chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

Blog

Étude de cas : projet « Véhicules culturels pour l'éducation »

30/01/2018
par Rumen HALACHEV
Langue: FR
Document available also in: EN ET RO HR

/fr/file/slidervehiclesforeducationresizedjpgVehicles for Cultural Education

Vehicles for Cultural Education

 

Maria Schejbal est diplômée de l’université Jagellonne de Cracovie (département art dramatique et théâtre) et boursière du ministère polonais de la Culture. Elle travaille en tant qu’assistante officiellement agréée pour la thérapie par le théâtre et est l’auteur de huit publications destinées aux enseignants et aux éducateurs. Entre 2007 et 2009, elle a coordonné un projet Grundtvig qui avait pour objectif d’aider les formateurs de l’éducation pour adultes à se servir de l’art quand ils enseignent à des personnes présentant des handicaps et à d’autres groupes socialement vulnérables.

 

Pouvez-vous vous présenter et nous dire quel a été votre parcours ?

 Je m’appelle Maria Schejbal et j’ai travaillé comme instructrice dans des programmes de formation destinés aux éducateurs, thérapeutes et bénévoles pendant 12 ans. Je mène également un atelier d’enseignement du théâtre depuis 16 ans. Je travaille avec des jeunes toxicomanes et des adultes, dont des personnes sourdes. J’ai pris part à plusieurs formations organisées dans le cadre du programme européen « Art in Action » et j’ai effectué des stages artistiques et managériaux aux USA, en Serbie et en Thaïlande. Je suis également membre d’ASHOKA, Innovators for the Public.

/fr/file/p1310391jpgCVE project

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le projet « Véhicules culturels pour l'éducation » (« Cultural Vehicles in Education », CVE)?

 

Le projet « Véhicules culturels pour l'éducation » était une initiative de l’association polonaise du Théâtre Grodzki, qui a été menée entre 2007 et 2009. L’idée principale du projet était basée sur l’expérience très positive que tous les organismes partenaires avaient faite de l’utilisation des arts pour le développement personnel des adultes et l’intégration sociale de groupes marginalisés. Nous avions également remarqué que, en raison de l’importance accordée aux TIC et à la formation à distance, les méthodes traditionnelles et basées sur les arts avaient souvent été négligées.

Le projet se concentrait sur l’élaboration de méthodes d’apprentissage et d’outils alternatifs pour l’éducation interculturelle des adultes. Notre principal objectif était de mettre au point une nouvelle méthode d’enseignement basée sur les arts pour répondre aux besoins particuliers de groupes socialement vulnérables (dont des apprenants souffrant de maladies mentales ou présentant des handicaps moteurs, des immigrés et des personnes plus âgées). Nous voulions également créer des mécanismes de mobilisation afin d’augmenter le taux de participation à l’apprentissage tout au long de la vie des apprenants défavorisés et non motivés. Le projet CVE offrait un soutien et de nouvelles opportunités de formation aux enseignants et aux éducateurs pour adultes qui utilisent l’art et la création dans l’éducation interculturelle de personnes handicapées et d’autres groupes socialement vulnérables.

/fr/file/imgp0563jpgCVE project

 

Pourquoi avez-vous sollicité l’aide de Grundtvig ?

Nous avions besoin d’étendre et de continuer à développer nos activités dans le domaine de l’éducation des adultes. Nous voulions améliorer l’aspect didactique et méthodologique de nos programmes pour pouvoir amplifier notre capacité éducative et opérationnelle. Nous voulions également mettre au point des outils méthodologiques et les diffuser à un niveau européen et Grundtvig nous a offert les ressources financières nécessaires pour mettre nos idées en pratique. Il était également important de pouvoir échanger des savoir-faire avec des organismes similaires d’autres pays.

Quelles étaient les initiatives et certains des résultats du projet CVE ?

 

Parmi les principales initiatives du projet, nous avions des ateliers pilotes dans les quatre pays partenaires (Pologne, Allemagne, Lituanie et République Tchèque), un dispositif de formation pour les prestataires d’enseignement pour adultes de toute l’Europe (deux formations Grundtvig), une conférence internationale de trois jours sur la méthodologie CVE, une publication papier dans six langues européennes sur les manières d’améliorer la qualité et l’accessibilité de l’éducation pour adultes (3000 exemplaires) et un site internet pour atteindre une plus large communauté virtuelle d’enseignants de l’éducation pour adultes.

 

/fr/file/00122jpgCVE project

Nous avons pu développer et tester une méthode d’enseignement basée sur les arts et nous avons publié un document en anglais contenant les instructions didactiques les plus importantes et des scénarios de leçons, en nous basant sur les observations menées lors des ateliers pilotes. Nous avons impliqué environ 90 personnes représentatives de groupes socialement vulnérables dans nos ateliers.

Je peux vous raconter une anecdote concrète qui illustre l’impact et le caractère durable du projet.

Cinq ans après la fin de notre projet, nous avons reçu un message d’une dame qui travaillait dans un centre de formation professionnelle en Bulgarie. Elle nous disait qu’elle était très impressionnée par les résultats du projet et qu’elle avait malheureusement perdu la version papier de notre publication alors qu’elle était au bord de la mer. Elle demandait si nous pourrions lui en envoyer une copie électronique. Elle écrivait qu’elle voulait reprendre certaines de nos idées parce que, en ce moment, elle travaillait avec des jeunes qu’elle voulait amener à la formation professionnelle par le moyen de différentes méthodes, dont l’art.

/fr/file/obraz-029jpgCVE project

 

Qu’avez-vous appris du projet CVE ?

Il s’agissait seulement de notre deuxième projet européen mené en collaboration avec quelques partenaires très différents. Même si la collaboration s’est avérée ardue, nous y avons gagné des connaissances et des compétences précieuses dans le domaine de la gestion de projet que nous avons beaucoup utilisées pour lancer plusieurs initiatives en partenariat avec des organismes de toute l’Europe. En tant que coordinatrice de projet, j’ai beaucoup appris et j’ai acquis quelques compétences pratiques (management, communication, négociation, résolution de conflit) qui me servent encore à ce jour. Grâce au projet, j’ai eu la chance de travailler avec la communauté rom pour la première fois, ce qui a constitué une expérience très intéressante et inspirante.

/fr/file/obraz-013jpgCVE project

 

 Vos plus beaux souvenirs du projet ?

Je dirais que mon meilleur souvenir est la conférence CVE à Vilnius (novembre 2008). C’était un joyeux rassemblement, une combinaison d’ateliers, de conférences, de danses roms dans la salle de conférence. Et nous avons même réussi à faire venir Monsieur Brian Holmes comme conférencier. Il était alors le directeur du Lifelong Learning Programme. Une des « stars » de la conférence fut Audrius Jokubauskas qui donnait des cours interculturels de danse au centre pour la jeunesse Babilonas en Lituanie dans le cadre du projet CVE. Son atelier « Sous-cultures : Suis-je Hip Hop ? » fut certainement un temps fort de la formation Grundtvig CVE.

/fr/file/obraz-050jpgCVE project

Traduction anglais - français : EPALE France

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 2 sur 2
  • Portrait de Elena Galifianaki

    Want to know more about arts and culture in adult education? EPALE is hosting Museums, Galleries and Culture Week on 15-19 February 2016 to bring together news, events, resources and discussions!

    Join us at /node/18826 and on social media at #epale2016.

  • Portrait de Elena Galifianaki

    What an extremely interesting article of the 'Cultural Vehicles in Education'! The images give a good indication about the practices employed. I will use it for a research paper I am writing about relevant projects.

    Thank you for posting it here!