chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Résumé du focus EPALE de janvier : l’art et l’éducation culturelle

13/02/2018
par Markus Palmén
Langue: FR
Document available also in: EN DE IT PL ES HR LV

/fr/file/epale-january-summary-1EPALE January Summary

EPALE January Summary

Le coordinateur thématique Markus Palmen revient sur certains des articles de blog postés au mois de janvier, portant sur l’art et l’éducation culturelle.

L’UE propose un thème pour cette année, après une interruption de deux ans des « année européenne de... » . 2018 a été désignée comme l’année européenne du patrimoine culturel.

Pour marquer cela, EPALE a dédié le mois de janvier à des réflexions et des exemples de bonnes pratiques dans le domaine de l’art et de l’éducation culturelle.

Dans son article de blog Europeana: Culture gems for lifelong learning (Europeana : des joyaux culturels pour l’apprentissage tout au long de la vie), Milena Popova, business development manager auprès de la Fondation Europeana a présenté Europeana, la plate-forme numérique européenne pour le patrimoine culturel. Europeana n’est rien de moins qu’une corne d’abondance regorgeant de patrimoine culturel européen et offrant un accès en ligne gratuit à plus de 50 millions d’éléments numérisés issus de bibliothèques, fonds d’archives et musées européens. Ces éléments comprennent par exemple des journaux, des photographies et des œuvres d’art. Plus qu’un fonds d’archives, ce portail constitue également une ressource d’apprentissage. Europeana a établi un partenariat avec des organismes d’éducation et des entreprises pour produire des MOOCs (Massive Open Online Courses) et des livres numériques qui utilisent ses abondantes ressources numériques.
 

Le coordinateur thématique Simon Broek a interviewé l’expert de l’éducation au patrimoine Jaap van Lakerveld pour l’article Patrimoine et apprentissage. Le terme patrimoine désigne les traces physiques d’histoire et de culture, comme des monuments, des parcs nationaux, des musées, et même des villes entières. Jaap van Lakerveld a souligné que le patrimoine ne constitue pas seulement un objet d’apprentissage, mais également un environnement d’apprentissage. Les professionnels du patrimoine reconnaissent ce fait et, de plus en plus, ne se contentent plus d’offrir de l’information sur un site particulier mais cherchent à proposer aux visiteurs une expérience permettant, par exemple, l’acquisition de compétences sociales, linguistiques ou artisanales.

EPALE a interviewé Friederike Fankhänel pour son article LongReads L’importance du patrimoine culturel pour l’apprentissage tout au long de la vie. F. Fankhänel, éducatrice au musée des Arts et Métiers de Hamburg, considère les musées comme des environnements d’apprentissage flexibles :

« ... le format non linéaire d’une exposition offre différents environnements d’apprentissage : on peut s’y déplacer à son rythme, faire son propre voyage en en explorant le contenu, contempler les objets par soi-même, ou discuter ou dessiner en groupe... »

Le musée du F. Fankhänel contribue également aux collections Europeana, présentées dans l’article de blog de Milena Popova. F. Fankhänel exhorte ses collègues européens à lui emboiter le pas et rendre les collections muséales disponibles sur Internet :

« En ces temps d’apprentissage autonome, numérique et de budgets serrés pour l’éducation, l’accessibilité et la visibilité des contenus numérisés vont devenir de plus en plus importantes pour la pertinence des institutions culturelles. »

Un autre article LongRead, Heritage in action for lifelong learning and vice versa (Le patrimoine en action pour l’apprentissage tout au long de la vie et vice versa) écrit par Henrik Zipsane, a raconté l’histoire d’un musée en plein air suédois accueillant des réfugiés. Le projet s’achèvera en février 2018. L’objectif du « Jämtli New Village » est d’établir des liens interculturels entre les réfugiés hébergés sur le site, le personnel et les visiteurs du musée. L’idée sous-jacente de ce projet novateur est que « le droit de produire du patrimoine appartient à tout le monde ».


Markus Palmen est journaliste, auteur et producteur audiovisuel. Depuis août 2017, il est le coordinateur thématique EPALE pour les Politiques. Pendant 8 ans, Markus Palmen a occupé la fonction de rédacteur en chef du magazine European Lifelong Learning Magazine.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 2 sur 2
  • Portrait de Karina Tambovska
    Iziet prom no ierasta mācību vides un doties citā vidē ir veiksmīgs ceļš, lai mācīties. Muzeji, kultūras pieminekļi, parki, pilsētas arhitektūra un citās iespējamas kultūras vietas ir, manuprāt, ideāla vide mācībām. Mācot piemēram, vizuālo mākslu svarīgi paradīt skolēniem ne tikai grāmatas vai video par mākslu, bet parādīt kā tā māksla reāli eksistē. Kur atrodas? Kā to atrast? Ka tikt līdz tai? Labāka forma ir ekskursija uz muzeju, pastaiga pa pilsētu vērojot arhitektūru, aiziet ciemos mākslinieku darbnīcā, parunāt ar mākslinieku, paskatīties kā reāli top māksla. Vairāk atmiņa paliek tās, ko tu kaut kāda veida ir pārdzīvojis pats. Ideāli ja katrā Latvijas muzejā būtu telpa bērniem un skolēniem, kur bērni varētu pētīt, eksperimentēt, taustīt, spēlēt un tajā paša laikā mācīties. Piemēram, mākslas muzejā Bergenā, Norvēģijā, ir speciāla telpa bērniem, kur izcilo mākslinieku gleznas ( Pikaso, Munka un citi) ir izvietoti bērnu acu līmeņi, gleznas ir izvelētas tādas, kas vairāk ir saprotamas bērniem. Tāda veidā bērni var ieraudzīt un labāk saprast mākslu. Būtu labi, ja Rīgas Mākslas muzejā arī būtu tāda telpa, kur dažas Rozentāla, Purvīša un citu izcilu Latviešu mākslinieku darbi būtu eksponēti tieši maziem skatītājiem.
  • Portrait de Guna Brenda Pogule
    Man ļoti patīk ideja par to, ka dažādie kultūras pieminekļi (kā minēts - muzeji, nacionālie parki, pieminekļi, pat veselas pilsētas u. c.) veido mācību vidi. Manuprāt, ka atšķirīgā vide no ērtās un pierastās istabas, kurā bieži vien skolēns/students izvēlas tieši atpūsties, var vairāk mudināt mācīties. No daudziem studentiem esmu dzirdējusi, ka viņi speciāli dodas mācīties uz bibliotēku vai savu fakultāti, piemēram, LU Dabaszinātņu centru, jo tā ir atšķirīga, tāda kā oficiālāka vide un nāciena mērķis ir skaidrs - mācīties. Protams, ikvienā vietā ir iespējams novērst uzmanību, tomēr, esot nepierastā vidē, var vairāk apzināties to, kāpēc te esi. Tāpēc man ļoti patīk ideja par mācībām muzejos, izstādēs, nacionālajos parkos u.c. vietās. Tā var baudīt apkārtējo vidi un arī noskaņoties mācībām.