chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Aikuiskoulutuksen eurooppalainen foorumi

Blogi

Journée mondiale des enseignants — Enseigner aux adultes

19/10/2016
, Mahira Spiteri
Kieli: FR
Document available also in: EN MT DE

La journée mondiale des enseignants est un événement important qui vient célébrer le précieux travail accompli par les enseignants à travers le monde. Mais qu’en est-il des formateurs pour adultes ? Nous rencontrons aujourd’hui la conseillère pédagogique ainsi qu’un formateur pour adultes de la direction Éducation et formation tout au long de la vie à Malte. Nous leur demandons leur avis sur la façon dont ils affinent leurs techniques pour passer de l’enseignement destiné aux jeunes étudiants à celui pour adultes.

 

/fi/file/ef7b6267jpg-0ef7b6267.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfants, l’apprentissage fait tout simplement partie de notre quotidien. De la salle de classe à la cour de récréation, nous glanons continuellement de nouveaux outils, informations et techniques. En grandissant, nous continuons bien sûr à apprendre, mais il est de plus en plus difficile de retenir les informations et d’acquérir les compétences de base à côté desquelles nous avons pu passer enfants.

« C’est là que l’enseignement pour adultes entre en jeu, affirme Mark Saliba, formateur pour adultes enseignant également à des enfants scolarisés en primaire. Lorsqu’il s’agit d’apprentissage à l’école primaire, on se trouve dans un schéma obligatoire et formel. Mais les adultes ont eux choisi d’apprendre pour améliorer leur cadre de vie, que ce soit en améliorant leurs compétences ou leurs connaissances de base. »

Il explique encore que la principale différence entre enseigner à des enfants ou des adultes, c’est qu’avec ces derniers, il faut vraiment vouloir s’adapter aux besoins de ses étudiants. « Récemment, j’ai enseigné à des prisonniers à Dar Sant Anna. Mon principal objectif était de les aider à améliorer leur alphabétisation, cependant, ce fut également l’occasion de les aider à acroître leurs savoirs dans d’autres domaines, comme l’histoire de Malte ou leur culture générale. En rendant ces sujets (alphabétisation) plus attrayants par le truchement d’autres apprentissages, j’ai trouvé que les étudiants étaient plus enthousiastes et désireux d’apprendre. »

Mandy Mifsud, formatrice pour adulte et également conseillère pédagogique à la direction Éducation et formation tout au long de la vie, explique que cette technique porte le nom d’apprentissage intégré. « S’agissant d’adultes, nous parlons de personnes possédant de nombreuses connaissances et d’un vécu riche, et bien souvent, ils en savent plus à propos de certaines choses que vous ! Il est donc primordial de respecter ces connaissances et de chercher à savoir pourquoi ils souhaitent améliorer leurs compétences, et comment. Souvent, ils n’apprennent pas seulement pour le plaisir mais parce qu’ils souhaitent pouvoir appliquer leurs apprentissages à un domaine particulier de leurs vies. On pourrait ainsi leur enseigner les mathématiques ou le maltais pendant un cours de cuisine, suggère-t-elle. J’ai récemment travaillé sur un programme pour jeunes délinquants qui avait recours à cette technique. Ils étaient désireux d’apprendre sur la cuisine et la nutrition, c’était donc l’occasion idéale de combiner des sujets tels que la pesée, la budgétisation et les rapports d’échelle en mettant les recettes en pratique. C’était drôle et pertinent, mais en définitive, ils apprenaient les mathématiques, donc tout le monde était content ! »

À présent, les deux éducateurs partagent des conseils sur la façon de faire participer des étudiants adultes :

  • « C’est tellement important de susciter de la curiosité, lance Mandy Mifsud. Même si ce sont des adultes, il faut rendre les choses ludiques. J’utilise un truc qui marche à tous les coups : je commence par poser une chemise cartonnée colorée sur chaque table, de manière aléatoire, avant le premier cours. Alors que l’objet sert, pour ainsi dire, de vecteur pour former des groupes plus tard, il pique également leur curiosité et les amène à participer, ce qui est un bon début ! La créativité peut venir des choses les plus simples. »
  • « Apprenez les choses que vos étudiants connaissent déjà, poursuit Mark Saliba. Et pourquoi ils se sont inscrits à votre cours. Nous avons en fait introduit un prétest qui aide les étudiants à expliquer leurs objectifs dès le départ. En tant que formateur, cette approche vous permet de les aider plus facilement à les atteindre. »
  • « Il faut avoir une bonne dose d’énergie, s’exclame Mandy Mifsud. Déplacez-vous, souriez et soyez aussi aimable que possible. Louez les mérites de vos étudiants dès que l’occasion se présente et valorisez les apprentissages qu’ils ont précédemment acquis. »
  • « Enfin, faites tout ce que vous pouvez pour gagner leur confiance, mais n’oubliez pas que c’est parfois difficile et que ça peut prendre du temps. Ne soyez pas intimidant. Au contraire, soyez accessible et patient, et n’oubliez pas que ce ne sont pas des enfants. Encouragez le respect dans votre classe, vis-à-vis de vous, mais aussi entre eux. »

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn Share on email