chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plataforma electrónica dedicada a la enseñanza para adultos en Europa

Blog

Echanges et perspectives autour de la Validation des Acquis de l'Expérience lors des journées Vincent Merle.

05/03/2017
por Isabelle Houot
Idioma: FR

Les 17 et 18 janvier 2017 se sont tenues à Bordeaux les 1ère journées Vincent Merle qui succèdent aux éditions précédentes de l’Université de la Formation, de l’Education et de l’Orientation (UFEO).

EPALE y était !

/es/file/c2cl6z8xcaa1fnbjpgc2cl6z8xcaa1fnb.jpg

Placées sous l'égide de la figure tutélaire qu'était Vincent Merle pour la VAE en France, ces journées, très riches ont été l'occasion à la fois de revenir sur la genèse de cette disposition unique en Europe au moment de son instauration et à la faveur des échanges, d'en envisager les perspectives pour le monde du travail traversé aujourd'hui par de nombreuses turbulences en France comme en Europe.

Du côté de la genèse, Michel Blachère (ADEFT) a ainsi pu relater l'activité du cabinet Perry durant les deux années qui ont précédé le vote de la loi de modernisation sociale (qui va instaurer en 2002 d'une part le dispositif de validation des acquis de l'expérience, et d'autre part une commission nationale des certifications) et souligner le rôle majeur tenu par Vincent Merle au sein de ce cabinet. Et ce d'autant plus que l'actualité de l'emploi et de la formation était particulièrement mouvementée en France au sortir des journées de Deauville (1998) tenues par les organisations patronales (CNPF aujourd'hui MEDEF) qui consacraient leur volonté d'organiser la reconnaissance du travail par la mesure des compétences; et que par ailleurs, le calendrier législatif se montrait particulièrement encombré.

Eric Verdier (CNRS) de son côté a présenté une lecture très stimulante des principaux écrits de Vincent Merle.

D'une manière générale tous les "grands témoins" insistent sur les lignes directrices qui ont animé les précurseurs de la VAE:

La VAE, avant d'être une disposition réglementaire se veut avant tout un facteur de recomposition de la relation formation-travail-emploi : il s'agit là dans un même mouvement de promouvoir dans une nouvelle visibilité les acquis résultant de l'exercice du travail (validation des acquis de l'expérience) et de rendre lisible sur tout le territoire et quel que soit le secteur d'activité, les compétences attendues (Répertoire National des Certifications);

L'instauration de la VAE, apparaît ainsi comme un moyen d'aller vers de nouvelles formes de régulations collectives du travail.

La VAE est aussi un projet "politique" dans la mesure où elle propose de fonder les repères de légitimité pour accéder à un diplôme sur l'exercice de la professionnalité et non plus seulement sur le niveau scolaire atteint. C'est en quelque sorte une manière de remettre en cause la méritocratie scolaire.

La VAE, rappellera Bernard Prot (CNAM), ne fonctionne pas sur le modèle de l'adéquation (formation-emploi), la démarche de VAE, source d'appropriation du travail est une occasion de développement, une "antidote à la division du travail, indispensable aux transitions professionnelles".

15 ans plus tard, qu'en est-il ? La VAE a-t-elle contribué à reformer le monde du travail ?

Les différents intervenants relèvent plusieurs points:

Avec le recul qu'offre les quinze années passées, la VAE apparait comme une disposition formative pour les bénéficiaires qui dans certains cas et à certaines conditions peut également constituer une occasion de développement de l'activité et du collectif de travail.

Encore faut-il placer l'activité réflexive portée sur l'exercice du travail au cœur du processus. La VAE présente en effet l'avantage de mettre l'accent sur les ressources nécessaires pour l'exercice des compétences.

Plus encore, selon Bernard Prot, c'est l'activité de croisement des différents référentiels à partir desquels les activités sont finalisées qui permet de développer un travail "de qualité".

Car toute la question est là ; qu'attendons-nous d'un procès de VAE ? : La mesure d'une conformité de la personne aux exigences d'un emploi génériquement défini ? Une occasion de formaliser les acquis de l'exercice personnel d'un emploi (comme autant de problèmes résolus en situations, d'arbitrages menés, ….) au service du développement de la personne dans son activité individuelle et collective? La réponse est certainement dans l'entre-deux ….

Par ailleurs, si la VAE a potentiellement la faculté de permettre la redéfinition de la qualité du travail dans les milieux professionnels, il reste que la définition des métiers et des certifications correspondantes, lesquelles porte la valeur sociale, restent très hiérarchisées et souvent plus proches de l'activité prescrite que de l'activité réelle. Ce que mettront en évidence de nombreuses interventions.

Au moment de la mise en œuvre en France du COPANEF (Comité paritaire interprofessionnel national pour l’emploi et la formation  ) se profile un risque d'inflation des certifications qui se profilent davantage comme des labels à l'usage des certificateurs sur un marché de la formation de plus en plus concurrentiel. En témoigne l'afflux des demandes d'inscription au RNCP relevé par plusieurs des intervenants.

Dans la même veine, le découpage en "blocs de compétences" censés faciliter la prise en charge de parties de certification par le compte personnel de formation (CPF), risque, s'ils sont identifiés comme autant d'attendus génériques, de désarticuler le lien activité réelle – repères de certification que permet justement la VAE;

Au final s'il est une évolution à porter au crédit de la VAE, c'est sans doute du côté des pratiques d'acteurs qu'il faut porter la focale: Considérer les acquis de l'expérience, avoir à leur attribuer une valeur formelle, mène à réinterroger le lien entre acquis issus de l'activité et compétences, entre savoirs du faire et savoirs académiques.

De ce point de vue, les divers travaux actuellement engagés sur les référentiels d'activité dont certains ont été présentés lors de ces journées constituent de puissants facteurs de développement et de formalisation des attendus et in fine du sens des diplômes dans nos sociétés.

/es/file/isabellehouotpng-2isabelle_houot.png

Isabelle Houot, experte thématique EPALE et maitre de conférences à l'Université de Lorraine 

 

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn