Blog
Blog

Apprendre à apprendre

Résumé de la discussion en ligne sur les axes thématiques de 2021.

Learn to learn

[Traduction : EPALE France]

 

Tenez-vous prêt pour la prochaine discussion en ligne sur les connaissances en matière de santé. Les nombreux points de vue intéressants nous permettront d’enrichir nos perspectives et nos méthodes en tant que praticiens de l'éducation des adultes. L'échange de points de vue et d'expériences est l'un des principaux atouts de l'EPALE. Les discussions en ligne favorisant le partage, nous avons voulu approfondir le débat à travers la diffusion live d’une introduction au sujet.

Au cours de la dernière session de discussion, nous avons abordé les trois axes thématiques d'EPALE 2021 afin de recueillir des réactions et des suggestions sur les priorités dans le domaine de l'éducation des adultes et sur les sujets plus pertinents que jamais à la lumière des derniers mois. La discussion a vu émerger de nombreux points de vue, apportant des nuances intéressantes aux thèmes.

Antonella Cesari a débuté sa présentation en suggérant que si les adultes et les jeunes adultes veulent jouer un rôle actif dans tous les aspects de la vie, ils doivent naviguer dans l'incertitude, dans une grande variété de contextes : dans le temps (passé, présent, futur), dans l’espace social (famille, communauté, région, nation et monde) et dans l’espace numérique. Ils doivent également interagir avec le monde naturel, pour en apprécier la fragilité, la complexité et la valeur. Pour se préparer à l'avenir, chacun doit apprendre à penser et à agir de manière plus intégrée, en tenant compte des interconnexions et des interrelations entre des idées, des logiques et des opinions contradictoires ou incompatibles, dans une perspective à court et à long terme. Il faut apprendre à utiliser la pensée systémique.

Inguna Kucina a déclaré être très satisfaite des axes thématiques choisis pour cette année. Les compétences numériques, les possibilités de réorientation, la motivation des apprenants et la possibilité de réintégrer le marché du travail sont des éléments déterminants. Dans certains cas malheureusement, ces sujets ont été mis en avant uniquement dans le cadre de la planification stratégique, au moment de penser aux besoins et aux objectifs futurs. Dans le contexte actuel, ils sont au cœur de l’actualité. La situation actuelle appelle une réévaluation des ressources et des opportunités, qui permettra de déterminer dans quelle mesure ce que nous avons planifié peut réellement être mis en pratique aujourd'hui.

 Life and Work Skills

Compétences personnelles et professionnelles pour permettre aux adultes d'apprendre et de participer

Cette session a soulevé de nombreuses questions intéressantes relatives aux priorités, aux défis et aux scénarios d'évolution.

Dora Santos a présenté son point de vue de manière très complète et bien équilibrée. Selon elle, ce thème est lié à certains changements importants auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui. On parle notamment de l'émergence d'une nouvelle ère industrielle, de la numérisation de tous les aspects de notre vie quotidienne, ainsi que de l'automatisation et de la connectivité sur les lieux de travail. Ainsi, les adultes ont besoin de nouvelles compétences pour relever de nouveaux défis, des compétences spécifiques et techniques ainsi que des compétences générales pour faire face à un nouveau mode de vie et de travail. Les systèmes d'éducation et de formation, quant à eux, doivent trouver un moyen d'atteindre ces adultes peu qualifiés et de leur fournir les qualifications nécessaires pour leur permettre de s'épanouir, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Les changements démographiques et climatiques font naître le besoin d’une nouvelle approche des compétences et de l'apprentissage. Les qualifications doivent être beaucoup plus démocratiques, inclusives, écologiques et numériques. Par conséquent, outre leur nature pédagogique, les qualifications doivent être accessibles facilement et s’adapter aux besoins des différents publics, ainsi qu'au marché du travail, qui évolue rapidement. Les priorités sont donc les suivantes : quels changements devons-nous apporter à l'éducation et à la formation des adultes sur le plan pédagogique pour leur permettre de renforcer et de perfectionner leurs compétences ? Comment rendre l'éducation et la formation des adultes plus flexibles (et plus attrayantes pour les adultes moins qualifiés) et comment l'adapter à la fois aux besoins spécifiques de chaque citoyen et au marché du travail ?

Selon David Lopez, il faut organiser des discussions entre les entreprises, les systèmes éducatifs et les apprenants, qui sont les trois plus à même de faire correspondre les compétences et les besoins professionnels.

Sanita Baranova a fait valoir que dans ce contexte en constante évolution, où nous avons dû nous adapter au travail à distance, nous devons relever de nouveaux défis qui nous obligent à améliorer nos compétences professionnelles afin de pouvoir poursuivre nos activités. Compte tenu de l'instabilité causée par la pandémie de Covid-19, nous devons revoir les méthodes d’acquisition de compétences professionnelles et personnelles à travers plus d'adaptabilité et de résilience, un apprentissage autodirigé et la collaboration à distance.

Agnese Pašāne a souligné l'importance des compétences de base, notamment la maîtrise de l'information, quelle que soit la profession. En effet, dans toutes les fonctions, chacun doit être capable de rechercher des informations de manière autonome, de les traiter et de les analyser. Agnese a été surprise de constater que même les jeunes manquent de ces compétences, alors qu'ils sont plus avancés en termes de technologie, de médias, etc.

Linda Romele a indiqué que les recherches montrent que dans le futur, la routine sera moins présente sur le lieu de travail, au profit de plus d'autonomie, plus de technologies de l'information et de la communication, moins de tâches physiques et plus de tâches sociales et intellectuelles. D'autres études révèlent que les compétences sociales sont de plus en plus précieuses. Aux États-Unis, le rendement économique des compétences sociales sur le marché du travail (en comparant les revenus) a augmenté de manière significative au cours des vingt/trente dernières années, et les emplois bien rémunérés exigent des compétences sociales. Alors, lesquelles sont les plus précieuses : les compétences sociales ou les compétences professionnelles ?

György Vartmann estime que toutes les compétences utiles au quotidien peuvent être considérées comme des compétences de vie. Certaines compétences de la vie sont jugées essentielles par la quasi-totalité des employeurs. Les organisations recherchent des candidats bien armés pour faire face aux défis courants qui se présentent au travail, grâce notamment aux compétences sociales. Les personnes ayant de solides compétences de vie sont plus susceptibles d'être favorables au changement, et sont plus attentives à leur situation.

Martin Dobeš a, à juste titre, insisté sur certains points non résolus. Comment prévoir la situation de demain dans ce contexte, si ce n’est avec une boule de cristal ? Sommes-nous en mesure de déterminer quelles compétences seront utiles à moyen terme ? Le secteur de l'éducation des adultes doit-il se spécialiser davantage dans la prévision des compétences nécessaire dans le futur ? Doit-on être plus actifs dans la formation des entreprises, des établissements d'enseignement et des industries à cet égard ?

Anita Līce a formulé des questions sur le plan politique ? Qui doit déterminer quelles compétences sont essentielles ? Les apprenants eux-mêmes ou leurs employeurs ? Comment les régimes d'aides d'État doivent-ils être conçus et évalués ? En Lettonie, cette question fait l'objet d'un débat permanent et d'opinions contradictoires : les employeurs doivent-ils être les seuls à avoir leur mot à dire sur les possibilités d'apprentissage à rémunérer ?  Les gens doivent-ils façonner eux-mêmes leur personnalité et leur développement de carrière ? Est-il nécessaire de cibler l'aide aux personnes ne possédant pas de compétences de base, étant donné que dans le cas contraire, les aides d'État sont rapidement utilisées par les personnes ayant suivi un enseignement supérieur, prenant la place des personnes qui en ont le plus besoin ? Et surtout, laquelle de ces mesures est réellement prioritaire ?

  Digital Transition

La transition numérique et les opportunités de l'apprentissage mixte

De nombreux participants ont fait valoir qu'il existe encore un grand besoin de compétences numériques pour les éducateurs d'adultes, qui - pour reprendre les termes de Nicoletta Ioannou - utilisent généralement des approches pédagogiques plus traditionnelles et doivent se familiariser avec de nouvelles méthodes telles que l'enseignement en ligne. Ces nouvelles compétences professionnelles exigent des cours intensifs de développement professionnel pour les éducateurs d'adultes.

Elena Trepule a appuyé cette perspective en affirmant que, lors de la transition numérique, de nombreux enseignants ont constaté que les stratégies d'enseignement qui étaient efficaces dans l'enseignement direct ne le sont pas nécessairement en ligne. Dans de nombreux cas, l'interaction avec les apprenants est devenue trop limitée en raison du manque de compétences numériques et de connaissances sur les méthodes et les outils à utiliser des enseignants. L'enseignement en ligne exige des compétences différentes de la part des enseignants, non seulement sur le plan technologique, mais aussi pédagogique.

Viktorija Aleksejeva a souligné que nous avons accès à de nombreux outils numériques, webinaires et tutoriels. Certains éducateurs les utilisent, mais sont-ils vraiment conscients des conséquences des outils numériques sur les résultats d'apprentissage ? Quel est le but de l'utilisation de certains outils ? Le moment est venu de découvrir non seulement comment utiliser ces outils sur le plan technique, mais surtout de comprendre dans quel but ils sont utilisés et comment ils permettront d’atteindre les résultats d'apprentissage souhaités. Sont-ils adaptés aux adultes ou à d'autres groupes cibles ? À chaque méthode son outil, mais comment savoir lequel utiliser ?

 Inclusive Social Change

Le changement social inclusif au service de la durabilité et de l'équité

Nicoletta Ioannou a souligné que les apprenants adultes sont issus de divers groupes sociaux, économiques et, dans de nombreux cas, sont vulnérables (par exemple, les personnes âgées, les détenus, les adultes ayant peu de compétences numériques, les adultes sans emploi, les NEET, les jeunes en décrochage scolaire, les réfugiés). Les méthodes d'éducation des adultes doivent garantir que tous les groupes d'apprenants continuent à participer à l'éducation et à la formation. Il convient donc de prendre des mesures pour lutter contre les inégalités et les obstacles à la participation existants, et faire en sorte que les apprenants adultes disposent à la fois des compétences et des infrastructures nécessaires pour accéder à ces nouveaux modes d'apprentissage.

Dans le cas des personnes âgées par exemple, Erika Novotná a souligné qu'il est essentiel d’œuvrer pour le développement des compétences numériques des seniors. Elles sont en effet devenues indispensables à la vie et au bien-être. De nombreux systèmes et processus sont en cours de numérisation. Beaucoup d'adultes et de personnes âgées ne sont pas encore en mesure de suivre et de participer par eux-mêmes, et ont besoin d’être accompagnés. Dans le contexte actuel, nous constatons par exemple que les inscriptions pour les tests COVID-19, la vaccination contre le coronavirus, etc., sont gérées par des plateformes en ligne, et que les personnes âgées ne peuvent pas y accéder sans l'aide de leur famille ou de leurs amis.

Iveta Cirule a souligné que l'inclusion numérique dans l'éducation des adultes pour les apprenants plus âgés est essentielle, car on assiste aujourd'hui à un grand phénomène d'intégration des seniors dans l'éducation des adultes. 

Ilze Sumane a été ravie de constater qu’EPALE se concentre sur le changement social inclusif. Dans ce contexte, il est important d’encourager l'inclusion sur le lieu de travail en favorisant la compréhension par les employés de la culture d'organisation inclusive et de la sécurité socio-émotionnelle de chacun sur le lieu de travail. Elle a suggéré d'élargir le raisonnement sur le développement des compétences en matière de diversité sur le lieu de travail afin de promouvoir une expérience professionnelle positive et instaurer un climat d’inclusion.

Enfin, Heike Kölln-Prisner a su résumer parfaitement cette discussion et les axes thématiques de cette année : ces thèmes ne peuvent pas être mis en œuvre et améliorer les uns sans les autres. Il est impossible d’améliorer l'éducation numérique sans garder à l'esprit que personne ne doit être exclu, et que la numérisation va contribuer à un avenir plus vert. Par ailleurs, plus les gens ont des compétences numériques, plus ils seront en mesure de participer à des formations professionnelles.  Il s'agit donc d'un cercle vicieux pour lequel nous devrons adopter une approche globale.

Pour lire toutes les contributions, rendez-vous sur la page des discussions.

Tenez-vous prêt pour la prochaine discussion en ligne.

Login (8)

Vous souhaitez du contenu dans une autre langue?

Ce document est également disponible dans d'autres langues. Sélectionnez-en une ci-dessous.
Switch Language

Want to write a blog post ?

Don't hesitate to do so! Click the link below and start posting a new article!

Dernières discussions

Exemples de ressources pédagogiques pour les publics NEETs et Migrants

En préparation d'un stage d'observation en Italie, une équipe de professionnels de l'insertion socioprofessionnels en Wallonie présentent des outils pédagogiques de base accessibles et potentiellement transposables dans d'autres pays, pour accompagner les NEETs et les primo-arrivants

Plus

Discussion EPALE : les compétences numériques comme moyen d'accéder aux opportunités de formation tout au long de la vie

Dans le cadre de notre focus sur les compétences numériques comme moyen d'accéder aux opportunités de formation, EPALE organise une discussion en ligne le 27 mai 2020.

Plus