chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Action culturelle: quelles démarches pédagogiques pour l'éducation des adultes?

11/05/2018
by Hélène Paumier
Langue: FR

Par table de 10 personnes, les participants ont conjointement formuler une question qu'ils souhaitaient poser aux intervenants de la table ronde. 

Question collective

-              Quelles actions pour créer du sens commun pour l’éducation des adultes non scolarisés/ sortis du système scolaire ?

-              Existe-t-il un danger de fusionner culture et éducation ?

-              Comment faire naitre et développer les motivations en vue de transformer un désir en réalisation ?

-              Comment la culture peut-elle interpeller les milieux familiaux, scolaires, citoyens pour ouvrir les esprits et connecter formation des adultes et éducation des jeunes ?

-              Comment développer une culture de proximité tout en conservant une ouverture à l’Europe ?

-              Comment cultiver le vivre ensemble dans la société comme rempart contre les logiques mercantiles, populistes du monde contemporain ? Quels dispositifs pour cela ?

EXPRIMEZ VOUS EN COMMENTAIRE DE CET ARTICLE !

 

/fr/file/tablerondert7jpgtablerondert7.jpg

De gauche à droite : Jean VANDERSPELDEN, Bruno FREYSSINET, Sonia DOUBOURG-LAVROFF, Jacqueline PACAUD et Michèle MINNE

 

Jacqueline PACAUD -  Intégrer la dimension européenne dans les contextes nationaux

A la Commission Européenne, Jacqueline PACAUD travaille à la direction générale éducation & culture de la commission culture.

Elle s’occupe du programme Erasmus+ dans les secteurs de la formation des adultes, l’enseignement scolaire et la formation professionnelle. Pour cette année européenne du patrimoine culturel, Mme Pacaud est également correspondante de l’année européenne de la culture pour Erasmus+.

A l’écoute des questions, Mme PACAUD avertie sur le fait qu’il est nécessaire éviter de mettre éducation, culture, niveau national et Europe dans des silos séparés. Certaines des questions posées par les participants expriment une dualité entre une culture de proximité et ouverture à l’Europe. « Culture et éducation ne sont pas des concepts à opposer. Ils sont profondément complémentaires. L’Union Européenne travaille à renforcer cette complémentarité. » ajoute-t-elle.

Ainsi avec Erasmus + pour des projets sur l’éducation des adultes, deux types de projets sont ouverts à tous les acteurs de l’éducation des adultes :

-              1) Les mobilités

Les périodes de mobilité sont utiles pour s’inspirer de ce que font des homologues en Europe, pour suivre des cours formels, faire un job shadowing, échanger des bonnes pratiques ailleurs.

L’objectif est d’aller voir ce qu’il se passe dans des formations pour adultes à l’étranger : méthodes employés, des mises en œuvre opérationnelles et ainsi s’inspirer des bonnes pratiques.

-              2) Les projets de coopération

Les projets de coopération appelés « Partenariats Erasmus+ » sont ouverts à tous les acteurs de l’éducation et de la formation, y compris les lieux culturels, et permettent à des organismes d’au moins 3 pays européens de travailler sur un sujet commun, d’échanger et de réaliser des productions, sur 1 à 3 ans pour mettre au point ce qui va leur servir dans chacun de leur pays.

« Mettez de l’Europe dans vos projets » : musées, organisations musicales, l’ouverture à l’Europe, est bénéfique pour aller voir ce qui se passe ailleurs et pour partager, la culture est importante comme média et outil pédagogique. La question centrale est « qu’est-ce que je peux prendre et transférer localement ? ». C’est ainsi que le niveau européen et le niveau national peuvent se compléter dans la pratique avec équilibre et en sélectionnant de part et d’autre ce qui peut être intéressant.

 

Michèle MINNE -  Un exemple du déploiement d’une politique culturelle au sein de la cellule d’alphabétisation des adultes en Belgique Francophone. 

