chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

"Paroles d’acteurs" - Le rôle du tuteur (épisode 11)

17/09/2020
par Thierry Ardouin
Langue: FR

Episode 11 - Série FORSE- FOAD Réalités et Pratiques - Paroles d’acteur – Parole de tuteur et ancien coordonnateur pédagogique

 

« Il faut considérer la formation à distance non plus comme une formation solitaire mais bel et bien comme une vie communautaire »,

 « L’une des particularités des formations à distance est la nécessité de devoir s’organiser à distance sans que personne n’intervienne pour vous dire quand et quoi faire »,

 «Il faut se faire confiance et se lancer ».

 

 

Conduire et Réussir sa formation à distance – Le rôle du tuteur

 

Entretien Monsieur Ghislain Laloup, chef de projet NCU Réussites Plurielles URN

 

 

Bonjour Monsieur Ghislain Laloup vous êtes chef de projet « Réussites Plurielles » à l’université de Rouen Normandie, et vous intervenez dans le dispositif FORSE qui est un dispositif de formation à distance que vous connaissez bien.

Après cette période où la formation à distance n’a jamais été aussi présente, j’aimerais en savoir plus et partager votre expérience sur le dispositif FORSE et plus spécialement sur la fonction de tuteur, car ces dimensions interrogent de manière générale la formation des adultes. Ces thèmes sont importants sur la plateforme EPALE.

 

 

- Pour démarrer, pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vous même ?

 

Je suis Ghislain LALOUP, chef de projet Réussites Plurielles. Je pilote aujourd’hui un projet de transformation de l’offre de formation de l’Université de Rouen-Normandie dans le cadre du projet NCU Réussites Plurielles (PIA3 NCU vague 2).  Auparavant, j’ai exercé quatre ans en tant que coordinateur pédagogique pour deux master 2 en sciences de l’éducation et de la formation à distance dans le cadre du campus numérique FORSE. Je garde du lien avec le dispositif en tant que tuteur.

 

 

- Pouvez vous nous parler du dispositif FORSE et votre rôle dans ce dispositif à distance ?

 

Aujourd’hui j’occupe la fonction de tuteur à FORSE auprès d’un public de licence 3 sciences de l’éducation à distance. J’accompagne les étudiants dans la compréhension des cours et tente de favoriser les conditions de leur apprentissage en partageant différentes ressources complémentaires ou en les guidant vers le respect des normes académiques et plus particulièrement en méthodologie de travail universitaire.

Auparavant en tant que coordinateur pédagogique des Master2 ICF FOAD et MIFEF je jouais le rôle d’animateur de plateforme, de co-organisateur de la formation à distance, d’ingénieur pédagogique et un rôle de conseil auprès de l’équipe pédagogique et des étudiants.

 

A titre tout à fait personnel, le point commun aux deux fonctions est de créer et développer du lien social entre les étudiants, condition, selon moi, sine qua none à la réussite des étudiants en formation à distance. Je conçois ces deux fonctions comme des fonctions de facilitateur auprès des étudiants qui, bien souvent, cumulent emplois du temps professionnel, personnel et emploi du temps de formation et qui ne connaissent pas toujours les attendus de l’université.

 

- En tant que tuteur, qu’attend-on de vous ?

Les étudiants semblent attendre de moi que je puisse les guider dans les nombreux apprentissages qu’ils devront assimiler et surtout dans la manière de s’organiser pour mener à bien le travail attendu durant l’année de licence. Je réponds à leur question dans des délais les plus courts possible afin d’encourager (ou surtout ne pas décourager) l’étudiant qui a fait preuve de motivation en posant la question. Sans donner la réponse immédiate, j’oriente l’étudiant vers la ressource (humaine, académique ou matérielle) qui me semble la plus adaptée.

Je conçois ainsi ce rôle comme un rôle de conseil et d’accompagnement. Il me faut bien connaitre chacun des étudiants afin de répondre de manière la plus efficiente possible aux besoins des étudiants en conservant les particularités et l’autonomie de chacun d’entre eux.

 

Quelles sont les attentes ou les demandes principales des étudiants ?

Majoritairement les étudiants attendent de moi de savoir ce qu’est un examen universitaire. Ils sont pour la plupart complètement novices en la matière et n’ont jamais suivi de cursus universitaire. Ils sont également demandeurs d’un certain nombre de conseils d’organisation. L’une des particularités des formations à distance est la nécessité de devoir s’organiser à distance sans que personne n’intervienne pour vous dire quand et quoi faire. Elles correspondent en général davantage aux étudiants disciplinés et autonomes. Mais cette autonomie, déjà très demandée dans le milieu universitaire mais plus particulièrement dans les formations à distance, s’apprend. C’est pourquoi les étudiants attendent de moi que je les conseille afin qu’ils adoptent les bonnes conduites pour apprendre, retenir les notions et savoir les réutiliser dans le cadre d’un examen ou plus globalement dans le milieu professionnel.

 

 

 

Comment faites vous pour que les étudiants travaillent à distance ?

Bien que connaissant le dispositif FORSE depuis plus longtemps, j’ai commencé la fonction de tutorat cette année. Cette année fut à ce titre une année d’expérimentation pour trouver un modèle qui me satisfasse et qui surtout satisfasse les étudiants. J’ai ainsi tenté de mettre en place plusieurs dispositifs pour faciliter l’apprentissage de manière collaborative.

 

Pour l’assimilation des connaissances, j’ai proposé aux étudiants qu’ils réalisent des flashcards (questions au recto/réponses au verso) pour chacun des cours. Chaque étudiant faisait, à son rythme plusieurs cartes sur un même padcollaboratif afin qu’ils puissent ensuite se « promener » avec ces flashcards lorsque le moment s’y prêtait (transports en commun par exemple). C’est un simple outil de révision qui peut s’avérer très chronophage s’il est réalisé seul pour tous les cours. A plusieurs et de manière collaborative, la tâche est non seulement moins compliquée mais elle donne une motivation et un sentiment d’utilité personnelle à l’étudiant dans la mesure où le travail est partagé. Ils ne travaillent plus pour soi même mais pour l’ensemble d’un groupe.

Une autre expérimentation cette année est la mise en place de sessions de discussions mensuelles. Tous les premiers mercredis du mois, de manière synchrone et à distance, en soirée pour compter sur la présence de tout le monde, j’ai proposé d’organiser pour l’ensemble des étudiants de mon groupe de tutorat une session de visioconférence. C’est l’occasion pour les étudiants de discuter de leur état d’avancement (quels cours ont été travaillés) et pour me poser leurs questions. Ne sachant pas toujours répondre aux questions, les étudiants peuvent également se répondre entre eux et avancer ensemble dans la réflexion.

Enfin, et de manière plus classique, j’anime le forum tutorat de mon groupe. J’insiste vraiment sur le côté animation de la fonction qui n’est pas simplement de répondre lorsqu’il y a des questions mais bel et bien d’être davantage proactif et de prendre l’habitude de poster des messages afin que la plateforme de formation soit un lieu chaleureux et sur lequel il soit bénéfique de venir prendre de l’information.

 

 

- Au regard de votre expérience et de vos rencontres avec les étudiants, quels conseils donneriez vous aux étudiants entrant dans une formation à distance?

 

-La première chose est de se faire confiance et de se lancer. J’ai d’ailleurs à travers ma fonction de coordinateur, ou de tuteur, toujours beaucoup de respect pour le courage des étudiant.e.s en formation à distance qui savent non seulement cumuler divers emplois du temps mais surtout se lancer dans une reprise d’études.

-Le seconde chose est de bien s’accompagner. Qu’il s’agisse de la sphère familiale ou professionnelle ce type de formation demande des efforts à l’apprenant.e mais également à l’entourage, c’est donc important que le projet de formation d’un étudiant.e soit encouragé par un ou plusieurs tiers (employeur, conjoint, famille…)

-Enfin, il me semble particulièrement nécessaire que l’étudiant fasse en sorte de constituer assez rapidement son propre réseau de pairs. Dans la difficulté, ou pour mieux apprendre encore, il faut considérer la formation à distance non plus comme une formation solitaire mais bel et bien comme une vie communautaire. C’est, selon moi, et à ce titre, qu’il faut choisir une formation où tous les moyens sont mis pour développer cet esprit de communauté apprenante.

 

 

- Vous avez été en contact avec de très nombreux étudiants, quel serait votre plus beau souvenir ou impact de la formation ?

 

Mes souvenirs les plus récurrents et marquants concernent les étudiants qui en début d’année semblent complètement démoralisés par le volume de travail qu’ils devront entreprendre, et qui finalement par envie de concrétiser, réussissent aisément et avec grande fierté leur formation. Certains, si proches d’abandonner, s’accrochent, persévèrent, réussissent et souhaitent même aujourd’hui que la formation ne s’arrête jamais tellement elle a provoqué des transformations chez l’étudiant et son quotidien.

Enfin et parce qu’on ne fait jamais une formation pour rien, je suis ravi de revoir d’anciens étudiants qui ont pu, soit progresser dans leur carrière professionnelle, soit se consacrer à ce qu’ils aiment pleinement aujourd’hui.   

 

 

En définitive, quel est l’originalité ou la spécificité de ce dispositif ?

Je dirais à titre tout à fait personnel que la spécificité du dispositif FORSE est de mettre les moyens pour qu’il existe bien plus de présence à distance dans ces formations qu’il pourrait y en avoir dans une formation en présentiel. Qu’il s’agisse des animateurs de plateforme, des informaticiens, des tuteurs ou des enseignants, tous semblent avoir à cœur de développer cet esprit de communauté et de collaboration. Les enseignants apprennent ainsi autant de la diversité des profils des étudiants que les étudiants apprennent de l’équipe pédagogique. 

 

Je vous remercie pour cet échange et votre apport.

Thierry Ardouin

 

Retrouver les autres épisodes de la série : consulter le sommaire.

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email