chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Plateforme électronique pour l'éducation et la formation des adultes en Europe

 
 

Blog

Six manières d’améliorer l’accès des détenus à l’éducation en Europe

23/10/2018
par Rumen HALACHEV
Langue: FR
Document available also in: EN HR DE LV BG SL PL HU EL IT ES

/fr/file/prison-education-6-waysPrison education 6 ways

Prison education 6 ways

 

Paul Downes de l’université de Dublin en Irlande, se penche sur la manière dont nous pouvons surmonter les obstacles qui nous empêchent d’améliorer l’éducation proposée aux détenus en Europe.

 

Il existe une base politique et juridique claire concernant la promotion de l’éducation des détenus en Europe. Celles-ci découlent des règles pénitentiaires européennes, dont une nouvelle version a été adoptée par le Comité des ministres en 2006, et de l’action importante menée par le Conseil européen pour reconnaître les détenus en tant que groupe cible clé de l’apprentissage tout au long de la vie.

Les règles pénitentiaires européennes, qui établissent une série de normes communes, indiquent que:

  • 28.1 Toute prison doit s’efforcer de donner accès à tous les détenus à des programmes d’enseignement qui soient aussi complets que possible et qui répondent à leurs besoins individuels tout en tenant compte de leurs aspirations.

Sous l’intitulé «Promouvoir l’équité, la cohésion sociale et la citoyenneté active au moyen de l’éducation et de la formation des adultes», la Résolution du Conseil de l’Union sur un agenda européen renouvelé dans le domaine de l'éducation et de la formation des adultes (2011) invite les États membres à faire porter leurs efforts sur:

  • «les réponses à apporter aux besoins d’éducation et de formation (...) des personnes qui se trouvent dans des situations spécifiques d’exclusion de l’éducation et de la formation, par exemple (...) en prison, et qui ont besoin d’un accompagnement approprié.» (italique de l’auteur)

C’est la première Résolution du conseil de l’Union européenne dans le domaine de l’apprentissage tout au long de la vie qui inclut spécifiquement les détenus dans ses groupes cibles, sous l’angle de la cohésion sociale et de la citoyenneté active.

Toutefois, malgré ce cadre politique et juridique, une série d’obstacles peuvent entraver l’accès à l’éducation en prison - des obstacles qu’un engagement politique national et institutionnel suffisant peut permettre de surmonter. L’éducation en prison peut être améliorée de six manières:

/fr/file/prison-education-graphPrison education Graph

Prison education Graph

 

 

1. Affecter des bâtiments communs de la prison à l’éducation

Un problème qui prévaut dans de nombreux pays est la surpopulation carcérale en tant qu’obstacle à l’éducation; celle-ci limite considérablement l’espace pouvant être affecté à l’éducation et entraîne un manque de motivation. Une approche possible est d’utiliser les «ailes» de la prison - les bâtiments où les détenus sont logés - comme espaces d’enseignement plutôt que de consacrer une section spéciale à l’éducation. Cela peut constituer une aide non seulement pour s’accommoder de l’espace limité dans les centres de détention, mais aussi avoir une série de retombées positives sur le développement de l’éducation dans la culture institutionnelle des maisons d’arrêt. Il est important de souligner que cette formule ne remplace pas l’existence d’un espace spécialement consacré à l’éducation en prison, mais le complète. Le rôle de l’interaction entre les pairs pour développer la motivation à accéder et participer à l’apprentissage tout au long de la vie doit être étendu d’une manière structurée dans les centres pénitentiaires de nombreux pays européens.

 

2. Intégrer les possibilités d’éducation entre différentes maisons d’arrêt

Un autre problème important qui altère les possibilités d’apprentissage n’est pas seulement la libération des détenus, mais aussi le transfèrement dans un autre centre de détention. Cet obstacle à l’éducation peut clairement être surmonté au moyen d’une approche axée sur les possibilités d’éducation intégrées entre les maisons d’arrêt, et entre les prisons et les établissements d’enseignement locaux. En bref, des cours intensifs, plus concentrés, peuvent se révéler plus efficaces pour répondre aux besoins des détenus dont la libération peut être proche.

 

3. Développer la collaboration entre les tuteurs

Trouver du personnel d’enseignement pose un problème pratique dans certains pays, largement en raison des taux de rémunération de l’enseignement en prison. Dans de nombreux États membres de l’Union, le développement professionnel et le soutien apporté aux enseignants qui travaillent dans les centres pénitentiaires sont peu documentés. Il est nécessaire de créer un mouvement qui passe d’une approche concentrée individualiste, qui considère l’enseignant ou le tuteur travaillant en milieu carcéral de manière isolée, à une vision collaborative; c’est particulièrement important dans le contexte de l’éducation dans les prisons qui peut avoir des exigences spécifiques. Le développement de bonnes pratiques dans le secteur de l’éducation en milieu carcéral demande une telle collaboration entre les tuteurs.

 

4. Octroyer aux détenus qui étudient et qui travaillent le même statut

Les difficultés soulignées à l’égard de l’éducation dans les prisons comprennent les obstacles comportementaux du personnel et des médias, et le fait que les portes des prisons sont fermées et que les détenus ne peuvent pas accéder aux cours à un moment donné. Dans certains pays, il existe une politique discutable qui implique une perte de revenus pour les détenus qui choisissent de consacrer leur temps à l’éducation plutôt qu’au travail en prison. Cela semble à aller à l’encontre des règles pénitentiaires européennes (28.4): «L’instruction doit, du point de vue des régimes carcéraux, être considérée au même titre que le travail et les détenus ne doivent pas être pénalisés, que ce soit financièrement ou d’une autre manière, par leur participation à des activités éducatives».

 

5. Ouvrir des possibilités sur Internet

Il semble que la sécurité est un motif largement avancé pour faire obstacle à l’éducation à distance et à l’apprentissage en ligne dans les prisons, du moins dans un certain nombre de pays européens. Si les raisons de limiter la communication des détenus avec le monde extérieur sont clairement justifiées, il doit être technologiquement possible de concevoir des programmes permettant une communication limitée avec l’extérieur et d’accéder à des aspects clés du web pour l’éducation à distance des détenus. Ce développement technologique doit être une priorité dans les maisons d’arrêt de l’Union - ce qui est présenté comme un problème technologique est en fait davantage un manque de volonté politique d’avoir recours aux technologies adaptées pour assurer cette communication limitée avec l’extérieur.

 

6. Placer un accent stratégique sur l’éducation dans les prisons

Il est évident que dans un certain nombre d’États membres de l’Union, l’éducation en milieu carcéral ne bénéficie pas d’un accent stratégique d’intervention au niveau national. L’exclusion de l’éducation dans les prisons dans l’élaboration de politiques stratégiques nationales pour l’éducation et la formation tout au long de la vie dans certains pays de l’Union est une erreur qui doit être corrigée.

 

Ce message de blog repose sur une étude européenne menée au sein de 12 pays en vue de la rédaction du livre de Paul Downes Access to education in Europe: A framework and agenda for system change. Selon vous, quels autres obstacles demandent une attention particulière? Comment pouvons-nous améliorer autrement les possibilités d’éducation des détenus dans votre pays? N’hésitez pas à partager vos idées dans les commentaires ci-dessous.


Paul Downes est directeur de l’Educational Disadvantage Centre et professeur agrégé d’éducation (psychologie) de l’université de Dublin, en Irlande

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn
Refresh comments Enable auto refresh

Affichage 1 - 3 sur 3
  • Portrait de Līga Jesineviča
    Interesants pētījums un raksts par ieslodzīto izglītības iegūšanas šķēršļiem. Manuprāt, lielu lomu spēlē arī tas, ka ieslodzītajiem nav motivācijas un vēlmes mācīties. Tas arī būtu liekams pie viena no šķēršļiem izglītības iegūšanai ieslodzījumā. Es piekrītu, ka ieslodzīto izglītošana ir svarīga, jo tā palīdz pēc ieslodzījuma integrēties sabiedrībā un ieslodzītajam kļūt par pilntiesīgu un pats galvenais rīcībspējīgu sabiedrības locekli. 

  • Portrait de Małgorzata Wittchen
    Dostęp do edukacji oraz kształcenia zawodowego w warunkach izolacyjnych jest bardzo ważny. Integracja nauki we wszystkich zakładach jest dobrym pomysłem, ponieważ osadzony z różnych powodów może zostać przeniesiony do innego więzienia i warto zadbać by mógł dalej kontynuować naukę pomimo zmiany placówki,  w której odbywa karę. Problem z znalezieniem nauczycieli chętnych do pracy w więzieniu, rzeczywiście może być kłopotliwe, ponieważ praca w warunkach izolacyjnych jest bardzo ciężka. Nauka za pomocą internetu doskonały pomysł, uważam że z każdej formy i możliwości edukacji powinni mieć osadzeni. Bardzo dobrze, że Pani poruszyła ten temat, ponieważ edukacja w procesie resocjalizacji może przynieść bardzo dobre rezultaty.
  • Portrait de Jamie Grundy
    Interesting piece and I'd to this the importance of using ROTL - or Release on Temporary Licence - as a way for longer term prisoners, who are at the end of their sentence, to access education in the community. From experience, where this happens, prison learners do no worse and no better than other learners. Plus there is a change in peer group, student cohort, adaptation to a new learning environment and more takes place. Fundamentally though, a new purpose is identified, a key contributor to increased recidivism as identified in desistance theory.