chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Conditions et processus d’apprentissage en situations de travail , episode 11 : Apprendre des, avec et par les autres, un facteur essentiel d’apprentissage et de formation

17/04/2018
par patrick Mayen
Langue: FR

Conditions et processus d’apprentissage en situations de travail :

Episode 11 : Apprendre des, avec et par les autres, un facteur essentiel d’apprentissage et de formation

 

Dans la série sur les conditions et processus d’apprentissage en situations de travail, et au tout début du printemps, nous abordons la deuxième saison et un sujet qui devrait s’étendre sur plusieurs mois. Apprendre des autres et par les autres. Les « autres » sont les personnes qui font partie de l’entourage professionnel plus ou moins proche : ceux qui jouent un rôle de tuteur, de compagnon,  les collègues qui exercent les mêmes tâches, les collègues avec qui on coopère, les encadrants, les clients, les fournisseurs, etc.

Tous peuvent jouer un rôle dans l’apprentissage en milieu de travail, tous peuvent participer aux processus d’apprentissage, et ce, de manière plus ou moins intentionnelle, plus ou moins explicite. Le potentiel d’apprentissage, de, par et avec les autres, peut être très élevé, mais, comme pour les autres facteurs, peut aller du plus élevé au plus faible voire au plus négatif. Imiter un « autre » incompétent, n’aide pas toujours à devenir compétent, par exemple.

Dans ce qu’on peut désigner comme formation en milieu de travail, par opposition avec l’apprentissage sur le tas, les autres, pairs ou plus expérimentés, peuvent être explicitement mobilisés et se voir confier des fonctions de formation.

Mais, en quoi, pour quoi, pourquoi et à quelles conditions la fréquentation des autres peut-elle susciter et soutenir des apprentissages en situation de travail ? Comme nous l’avons plusieurs fois évoqué dans des textes précédents, si, globalement, nous avons l’idée que les autres jouent un rôle important dans la formation et les apprentissages au travail, nous savons moins bien comment et pourquoi ça marche et comment, par conséquent, nous pourrions organiser les choses pour optimiser les conditions pour que ce rôle s’exerce au mieux.

Dans ce premier épisode, nous allons évoquer quelques caractéristiques générales de ce que nous avons choisi d’appeler « apprendre des autres, par les autres et avec les autre »s, pour souligner d’emblée la diversité des types d’interactions que peut entretenir quelqu’un qui apprend avec son entourage.

 

Les autres, au premier plan de la construction et du développement de l’expérience et des compétences

Lorsque des professionnels expérimentés s’expriment à propos de ce qui leur a permis d’apprendre et de devenir des professionnels compétents, ils placent un ou des autres au premier plan, à égalité avec ce qu’ils nomment souvent l’expérience, au sens d’apprentissage individuel de et par l’action. Apprendre des autres et avec les autres constitue ainsi le premier facteur formateur pour les apprentissages en situation de travail. Les études sur la validation des acquis de l’expérience le confirment de même que de nombreuses recherches.

Il faut cependant introduire une première nuance. Apprendre des autres et avec les autres en situation de travail se réalise toujours dans un cadre où la présence des autres exerce son influence formatrice en relation étroite avec les tâches à réaliser et avec l’action en situation. Ainsi, l’apprentissage ne se réalise pas seulement avec et par les autres, mais avec et par des interactions avec les autres à propos d’action en situation. C’est en tous cas une caractéristique des apprentissages en situation de travail. Dans une formation formelle, on apprend aussi des autres, le professeur ou le formateur, les autres apprenants du groupe, mais on n’apprend pas directement en lien avec les situations et l’action en situation.

On pourrait ainsi écrire que l’interaction avec un autre ou avec des autres est une interaction à trois pôles : apprenant, autre, situation. Le travail considéré dans sa double face de situation et de tâches, autrement dit des conditions et des buts à atteindre, d’une part, et de l’activité, d’autre part. Pourquoi souligner ainsi ce qui peut paraître évident ? Parce que la possibilité offerte par la présence ensemble, au même endroit et au même moment de celui qui apprend, de son entourage et du travail est, en soi, la condition de base de toute formation en situation de travail. Nous allons le développer tout au long des prochains épisodes : la présence, passive ou active des autres, est un facteur potentiel d’optimisation et de développement du potentiel formateur du travail lui-même.

L’autre, entre le travail et celui qui apprend

Dans une autre terminologie, nous pouvons aussi écrire que l’autre joue un rôle de médiation entre le travail et celui qui apprend, médiation qui transforme et enrichit l’interaction entre l’apprenant et son travail. On y reviendra, mais soulignons déjà que la médiation rapproche, fait prendre distance, décale, et ouvre à d’autres possibilités.

Pour le montrer, il suffit d’évoquer l’importance de la présence de professionnels expérimentés dans l’entourage d’un apprenant appelé à exercer les mêmes tâches qu’eux. Sans même les solliciter, ni que ceux-ci interviennent en quoi que ce soit auprès de lui, il peut les observer, chercher à les imiter, comparer son action à la leur, régler son rythme sur le leur, ajuster son action à ce qu’il perçoit de celle des autres. Même lorsqu’ils ne le fait pas de manière pleinement consciente et explicite, un novice peut assimiler implicitement des manières de faire, des attitudes de ceux qui l’entourent. Leur présence peut aussi agir sur son engagement, sa concentration, son intention de bien faire, de faire comme eux. Il peut craindre leur jugement, et les conséquences que ce dernier pourrait avoir pour ses relations avec eux. Tout ceci influence donc les processus d’apprentissage. Les autres peuvent ainsi constituer des ressources actives pour l’apprentissage, même lorsqu’ils sont indifférents à cet apprentissage.

Pour revenir à des phénomènes que nous avons déjà développés dans la série, les autres peuvent ainsi servir de modèle et permettre à l’apprenant de le comparer à son action ou à l’effet de son action. Cette possibilité de feed-back n’est pas possible lorsque l’apprenant est seul avec son action. Lorsqu’une personne travaille dans un milieu où d’autres travaillent, il peut parfois accéder à ce vers quoi les expérimentés dirigent leur attention, à quoi ils réagissent, et bien sûr à l’ordre de l’action, à la position du corps, etc. Ce qui lui permet un ajustement de sa propre action.

 

Un rôle reconnu par les institutions depuis très longtemps

Du côté des institutions, les dispositifs de formation par alternance et, au sein de ceux-ci, de formations par apprentissage ou dans le cadre d’un système dual, reconnaissent depuis toujours le rôle des professionnels expérimentés comme condition nécessaire à la formation et au développement des compétences professionnelles des apprenants. Tuteurs, maîtres de stage, maîtres d’apprentissage, moniteurs, compagnons, praticiens formateurs, etc., ne sont que quelques-uns des termes utilisés pour désigner les acteurs qui exercent cette mission.

Le modèle ancien du compagnonnage, des métiers et des corporations, comporte indissociablement la relation entre maître et apprenti, maître et compagnon, et accorde à la communauté des pairs un rôle formateur essentiel.

En France, les FEST (Formations en Situations de Travail) exigent la présence d’une personne occupant et exerçant une fonction formatrice, pour être reconnues comme des formations à part entière.

Cependant, la présence d’autres personnes ne suffit pas. Qu’apprend-on avec qui ? Selon quelles conditions, c’est donc ce que nous allons développer dans les épisodes suivants

/fr/file/mayencafejpg-3mayen_cafe.jpg

Patrick Mayen est expert thématique EPALE France

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn