chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

L’éducation et la formation des migrants adultes: vers une prise de conscience moderne

05/06/2018
by Rumen HALACHEV
Langue: FR
Document available also in: EN FI SL ET HU DE ES IT PL RO

/fr/file/migrant-education-epale-0Migrant education EPALE

Migrant education EPALE

 

La professeur Katarina Popović partage ses réflexions sur ce que font l’éducation et la formation des adultes et ce qu’elles peuvent faire de plus pour aider les migrants à leur arrivée en Europe.

 

Au cours de ces dernières années, la migration s’est hissée en tête de liste des priorités en matière d’éducation et de formation des adultes. En très peu de temps, une question hautement politique, qui dans le meilleur des cas, recevait auparavant un intérêt humanitaire, est devenue un sujet brûlant dans l’éducation et la formation des adultes. La communauté du secteur de l’éducation et la formation des adultes peut être fière d’avoir su réagir rapidement en se plaçant du «bon côté de l’histoire» et en aidant des personnes qui se trouvent dans l’une des situations les plus difficiles qui peuvent arriver dans la vie.

 

Qu’est-ce qui a été fait?

Les organisations d’éducation des adultes ont accueilli le nouveau groupe cible à bras ouverts, accueillant les participants avec de nombreux cours et adaptant les programmes et les structures. Les professionnels de l’éducation et de la formation des adultes ont reçu des conseils et un soutien quant aux formes d’enseignement adaptées aux groupes de migrants spécifiques, à leurs styles d’apprentissage, à leur niveau d’instruction et à leur expérience professionnelle.

Les cours proposés ont été essentiellement composés de:

  • cours de langue comprenant des aspects culturels pour aider les immigrants à s’intégrer et à trouver du travail;
  • formations apportant de nouvelles compétences ou des connaissances supplémentaires requises pour leur nouvelle carrière et emploi;       
  • programmes et initiatives pour la reconnaissance d’apprentissages préalables et de compétences précédemment acquises.

 

Quels sont les désavantages de cette approche?

En fait, ces mesures n’ont rien de mal - elles sont nécessaires, mais...

 

… elles ne sont pas suffisantes

Les mesures axées sur l’emploi sont un bon départ, mais elles doivent être accompagnées:

a) d’autres mesures éducatives – une éducation réellement source d’autonomisation et d’émancipation;

b) d’actions sociales, économiques et culturelles.

On ne peut s’attendre que l’éducation et la formation résolvent à elles seules tous les problèmes liés aux migrants. Aussi puissant soit son effet, l’éducation et la formation des adultes ne peuvent produire toute leur efficacité que dans le cadre d’une série de mesures.

 

… cette approche est plutôt désuète

Cette approche a tendance à créer une version ancienne, paternaliste de l’intégration, très proche de l’assimilation, où la culture dominante façonne les migrants comme dans un moule, plutôt que de soutenir la formation d’une nouvelle identité culturelle des migrants dans un échange dynamique avec la culture d’accueil.

 

… ce type d’intégration est à sens unique

On attend des migrants qu’ils s’adaptent à la société d’accueil, s’efforcent d’atteindre des objectifs prédéfinis de la manière la plus efficace, alors que la majorité garde un rôle passif. Or, il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures éducatives pour la population d’accueil, qui fait souvent preuve de préjugés, de xénophobie et d’hostilité, conduisant les migrants à l’isolement.

 

Prévenir ou guérir      

Même si tout cela est mené efficacement, l’éducation des adultes peut échouer dans sa mission principale. Si elle aide les gens dans le besoin, accueille et soutient les minorités, œuvre pour la dignité des êtres humains et favorise l’inclusion, alors, que manque-t-il?

S’il est vrai que l’éducation peut aider les personnes et les sociétés à résoudre leurs problèmes, sa tâche principale doit être de prévenir ces problèmes. Rendre les personnes conscientes de leurs causes, comprendre les liens et les contextes, réfléchir sur les actions et anticiper les conséquences.

Il n’est pas surprenant que le secteur de l’éducation et la formation des adultes en Europe soit actuellement si occupé avec les migrants. Mais peu de choses sont faites pour éviter le problème. Et par là, je ne veux pas dire d’empêcher les migrants de venir en Europe, mais d’éviter les situations qui les poussent à quitter leur pays.

 

L’éducation et la formation des adultes peuvent-elles en faire plus?

L’éducation et la formation des adultes peuvent-elles jouer un rôle d’analyse et de réflexion approfondies et aider les citoyens européens à «comprendre le monde globalisé» et être plus actifs en tant que citoyens? Bien sûr, même si ce n’est pas une tâche facile. Mais elle n’en est pas moins importante pour autant. L’éducation et la formation des adultes peuvent jouer un rôle essentiel pour créer des solutions à long terme et pas seulement des mesures palliatives dans plusieurs domaines:

 

Informer les citoyens sur des situations qui existent dans le monde entier

Les citoyens doivent être informés sur les situations qui prévalent dans les pays d’accueil des immigrés, les causes de la guerre, des conflits et de la pauvreté, et les connexions entre les politiques européennes et mondiales. C’est l’éducation politique dans sa forme la plus utile qui contribue à créer des citoyens mondiaux. Cela signifie que l’éducation et la formation des adultes n’ont pas uniquement comme fonction de fournir des informations et de partager des connaissances, mais aussi de nous aider à éviter de tomber dans ce que le pape François appelle «la mondialisation de l’indifférence».

 

Informer les citoyens sur le rôle de leur propre pays et dirigeants politiques dans le monde

L’éducation et la formation des adultes doivent rendre les citoyens européens conscients du rôle de leur propre pays et dirigeants politiques dans la sphère politique. Les citoyens doivent contrôler activement leur gouvernement et surveiller les politiques menées en leur nom. Qu’un pays achète ou vende des armes, celles-ci seront utilisées quelque part. L’éducation et la formation des adultes doivent encourager les gens à poser les questions suivantes: Où? Pourquoi? Et quelles seront les conséquences? Sinon, les programmes existants destinés aux immigrés ne seront pas d’une grande aide, sauf pour les quelques élus qui feront partie des «quotas d’immigration». Comme le journaliste Wolfgang Bauer le dit un jour: «Nous devons faire en sorte que les guerres au Proche-Orient arrêtent de dépouiller l’Europe de son concept d’humanité.»

 

Stimuler la pensée critique

L’humanisme n’est pas suffisant; l’éducation et la formation des adultes doivent utiliser toutes les formes d’éducation et d’apprentissage formelles et informelles pour favoriser la réception critique des informations diffusées par la presse, de la xénophobie généralisée, des interprétations hostiles et du détournement populiste de la crise des migrants. Une analyse de la migration à travers l’histoire et de son rôle dans la création de la civilisation moderne, et la mise en évidence de l’impact économique positif de la migration et de la richesse culturelle qu’elle apporte peuvent le faire. Plus important, l’éducation et la formation des adultes doivent offrir des connaissances et favoriser une réflexion critique sur les causes réelles des problèmes auxquels les citoyens européens sont confrontés afin de ne pas accuser les immigrés de «prendre leur travail», «vider les caisses de l'État» et «anéantir notre culture»...

 

Vers une prise de conscience moderne

Qui doit être tenu responsable des échecs, quelles sont les causes à la racine des problèmes et que pouvons-nous y faire? Voilà les questions qui doivent trouver une réponse pour une nouvelle prise de conscience, plus moderne. La «crise des migrants» nous rappelle que nous les avons négligés...


Katarina Popović est professeur et chercheuse à l’université de Belgrade, secrétaire générale du Conseil international pour l’éducation des adultes, présidente de la Société serbe d’éducation et de formation des adultes, membre de l’International Adult Continuing Education Hall of Fame et rédactrice en chef du journal «Andragogic Studies».

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 3 sur 3
  • Portrait de Filomena Montella
    Condivido pienamente e ho sperimentato quanto sia importante in classe la conoscenza della storia e della cultura di popoli diversi. Nella mia quarta di un istituto alberghiero (corso serale) sono presenti un giovane indiano e un giovane nigerino. Insegnando storia e letteratura italiana ho cercato di trovare collegamenti fra Italia India e Niger, invitando i miei alunni a raccontare la loro esperienza e la loro storia. L'integrazione è stata ricchezza e condivisione. L'inclusione è attiva fra i banchi di scuola  
  • Portrait de George Koulaouzides
    Dr. Popovic is once again to the point. Migrants are experiencing what Peter Jarvis has very well described as "disjuncture". Disjuncture is a situation when our biographical repertoire is no longer sufficient to cope automatically with our perception of a real situation. In this case, the learning process that may assist the adult learner to develop new meaning-making skills is that of critical reflection. The process of assimilation is not going to assist the further development of the migrant communities in their host environment. Yes, it will help them survive, but is this the real learning outcome that we expect from our interventions? Take for example language learning. One trend (the most popular) is to teach basic communication skills through artificially designed texts and then let the migrants adjust to the cultural demands of the host country. This is a complete ineffective strategy... The other proposal is not to teach only language but to teach the host language through the use of authentic input in order to start a critical refelction process. To assist migrants to understand the frame of reference that is generated by the culture of the host country, to assist them in finding points of convergence and divergence, to support a process of stochastic skepticism. And at the same time the population of the host country should also have the opprotunity to learn about the culture of the migrants. It has to be a two way process... Normal 0 false false false EL X-NONE X-NONE
  • Portrait de Brian Caul
    This is an inspiring blog that all adult educators should read, reflect on, and read again. In particular there is a salutary dissection of integration models that verge on paternalistic assimilation by “passive” hosts. The western white stencil dictates expectations about adaptation regardless of its own prejudices. While acknowledging all the great work going on in adult migrant education, how can we avoid such pitfalls? I look forward to the debate.