Michèle MINNE travaille au ministère de la fédération Wallonie Bruxelles, un ministère qui a plusieurs compétences dont celle de l’enseignement. Au département de la culture service de la jeunesse et de l’éducation permanente (équivalent de l’éducation populaire en France). La cellule dans laquelle œuvre Michèle Minne s’occupe de l’alphabétisation des adultes. Le département développe une politique culturelle à l’égard des personnes infra scolarisés qui sont en formation afin de favoriser l’accès à la culture. 

Les bénéfices de la culture dans un programme d’alphabétisation

La formation pour les personnes dans les programmes d’alphabétisation est liée à la maitrise de la langue (parlée et écrite).

La culture est une manière détournée pour aborder la formation sous l’ange ludique, du plaisir face à des difficultés dans l’apprentissage. Elle permet aussi d’amener les apprenants dans un processus de réflexions sur la société, de favoriser l’émergence et l’expression de pensée pour des personnes qui, de par des parcours scolaires difficiles, n’ont que peu d’assurance. In fine, les apprenants sont amenés à pouvoir libérer leurs voix et à pouvoir s’ouvrir au monde.

En favorisant les groupes de formation, les partages culturels, la dynamique culturelle en formation constitue un en enjeu citoyen.

Se rendre à la bibliothèque avec son formateur pour une personne qui ne sait pas lire et écrire amène une dynamique culturelle qui participe à la formation. Elle découvre dans un lieu qu’elle pensait inaccessible, que des livres sont adaptés à son niveau, que des ordinateurs sont à disposition…

Par l’action culturelle, c’est aussi l’estime de soi qui est améliorée. Michèle Minne apporte l’exemple de ces activités culturelles pour lesquelles l’apprenant peut se retrouver plus expérimenté que le formateur

Impulser une dynamique différente car notamment lors de la mise en place d’activité culturelles, les personnes vont s’avérer plus expérimentées que formateur dans le domaine : permet de se dire que tous ont des compétences. Lorsque l’on fait de peinture c’est le geste qui compte, il en est de même pour l’écriture.

Michèle continue en relatant que les opérateurs rapportent parfois la difficulté d’emmener les participants vers la culture. Ils laissent donc parfois la liberté de participer à une activité culturelle. Ils s’appuient alors vers des personnes qui ont déjà participé à des activités culturelles pour amener la confiance par un système que l’on pourrait qualifier de parrainage.

Le déploiement de la politique culturelle

En Belgique Francophone, il existe plusieurs dispositifs de soutien pour que les associations accèdent à la culture:

- Le décret 2003 cite notamment la citoyenneté active, les droits sociaux et culturels, les droits économiques (..), et l’accès aux actions privilégiant l’expression culturelle. Ce décret ouvre donc un accès aux droits culturels.

- Depuis 2007, l’appel à projet Alpha culture: cet appel à projet est issu des difficultés exprimées par les structures d’éducation et d’alphabétisation de travailler avec les opérateurs culturels. Ce financement permet aux opérateurs en alphabétisation de faire appel aux professionnels du monde de la culture pour co-construire des projets autour de l’intérêt pédagogique et culturels y compris des lignes de crédit financer la diffusion et la promotion des œuvres créées, (ex monter et montrer une pièce de théâtre, faire une exposition, location salle etc.…)

- Le décret de 2010 enjoint les bibliothèques de répondre aux demandes de lectures publiques. L’effet a été l’augmentation des partenariats autour de la lecture, le nombre de partenariats est en augmentation

- On citera aussi le projet ponctuel sous convention avec « Lire et Ecrire Luxembourg » pour créer une collection de livres pour un public infra-scolarisé intitulée « la traversée ». Les apprenants travaillent avec des auteurs, le comité d’accompagnement qui supervise chaque livre de la collection est composé d’apprenants et de formateurs et travaillent avec l’auteur pour que le livre soit accessible.

 

Sonia DUBOURG-LAVROFF - Education & culture, fer de lance de l’UNESCO

Sonia Dubourg-Lavroff est inspectrice générale de l’administration de l’éducation et de la recherche et experte pour l’éducation à la commission nationale française pour l’UNESCO.

L’UNESCO porte des objectifs stratégiques comme l’Agenda Education 2030, dont le quatrième objectif préconise d’ouvrir éducation tout au long de la vie, et souligne que la dimension culturelle y participe largement. La question centrale posée par l’UNESCO : « Comment faire en sorte qu’une personne adulte puisse exprimer sa sensibilité, avec des œuvres culturelles, qu’elle trouve le moyen d’y parvenir en partant d’une situation personnelle difficile ? »  

Il est important de faire référence aux grands textes validés par 160 pays de l’Unesco, ce sont des engagements des états participants, qu’ils mettent en œuvre selon leurs capacités. :

-              Apprentissage tout au long de vie : 1er rapport mondial est paru en 2010, le 3ème rapport paru en 2015 fait le constat global d’une profonde transformation socio culturelle et économique du monde, le constat de nombreux bouleversements impactant l’éducation y compris le numérique qui engendre beaucoup de souffrances mais aussi beaucoup d’espoir. Le rapport propose des mesures concrètes pour élargir les possibilités d’éducation des adultes.

-              rapport « éducation 2030 » dédié à l’éducation considère les apprenant à tous les âges, et stipule que l’éducation est un bien public et un droit fondamental. Education 2030 donne 6 priorités (dont l’inclusion et équité, personne défavorisées, égalité des genres, qualité de l’éducation, numérique éducatif)

Le soutien de l’Unesco à la société civile se traduit par 3 piliers :

-              les chaires universitaires Unesco

-              les écoles labellisées Unesco avec projet d’établissement,

-              les clubs UNESCO (réseau d’associations accréditées, qui relèvent souvent champ culturel, solidarité internationale, avec engagement fondé sur les valeurs internationales Unesco, réseau est relancé. Nous pouvons prendre l’exemple de l’Association Intermédia qui accompagne les personnes vers l’emploi dans le cinéma et les nouveaux médias.

Nb : le club UNESCO « Créa » a présenté ses actions pour l’accès à la culture dans l’Explorcamp de cette rencontre thématique EPALE France.

Au niveau des villes l’Unesco soutien 2 réseaux en lien avec l’éducation et la culture

-              Réseau des villes apprenantes de l’Unesco

-              Réseau des villes créatives de l’Unesco

 

Bruno FREYSSINET – Pratiques européennes pour l’éducation des adultes d’un concepteur et directeur de projets artistiques.

Bruno Freyssinet, concepteur et directeur de projets artistiques est porteur de projets européens sur des thématiques politiques européennes (réconciliation, crise financière, migrants…). En tant que metteur en scène, il intervient dans le domaine pédagogique avec son art de prédilection, le théâtre.

Bruno souligne l’importance de croiser les différents domaines, et de faire le pont avec les outils pédagogiques et la culture. Les programmes européens croisent ces dimensions. Il raconte se rapprocher au champ de la transmission de la culture par le biais du programme Erasmus+.

Il existe des financements européens spécifiques dédiés aux acteurs de la culture (programme Europe Creative). Ce sont les Relais Culture Europe qui sont les points d’information et de conseil : projets de coopération, processus innovants nouvelles façons de travailler, et impliquer les publics autrement que comme spectateurs (acteurs).

Les projets européens de Transplanisphère :

-  Le projet « Rec>ON » du programme culture, sur le thème de la Réconciliation et donnera naissance à la pièce « Les Descendants ».

-Un projet Erasmus+ Jeunesse d’échanges de jeunes. Des ateliers sur la relation et la confiance sur la rencontre de jeunes européens et de jeunes migrants sur 1 à 2 semaines pour créer spectacles ou œuvre visuelles.

-Le projet Erasmus+ « Grow from Seeds », avec le conservatoire Irlande, sur les écoles primaires inclusion des allophones par le théâtre, un projet de partenariat stratégique afin de créer des méthodologies. 

-Le projet Erasmus+ « PolartCircle » qui mêle création artistique et politique et fera l’objet d’un des ateliers de l’Explorcamp de cette rencontre thématique.

 

 

 

Retrouvez l'ensemble des restitutions de cette journée dans le blog général de la 7ème rencontre thématique EPALE France. 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn