chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE - Plataforma electrónica dedicada a la enseñanza para adultos en Europa

Blog

Ancrage territorial des pratiques innovantes d’apprentissage

03/03/2017
por Jean Vanderspelden
Idioma: FR
Document available also in: EN

En août 2014, la publication du décret sur la FOAD[1] ré-éclairait l’exercice de la liberté de l’apprenant, et donc sa responsabilité, en lui reconnaissant légalement le droit de poursuivre une partie, ou la totalité, de son parcours de formation, sans la présence continue de ses formateurs. De fait, le législateur conforte l’activité d’auto-formation accompagnée comme une des modalités de déroulement d’un parcours de formation formelle. Par ailleurs, le cadre réglementaire ne se réfère plus à des «Actions de formation» mais à des «Parcours de formation»[2], ouvrant ainsi la possibilité d’articuler plusieurs modalités, temporalités et lieux pour apprendre. La notion de parcours, associé au séquencement, répond mieux aux aspirations légitimes de diversité des apprenant eux-mêmes.

Pour éviter des situations paradoxales dans lesquelles l’environnement ne permet pas à l’apprenant d’exercer cette nouvelle liberté d’apprendre, une des solutions consiste à intégrer la fréquentation des «Tiers-Lieux»[3] dans son parcours. Ce sont des lieux propices à des rapports assouplis, voire libérés, aux savoirs qui assurent la pratique du concept de «proximité numérique». Dans un entourage géographique, entre son domicile et son entreprise, les «Tiers-Lieux» offrent aux citoyens-apprenants un espace accueillant, marqué par une convivialité et un confort, pour s’informer, se former et interagir. Ces facilités résonnent avec l’usage d’une connexion internet de qualité. La possibilité de rejoindre facilement ces lieux représente une plus-value pour chaque apprenant en vue de saisir plus opportunités d’apprendre. L’organisation en réseau de ces nouveaux espaces assure un passage progressif et stratégique de la Formation (XXème siècle) vers l’Apprenance (XXIème siècle). Cela correspond au développement des actions FOAD, dite multimodales ou Formations Digitales où l’apprenant n’a plus besoin systématiquement d’être en face de ses formateurs. Elles intègrent l’alternance de situations de formation, ancrées dans un lieu fixe et des situations complémentaires d’autoformation flottantes, autour et avec des tiers lieux connectés. La question de l’organisation et de la répartition des Tiers-Lieux sur l’ensemble du territoire, DOM-TOM compris, est un enjeu majeur pour une gestion performante des territoires apprenants. Une des réponses est le plan national de déploiement de la fibre optique.

Le point commun ces territoires d’Apprenance et de ces pratiques d’Apprenance est la mise en oeuvre variée de dynamiques d’autoformation accompagnée, laissant à l’apprenant un vrai degré de liberté dans ses actes d’apprentissage. Cette logique donne une réelle capacité aux apprenants de s’organiser conjointement sur leur territoire géographique et leur territoire numérique. Cette auto-organisation partielle ou totale, s’affranchit, non seulement de l’institution et son fonctionnement, mais aussi, de l’action formative et de son ingénierie. Agir sur ce double territoire, métrique et digital, dans une dynamique d’Apprenance, requiert de ne pas se centrer uniquement sur le triptyque «savoir, savoir-faire & savoir-être», mais aussi, sur savoir apprendre pour, au final, savoir devenir pour élargir les publics apprenants, en particulier à ceux qui sont les plus éloignés des dispositifs formels ; les jeunes adules (dont les trop nombreux NEET) et les adultes moins qualifiés.

Jean Vanderspelden est consultant pour ITG Formation et expert thématique EPALE France. (www.iapprendre.fr(link is external)) . Cet article est à paraître aussi sur le site de Learning Sphere et le site du fffod

 

[1] Chronique «Droit devant ; de nouvelles règles pour la formation à distance» - JP Willems pour le FORCO  http://forconet.forco.org/jpwillems/20140915/site/

[2] Voir article DEMOS «L’action de formation : toujours bien vivante !» - 01/2017 http://www.demos.fr/chaines-thematiques/responsable-formation/Pages/action-de-formation-toujours-bien-vivante.aspx

[3] Le tiers-lieu, ou la troisième place, ou est un terme traduit de l'anglais The Third Place. Il fait référence aux environnements sociaux se distinguant des deux principaux que sont la maison et le travail. Dans son livre datant des années 1980 The Great, Good PlaceRay Oldenburg, professeur émérite de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride, indique que les troisièmes places sont importantes pour la société civile, la démocratie, l'engagement civique et instaurent un sentiment d'espace.  Source Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tiers-lieu

 

Share on Facebook Share on Twitter Epale SoundCloud Share on LinkedIn