chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Les démons de la médiation muséale ont resurgi

03/06/2020
par Marcin Szeląg
Langue: FR
Document available also in: PL

Traduction du polonais, NSS Pologne

Dans le contexte de la pandémie, les vieux démons de la médiation muséale ont resurgi. Ils semblaient oubliés, ou du moins profondément endormis, mais ont été réveillés par les quarantaines en vigueur presque partout dans le monde.

Je veux dire ces démons qui négligent la médiation culturelle. Les institutions muséales la considèrent souvent comme un parent pauvre, comparé aux autres missions :  protection des collections, activités scientifiques, de recherche et d'exposition... Qu'est-ce qui me fait dire ça ? La situation dans laquelle les médiateurs des musées se sont retrouvés dans ce contexte de pandémie. C'est l'expression d'une d'hypocrisie profondément cachée. En effet, les musées déclarent souvent qu'ils se soucient avant tout de leurs visiteurs et de la sensibilisation des publics à l'art. Ils le font surtout parce que cela rapporte politiquement et financièrement ; ces déclarations renforcent leur image publique et leur permettent de lever des fonds pour leurs activités. Mais le statut professionnel des médiateurs de musée, c'est-à-dire, du personnel effectuant directement les activités en lien direct avec les publics, dont le spectre social, économique et culturel, est beaucoup plus large que celui des activités scientifiques et de recherche des musées, sont précaires presque partout dans le monde.  Trop de médiateurs de musées ont une situation professionnelle très instable. Ils occupent des postes d'indépendants, saisonniers, des CDD, des stages, etc., sans parler du bénévolat qui est particulièrement répandu dans la médiation muséale.

En conséquence, les médiateurs ne peuvent pas participer pleinement au fonctionnement des musées et à leurs stratégies à long terme. Lorsque la situation financière devient difficile, ils sont souvent licenciés.

    

 

Un exemple marquant, commenté dans les médias et les musées, a été la décision du Museum of Modern Art de New York, l'un des musées les plus importants, prestigieux, et riches du monde, de rompre les contrats avec tous les médiateurs. Deux semaines seulement après la fermeture du Musée aux visiteurs, le lundi 30 mars après-midi, les médiateurs employés à temps partiel  ont été informés par e-mail par leurs responsables que leurs contrats avaient été rompus. Cette décision était justifiée par "la crise économique sans précédent provoquée par la pandémie de COVID-19 et la fermeture du Musée". Cette situation, qui affecte malheureusement de nombreuses personnes dans le monde, est choquante dans le contexte muséal car elle concerne en premier lieu les médiateurs alors que ces institutions déclarent souvent la prévalence de la sensibilisation et de la médiation. Le Museum of Modern Art en fait partie, tout comme le Whitney Museum et de nombreux autres musées - et ce pas seulement aux États-Unis. La consternation provoquée par la décision de licencier 76 employés du Whitney Museum a conduit l’administration à temporiser la situation en annonçant la création d'une plateforme d'e-learning impliquant les médiateurs diponibles. 

La situation pandémique actuelle prouve la fragilité des médiateurs, et donc de la sensibilisation dans les musées. Partout dans le monde, des milliers de médiateurs de musées ont soudainement perdu leur emploi déjà instable, sans soutien financier et juridique. Cette situation est aggravée par la situation d'emploi encore incertaine lorsque les musées ne peuvent être visités. L'ouverture des musées annoncée dans différents pays ne signifie pas nécessairement une amélioration de la situation. En Pologne, les recommandations du gouvernement présentées par le ministre de la Culture et du Patrimoine national mettent expressément en garde contre l'organisation d'événements avec la participation collective du public. Dans la pratique, cela signifie que le ministre déconseille l'activité éducative des musées, et donc le retour à l'emploi d'un grand nombre d'éducateurs, qui dans notre pays travaillent également souvent sur la base de contrats de droit civil.

Par conséquent, si le public est une priorité pour les musées, une plus grande attention devrait être accordée à la situation des employés et aux formes d'emploi des médiateurs des musées. Employez des médiateurs à plein temps et traitez-les comme des employés à part entière du musée. Cela est maintenant demandé par des organisations de musées du monde entier, comme le Comité international pour l'éducation et l'action culturelle ICOM.

Si le public et l'éducation occupent réellement une place aussi importante dans les priorités des musées, comme le déclarent les musées, il est grand temps de le confirmer par des formes adéquates d'emploi de médiateurs de musées. Par conséquent, des conclusions devraient être tirées de la crise actuelle qui permettra aux déclarations formulées par les musées, quant à l'importance du public et de l'éducation, d'être suffisamment solides pour résister aux chocs les plus graves de l'avenir.

  

Sites internet:

MoMA Terminates All Museum Educator Contracts

Projecting $7M in Losses in 2020, Whitney Museum Lays Off 76 Staffers

Wytyczne dla muzeów, galerii sztuki oraz innych instytucji kultury działających w obszarze polityki pamięci i ochrony dziedzictwa

Covid 19 threatens severely museum education

 

dr Marcin Szeląg – historien de l'art, éducateur de musée et conservateur, il travaille à la Faculté d'éducation artistique et au conservatoire de l'Université des arts de Poznań.

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 2 sur 2
  • Portrait de Piotr Maczuga
    Trochę to przerażające, że zostawia się rupiecie, a rezygnuje z ludzi, którzy sprawiają, że ten cały zestaw przypadkowych przedmiotów nabiera sensu. Bez edukatorów takie miejsca jak MoMA nie mają najmniejszego sensu. Szczególnie, gdy mówimy o sztuce współczesnej. A z drugiej strony mamy miliony ludzi zamkniętych w domach, którzy oddaliby wiele - jak pokazały doświadczenia ostatnich miesięcy - aby móc uczestniczyć w czymś inspirującym, nawet wirtualnie. Pozbyto się więc ludzi, którzy tej inspiracji mogli dostarczyć. Wypatruję przykładów na to, że ktoś jednak "uciekł do przodu" i uruchomił działania na YouTuba, zamiast zwinąć swoją działalność. To mogłoby wyłonić nowych liderów i nowe ciekawe trendy.
  • Portrait de Marcin Szeląg
    Faktycznie, bez edukatorów trudno sobie wyobrazić taką instytucję jak MoMA. W tej instytucji jest to szczególnie przykre, biorąc pod uwagę jej historię i dokonania dla rozwoju edukacji muzealnej i edukacji na temat sztuki najnowszej. Sukces instytucji jaki osiągnęła w ciągu pierwszych dziesięcioleci istnienia, który zaważył na jej dzisiejszej randze, o czym często się zapomina, wynikał nie tylko z tego, że organizowała kapitalne wystawy, zgromadziła imponujące zbiory i wydawała dobre publikacje na temat sztuki, ale również z tego, iż powstał tu jeszcze w latach 40. XX wieku świetny dział edukacji pod kierunkiem progresywnego edukatora Victora D'Amico. Chociaż, jak się nad tym zastanowić, to nie pierwszy raz, kiedy w MoMA postanowiono nie liczyć się z edukatorami i ich pracą. Kiedy wspomniany D'Amico odchodził na emeryturę w latach 60. XX, dział który utworzył zlikwidowano...