chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Entretiens EPALE : Laurentiu Bunescu - Fundația EOS

04/05/2020
par EPALE Moderator
Langue: FR
Document available also in: EN HR RO EL DE ES HU

EPALE interview Laurentiu

[Traduction : (anglais - français) : EPALE France]

Laurentiu Bunescu est un citoyen roumain et européen qui a vécu et travaillé en Roumanie (vallée du Jiu et Timisoara) ainsi qu’en Belgique (Bruxelles).
À l'université, il s'est spécialisé en économie et en gestion d’entreprise, mais il a toujours travaillé pour des ONG. Il se considère comme un autodidacte passionné par l'éducation et les technologies numériques. Cela l'a amené à consacrer sa carrière à combiner les deux.
Depuis 2005, il a participé à diverses initiatives locales, régionales et européennes qui offrent aux citoyens roumains et européens un accès à la technologie et une chance de développer leurs compétences numériques.


Comment tout cela a-t-il commencé ?

Je suis né dans la vallée du Jiu, autrefois la plus grande zone d'extraction de charbon de Roumanie, qui a été gravement touchée, tant sur le plan économique que social, par la fermeture des mines à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Après la chute du communisme, la Roumanie a dû faire face à des problèmes structurels tels que la corruption et la pauvreté. C'est encore le cas aujourd'hui et, même si le pays a rejoint l'UE en 2007, il lui reste encore beaucoup à faire pour se remettre complètement. La vallée du Jiu est devenue l'une des régions les plus pauvres de l'un des pays les plus pauvres d'Europe.

J'ai donc été témoin de nombreux troubles sociaux et de grandes difficultés économiques. En vivant dans la vallée du Jiu, je me sentais également très isolé. Ainsi, lorsque j'ai découvert la technologie et Internet en 2000, c'est un peu comme si je voyais la lumière au bout d'un tunnel. À l'époque, je travaillais avec une ONG locale pour créer des sites web pour les mairies et pour promouvoir le potentiel touristique de la région. En 2005, avec l'aide de la Fondation EOS - Eduquer pour une société ouverte, j'ai ouvert l'un des premiers télécentres de Roumanie destiné à soutenir les anciens mineurs en leur montrant tout le potentiel d'Internet et en leur enseignant les compétences numériques de base.

En voyant l'impact positif que cela avait sur la vie de ces personnes, j'ai décidé de participer au développement d'un réseau de télécentres dans toute la Roumanie. Entre 2005 et 2008, nous avons mis en place plus de 50 télécentres dans tout le pays. En 2008, j'ai participé au lancement d'un mouvement européen visant à promouvoir les compétences numériques, et deux ans plus tard, je suis devenu le premier employé d'un nouveau réseau appelé Telecentre-Europe. Le réseau a connu une croissance exponentielle et, en 2017, il a changé de nom pour devenir ALL DIGITAL. La même année, j'ai déménagé à Bruxelles pour prendre la direction du réseau pendant les trois années suivantes.

ALL DIGITAL a soutenu plus de trois millions de citoyens européens dans plus de trente pays européens, grâce aux projets qu'il a mis en œuvre et au travail de ses membres. Cette organisation continue de jouer un rôle clé dans les politiques liées à l'inclusion et à l'éducation numériques.

En ce moment, je suis de nouveau installé à Timisoara pour soutenir la Fondation EOS - Eduquer pour une société ouverte dans ses efforts continus pour stimuler l'inclusion et l'éducation numériques en Roumanie.

Quel est l'impact de la transformation numérique sur l'offre de formation pour les adultes issus de milieux défavorisés et ceux ayant une faible culture numérique ?

En ce qui me concerne, comme je l'ai déjà mentionné, la transformation numérique a été dans l'ensemble une expérience très positive qui a amélioré ma qualité de vie ; offrant pléthore de nouvelles possibilités d'apprentissage, que ce soit dans ma vie personnelle ou professionnelle. Quand j'en ai pris conscience, je pense que mon but était de me servir de cette expérience et des leçons apprises au fil du temps, pour aider d'autres personnes à vivre des expériences similaires.

Mais pouvons-nous tous apprendre et tirer profit de cette transformation numérique ?
Selon moi, les défis sont nombreux lorsqu'il s'agit d'éduquer les adultes à cette transformation numérique. Voici sans doute les deux plus importants :

