lab, d'échanger sur les savoir-faire dans le domaine de la méthodologie d'enseignement (méthodes et pratiques d'éducation), d'étudier la mise en œuvre du concept de fab lab à l'éducation des adultes, au développement professionnel des personnes travaillant dans des fab labs en tant qu'éducateurs et managers, ainsi qu'à la recherche comparative sur l'enseignement des nouvelles technologies dans l'éducation non formelle dans divers pays européens.

Rendez-vous sur le site Internet du projet https://fablabserasmus.eu/

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 6 sur 6
  • Portrait de Estere Repke
    Nebiju dzirdējusi par šādiem fablabs, ļoti interesanti un šķiet, ka arī ļoti aktuāli.
  • Portrait de Ewa Orzeszko
    There are fablabs in Riga and Liepaja, I think.
  • Portrait de Sławomir Łais
    This interesting article made me think that as a matter of fact such an idea is logical consequence of Alvin Toffler's Prosumers and Mass Customization predictions (Third Wave). 
    We are more and more involved in customization of our own things. We do things which were previously done by professionals. We configure our smartphones, transfer money from our bank account - we became professionals of product customization. During Covid lockdown we even learned hair-cutting.
    It is great that there are such spaces for innovation and creativity. 
  • Portrait de Ewa Orzeszko
    That's the idea, really - to become somehow independent from global markets and corporations,to be self-reliant. And to show people that they have power to change the world and to make a positive impact on the local communities. Everyone can be a maker!
  • Portrait de Lāsma Fedotova
    Fablab piedāvā lielisku iespēju pieaugušajiem iemācīties jaunas prasmes, kas var noderēt ikdienā. Daloties ar pieredzi un zināšanām, kā arī veicot praktiskos darbus, zināšanas tiek papildinātas vislabāk. Tehnoloģiskajām zināšanām ir nozīmīga loma mūsdienu pasaulē. Cerams, ka nākotnē Fablab dalībnieku lokā būs arī tādas valstis kā Latvija.
  • Portrait de Ewa Orzeszko
    There are fablabs in Riga and Liepaja, I think.