  • L'alphabétisation numérique. Plus que jamais, l'offre de formation pour les adultes est étroitement liée à leur culture numérique. Nous avons accès à des applications et à des dispositifs éducatifs, à des cours 100 % en ligne ou moitié en ligne, moitié en présentiel, qui facilitent notre formation tout en la rendant plus agréable grâce à l'ajout de jeux intégrés aux ressources éducatives en ligne. Mais nous ne pouvons pas tous en bénéficier. 43 %[1] des Européens âgés de 16 à 74 ans ne possèdent pas les compétences numériques de base, ce qui signifie que près de la moitié de la population européenne est privée des possibilités de formation offertes par la transformation numérique.
  • La formation tout au long de la vie. Dans notre société numérique construite autour de l'information, toute personne sortant de l'enseignement formel doit impérativement se former tout au long de sa vie. Cette transformation numérique redéfinit le marché de l'emploi et la technologie évolue très rapidement. Par conséquent, dans la plupart des cas, ce que nous apprenons à l'école et à l'université ne suffira pas à nous garantir une carrière à vie. La plupart des adultes devront apprendre constamment pour rester compétitifs sur le marché du travail. La reconversion et la mise à niveau des compétences sont cruciales et devraient être proposées à tous ceux susceptibles d'être exclus : les personnes qui ont quitté l'école, sont sans emploi ou ne suivent pas de formation (NEET), les chômeurs, les personnes peu instruites, les personnes vivant dans la pauvreté, les minorités, etc.

Enfin, la transformation numérique apporte de nombreux avantages, l'amélioration des possibilités de formation n'en étant qu'un parmi d'autres. Mais elle est également source de dangers et d'obstacles, en particulier pour les personnes issues de milieux défavorisés. Chacun doit se doter d'un mélange de compétences numériques de base, d'un esprit critique et d'une capacité à apprendre à apprendre, au risque de ne pouvoir naviguer dans cet océan d'avantages et de dangers.      

EPALE interview Laurentiu

 
Quel est l'avenir de la coopération transversale et transnationale en matière de formation tout au long de la vie ?  

Je travaille à la fois avec All Digital et LifeLong Learning Platform - deux grands réseaux européens qui soutiennent l’alphabétisation numérique et l'apprentissage tout au long de la vie. Ces deux organisations ont un impact majeur au niveau européen en ce qui concerne la coopération transnationale et intersectorielle. Je recommande à tout le monde de jeter un œil à leurs initiatives et à leurs documents de synthèse dans lesquels toutes deux abordent l'importance de la formation tout au long de la vie et de l'alphabétisation numérique alors même que nous faisons face à des défis liés non seulement à cette transformation numérique, mais aussi à la pandémie de coronavirus.

Le programme Erasmus+ de l'UE offre constamment des opportunités extrêmement utiles pour la mise en place de partenariats axés sur l'éducation des adultes. Qu'il s'agisse d'innovation en matière de formation, d'échange de bonnes pratiques ou de renforcement des capacités, Erasmus+ joue un rôle clé dans la mise en relation et le soutien des prestataires de formation pour adultes.      

En travaillant avec la Fondation EOS en Roumanie, je constate que le gouvernement et la société civile sont peu sensibilisés aux politiques européennes en matière d'éducation numérique et de formation tout au long de la vie. Notre rôle consiste notamment à travailler avec les institutions publiques, les décideurs politiques et le secteur des entreprises afin de veiller à ce que ces politiques soient pleinement comprises et appliquées. C'est pourquoi nous avons créé la Coalition roumaine pour l'éducation numérique, une initiative qui permet aux praticiens de s'exprimer d'une seule voix et de se faire davantage entendre.

Selon vous, la pandémie de coronavirus aura-t-elle un impact à long terme ?

La pandémie de coronavirus aura un impact majeur sur l'économie et la société en général. En ce qui concerne l'éducation des adultes, le moment n'a jamais été aussi propice à la reconversion et à la mise à niveau des compétences. En cette période de confinement, nous avons pour la plupart le temps de nous concentrer davantage sur ce qui nous passionne vraiment et de trouver des moyens d'apprendre de nouvelles choses. Seule une grande crise peut apporter des changements réels et durables et ces changements sont déjà observables dans le domaine de l'éducation et de l'apprentissage. L'apprenant est maître du jeu, il décide lui-même de ce sur quoi il souhaite se concentrer et du temps qu'il veut consacrer à différents sujets. Les technologies et Internet peuvent faciliter ce processus, mais pas totalement, bien sûr. Je pense cependant que nous commençons tous à mesurer à quel point il est important de posséder ces compétences numériques de base pour pouvoir continuer à vivre, à étudier et à travailler.

De nombreuses organisations, dont EOS, ALL DIGITAL et LifeLong Learning Platform, soutiennent l'éducation des adultes, afin de permettre aux éducateurs et aux apprenants de bénéficier d'expériences de formation en ligne fructueuses. Mais ces organisations ont besoin de soutien et doivent collaborer avec les gouvernements, les institutions européennes et le secteur des entreprises. C'est ainsi que nous pourrons relever les défis de la pandémie et continuer à aller de l'avant, afin de développer une meilleure éducation numérique, plus personnalisée, et une mentalité propice à la formation tout au long de la vie.   

[1] https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/MEMO_19_2933

EPALE interviews

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email